5e vague : les hôpitaux en Bourgogne vont-ils encore restreindre les visites ?

Publié le
Écrit par Muriel Bessard
Les règles des visites se durcissent dans certains établissements hospitaliers (image d'illustration)
Les règles des visites se durcissent dans certains établissements hospitaliers (image d'illustration) © France Télévisions

Le nombre de patients atteints du covid-19 connaît une flambée ces derniers jours. Dans les hôpitaux, les visites, déjà réglementées, commencent à faire l'objet de restrictions supplémentaires. Comme à Montceau-les-Mines et Auxerre.

Devant le nombre de cas de Covid, la direction de l’hôpital de Montceau-les-Mines a décidé de restreindre les visites qui ne pourront plus se faire que sur rendez-vous. Le centre hospitalier d'Auxerre vient également de franchir le pas : le nombre et la durée des visites sont limitées

Les visites sur rendez-vous à l’hôpital de Montceau

« Il y a 15 jours, il y avait zéro patient atteint du covid. Aujourd’hui il y en a 16.» Pour Jean-Michel Suignard, directeur du centre hospitalier de Montceau, le constat est sans appel.
D’autant plus que les gestes barrière sont de moins en moins respectés, « il y a de plus en plus des personnes sans masque ou qui oublient de montrer leur passe sanitaire à l’entrée de l’établissement ».


Alors désormais, les proches des malades devront prendre rendez-vous par téléphone et s’assurer qu’ils pourront bien venir visiter le patient. « C’est un choix collégial, explique Jean-Michel Suignard, l’idée c’est de limiter le nombre de visites dans l’établissement. » La décision est temporaire toutefois, la direction de l’hôpital se donne 8 à 10 jours pour voir l’effet de cette mesure et redonner éventuellement plus de souplesse si la situation s’améliore. « Je comprends », confie Jessica, 20 ans, hospitalisée pour plusieurs semaines. Dans un hôpital, on est tous des personnes à risque ».

Un crève-coeur

Dr Olivier Jarry

pneumologue à l'hôpital de Montceau-les-Mines

Mais recevoir la visite d’un proche, c’est un soutien moral important. Et pour elle, ces restrictions de visites, cela signifie l’arrêt de toute visite : « j’ai un ami qui vient une fois par semaine et qui fait une heure et demie de route pour venir me voir. Là, il m’a dit qu’il ne viendrait pas. »

« C’est un crève-cœur, reconnaît également le Dr Olivier Jarry, pneumologue. « Nous sommes très engagés dans la qualité des soins et la restriction des visites dégrade cette qualité et l’humanité des soins mais on ne peut pas considérer qu’on va pouvoir protéger les patients et les personnels si on ne prend pas de mesure ».
Des exceptions seront possibles, « chaque fois que cela sera possible » dit-il, en particulier pour les malades gravement atteints ou en fin de vie.

À Auxerre, limitation des visites à 1 heure par jour et par patient

A compter du 23 novembre, le centre hospitalier d'Auxerre revient à une limitation du nombre et de la durée des visites.
Un visiteur est toléré pendant une heure par jour et par patient, sur prise de rendez-vous.
Des consignes spécifiques s'appliquent en gynécologie obstétrique, pédiatrie, néonatalogie et gériatrie. L'équipe médicale peut aussi interdire les visites ou proposer des dispositions plus larges (par ex. pour les patients en fin de vie, ou la maternité et la pédiatrie).

Ces dispositions s'ajoutent aux règles en vigueur depuis le 9 août : passe sanitaire obligatoire pour les visiteurs et les consultations, port du masque dans toutes les emprises et respect des gestes barrière.
Les règles des visites peuvent évoluer sur décision du directeur de l'établissement, avec consultation des équipes médicales et soignantes.

La situation dans les autres hôpitaux de la région

Pour le moment, seuls les hôpitaux de Montceau-les-Mines et d'Auxerre ont décidé de durcir les conditions de visite.
Pour les autres établissements de la région, les règles des derniers mois restent de mise : présentation du passe sanitaire pour tout visiteur (schéma vaccinal complet ou test PCR négatif de moins de 48 heures ou un certificat de rétablissement à la COVID-19).


Il est souvent recommandé de venir seul pour éviter qu’il y ait trop de monde dans la chambre d’un malade. Et évidemment, les proches doivent respecter les gestes-barrière : masque, gel hydroalcoolique et distanciation sociale autant que possible.


Même si la 5ème vague est sur le point de déferler selon les derniers bilans des autorités sanitaires, « en ce qui concerne les visites en établissements de santé et en établissements médico-sociaux, les doctrines n’ont pas évolué récemment » indique l’ARS (Agence régionale de santé). « Le chef d’établissement reste responsable de l’application des protocoles généraux en vigueur. En cas de cluster, l’ARS intervient dans la gestion de la situation et dans la définition des actions à mettre en œuvre.» Des dispositions gouvernementales pourraient également faire changer les règles, « sans doute lié à l’augmentation du nombre de cas en réanimation » explique la direction de l’hôpital de Chalon-sur-Saône.

Dans l'Yonne, à l'hôpital de Sens, les visites demeurent réglementées en imposant le passe sanitaire obligatoire, des visites limitées à une personne par patient, une fois par jour sur une durée de deux heures maximum. 
A la maternité, seul le co-parent est autorisé, toute la journée.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.