• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Bourgogne : l’économie va mieux, mais la prudence reste de mise pour 2016

Le secteur de l’industrie recherche du personnel. / © Julien Goldstein - UIMM
Le secteur de l’industrie recherche du personnel. / © Julien Goldstein - UIMM

"Une note d’optimisme en fin d’année 2015, mais les prévisions pour le début d’année 2016 restent prudentes", indique la Banque de France dans son analyse de la conjoncture économique en Bourgogne publiée vendredi 15 janvier.

Par Données de la Banque de France

L’année 2015 s’est terminée sur une conjoncture économique positive en décembre

En Bourgogne, on a noté une production en nette hausse dans l’industrie. Au 4e trimestre, les signaux d’amélioration se sont renforcés dans le BTP et l’activité a progressé notamment dans les secteurs du négoce de vins. Cependant, les entrepreneurs abordent 2016 avec un optimisme prudent.

Industrie

Une accélération des cadences de production a été enregistrée dans l’industrie en décembre 2015.
Les commandes domestiques et étrangères ont progressé. Les carnets de commandes sont jugés plutôt satisfaisants, et meilleurs qu’en novembre. La baisse des prix des matières s’est accentuée et a été partiellement répercutée sur les prix des produits finis. Au regard de la bonne performance du mois de décembre, les prévisions de production du mois de janvier sont encore empreintes de prudence, même si elles sont un peu plus optimistes.

© Julien Goldstein - UIMM
© Julien Goldstein - UIMM


Fabrication de denrées alimentaires et de boissons

Les stocks de produits finis, un peu excédentaires dans les viandes, sont adaptés aux besoins.
Les cours des matières premières alimentaires sont dans l’ensemble orientés à la baisse, notamment ceux du lait, avec des répercussions sur certains produits finis. Des négociations sont en cours avec la grande distribution pour des réajustements.

Des investissements de modernisation et d’extension sont prévus dans certaines entreprises pour 2016. Le recours à l’intérim a été limité. L’appréciation sur les carnets de commandes s’est encore améliorée autorisant des perspectives plutôt confiantes.

© Robin Marchant/Getty Images for Harlem EatUp!/AFP
© Robin Marchant/Getty Images for Harlem EatUp!/AFP


Équipements électriques électroniques, informatiques et autres machines

Au-delà des baisses de production liées aux fermetures de fin d’année, un repli de la production a été observé en décembre.
La demande s’est cependant raffermie, soutenue par l’export, hors marchés asiatiques qui sont en retrait. Aussi, les carnets se sont-ils globalement confortés.

Les prix des matières premières sont orientés à la baisse, sans répercussion sur ceux des produits finis qui n’évoluent pas. Les stocks sont jugés supérieurs aux besoins par anticipation sur les fermetures des fournisseurs pour congés.
Les effectifs, dans les "équipements électriques", ont diminué.
Les perspectives sont contrastées selon les branches et anticipent globalement une baisse d’activité dans les prochains mois.

© UIMM
© UIMM


Autres produits industriels

(Textiles, habillement, cuir et chaussure – Industrie chimique – Produits en caoutchouc, plastique et autres produits non métalliques – Métallurgie et produits métalliques – Bois, papier et imprimerie)

En décembre, l’activité de la branche est ressortie en hausse par rapport au mois précédent. La demande est restée soutenue, en particulier pour la filière "caoutchouc, plastique".
Les coûts d’approvisionnement ont diminué, en raison d’une forte baisse des prix des métaux industriels.

Les stocks sont restés à un niveau conforme aux attentes. Le personnel intérimaire est venu renforcer les effectifs dans quelques secteurs.
Les carnets de commandes se sont un peu étoffés, compte tenu des reports de commandes au début de l’année prochaine.
Globalement, une baisse de production est attendue pour les prochaines semaines. Mais, les anticipations des chefs d’entreprise sont très contrastées selon les filières.

© France 3 Bourgogne
© France 3 Bourgogne


Services marchands

Le niveau de l’activité dans les services marchands s’est globalement amélioré en décembre, avec des différences marquées selon les secteurs. Les prix sont demeurés stables en se positionnant plutôt à la hausse. Les trésoreries se sont renforcées. Les effectifs ont légèrement décru. La demande et les effectifs devraient augmenter. Les prévisions d’activité sont prudemment optimistes.

  • Hébergement et restauration : l’activité a été dans l’ensemble affectée en décembre par les nombreuses annulations de réservation de groupes étrangers, notamment chinois, survenues après les attentats de novembre. La restauration a bénéficié d’une très bonne activité pendant les fêtes. Le niveau des prix, globalement stable, a diminué dans l’hôtellerie, du fait d’un recours important aux promotions et aux plateformes de réservation en ligne. Dans la restauration, les tarifs ont augmenté. La demande, l’activité et les effectifs prévus sont globalement en baisse.
     
  • Activité des agences de travail temporaire : l’activité a connu un léger tassement dans l’ensemble. Portée par le dynamisme de la demande dans le commerce et les administrations, elle a cependant été affectée par la morosité du BTP. Le redémarrage du mois de janvier est attendu en forte augmentation.



Bâtiment et Travaux Publics

L’activité dans le bâtiment et les travaux publics s’est améliorée au 4e trimestre, tirée par le secteur du second œuvre. Cependant, l’attentisme prévaut toujours dans le gros œuvre et les travaux publics.
Les carnets de commandes se sont étoffés. Les prix ont poursuivi leur baisse. Les perspectives d’activité sont positives. Les prévisions d’embauche demeurent prudentes.



Commerce de gros

L’activité du commerce de gros a été correctement orientée en cette fin d’année avec la bonne tenue des secteurs du vin et des produits pour l’habitat. Les ventes ont continué de progresser. Les prix de vente ont diminué, excepté dans le négoce de vins.
Dans ce secteur, le trimestre est demeuré très actif avec des ventes dynamisées par les fêtes de fin d’année. La demande a été soutenue, particulièrement sur le grand export avec des marchés américains et japonais toujours dynamiques. Le marché national est demeuré actif. Les tarifs de vente ont augmenté. Les campagnes d’achat ont débuté plus tardivement.

Si la récolte 2015 s’annonce de très bonne qualité, les volumes de vin resteront insuffisants d’où des prix d’achats toujours orientés à la hausse. Dans ces conditions, les stocks ressortent peu élevés. L’activité du prochain trimestre sera plus calme avec des ventes moins soutenues en début d’année. La campagne d’achats se poursuivra.

 

Sur le même sujet

Dole : du foot mixte au lycée

Les + Lus