• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Bourgogne : des parcs de loisirs aux destins contrastés

L'Archéodrome de Beaune a fermé en 2005, faute de visiteurs. / © MaxPPP
L'Archéodrome de Beaune a fermé en 2005, faute de visiteurs. / © MaxPPP

Un nouveau parc de loisirs devrait voir le jour à Tournus en 2023. Ce n'est pas le premier projet du genre en Bourgogne. Certains sont toujours là malgré les années. D'autres ont dû fermer après quelques années seulement faute de rentabilité.

Par M. F.

Le département de Saône-et-Loire a dévoilé ce mardi 10 septembre un projet de parc de loisir historique. Il prévoit une ouverture en 2023 à Tournus. Il est prévu 40 millions d'euros d'investissements et à terme 450 000 visiteurs annuels. Cela en ferait le deuxième site le plus visité de la région, derrière la basilique de Vézelay, dans l'Yonne, qui a dépassé le million de visiteurs en 2017.

Ce ne serait bien sûr pas le premier parc de loisirs à ouvrir ses portes en Bourgogne. Certains ont ouvert il y a longtemps et ont fermé. D'autres sont toujours là. On fait le point.
 

Ceux qui ont fermé

  • Le parc de loisirs de la Toison d'Or, à Dijon (21)

Le parc récréatif de la Toison d'Or, installé dans le nord de Dijon, a ouvert ses portes en 1990. Trois ans plus tard, il était déjà temps de fermer. Il proposait une quinzaine d'attractions. Notamment un grand huit, un petit train, un manège montgolfière, un carrousel… Il proposait aussi du cinéma en relief et plusieurs spectacles.

Le reportage de FR3 Bourgogne en 1991, pour faire un premier bilan du parc, avant sa fermeture

 

  • L'Archéodrome, sur l'aire d'autoroute de Beaune-Merceuil (21)
Ce lieu accueillait un parc-musée installé sur une aire d'autoroute de l'A6. Il offrait aux automobilistes un voyage dans l'histoire en Bourgogne. Issu d'un partenariat entre les Autoroutes Paris Rhin Rhône et le service régional d’archéologie de Bourgogne, il a d'abord suscité la curiosité d'un grand nombre de visiteurs, avant de décliner lentement. Ouvert en 1978, il a fermé ses portes en 2005. Mais les lieux n'ont pas été vidés. Nos confrères du journal Le Bien Public ont visité il y a quelques mois le site.
 
Suivez-nous à l'intérieur de l'Archéodrome de Beaune-Tailly
 
  • Florida Parc, à Brochon (21)
Ce petit parc de loisirs avait ouvert en 1981 à Brochon, en Côte-d'Or. Il a fermé définitivement ses portes  en 2017. Il proposait plusieurs attractions : des montagnes russes, une rivière de rondins, un petit train qui parcourait le site.
 

Ceux qui sont toujours ouverts

Ce sont surtout des parcs animaliers, avec quelques attractions, qui sont toujours là. On peut citer le Touroparc, à Romanèche-Thorins en Saône-et-Loire. Ouvert en 1961, il est toujours là.

C'est le cas également du parc de l'Auxois, à Arnay-sous-Vitteaux, en Côte-d'Or. Ouvert en 1988, il a fêté l'an dernier ses trente ans.

Le parc des Combes, au Creusot, fait toujours le bonheur des visiteurs depuis près de trente ans.

À Romanèche-Thorins, on trouve aussi un parc autour du vin, le Hameau Dubœuf, créé en 1993.
 
Côte-d’Or : le parc animalier de l’Auxois fête ses 30 ans
 

Ceux qui n'ont pas vu le jour

  • Magny-Cours (58)
En 2012, un projet de parc à thème à Magny-Cours sur l'automobile avait été évoqué. Le département de la Nièvre comptait en faire un des arguments pour voir revenir la Formule 1 sur le circuit nivernais. Mais finalement rien n'est sorti de terre. 
 

Sur le même sujet

Dole : du foot mixte au lycée

Les + Lus