Dijon : la Chocolaterie de Bourgogne ne veut pas disparaître !

Publié le
Écrit par François Latour
Une action des anciens salariés et syndicalistes de la Chocolaterie de Bourgogne sur le marché à Dijon ce samedi matin
Une action des anciens salariés et syndicalistes de la Chocolaterie de Bourgogne sur le marché à Dijon ce samedi matin © Romain Liboz - France Télévisions

Ce samedi 8 janvier au matin, des anciens salariés et syndicalistes de la Chocolaterie de Bourgogne ont voulu sensibiliser la population sur le marché de Dijon sur le sort de leur entreprise. Ils souhaitent continuer la production, de façon artisanale ou semi-industrielle.

La Chocolaterie de Bourgogne avait fermé définitivement en septembre 2021. Des anciens salariés et syndicalistes de la Fédération Nationale Agroalimentaire et Forestière CGT croient en un redémarrage avec le soutien de la municipalité.

"Municipalisons la Choco de Dijon"

Le site emblématique de la Chocolaterie de Bourgogne à Dijon créée par Lanvin est resté dans la mémoire des Dijonnais. 

Des anciens salariés et syndicalistes croient en un redémarrage de la Chocolaterie, sous une autre forme qu'un grand site industriel, et veulent rencontrer la municipalité de Dijon à ce sujet.

Gaëtan Mazin, responsable régional à la FNAF-CGT, a confirmé que la mairie de Dijon s'était dite "préoccupée par le projet et aurait des pistes." 

Le syndicaliste indique qu'un projet de reprise s'inscrirait dans la ligne dictée par l'Exécutif pour réindustrialiser la France. Gaëtan Mazin est convaincu : "on est dans ce cas de figure-là, et nous on veut des actes forts et on veut discuter."

Le groupe d'anciens salariés et syndicalistes estime que les pouvoirs publics doivent s'impliquer dans la reprise de l'outil industriel, afin d'éviter "les chèques en blanc" : "on veut que les pouvoirs publics, donc le Grand Dijon, s'investisse pleinement dans une relance. Qu'elle soit semi-industrielle, semi-artisanale, mais qu'elle ait un véritable contrôle sur ce qui se passe. On arrête de signer des chèques en blanc comme on a pu le faire lors des 20 dernières années où on s'aperçoit que tout l'argent des services publics a été finalement siphonné par les derniers repreneurs, et notamment par le dernier en date, qui est Iber Cacao, le groupe espagnol."

La Cité de la Gastronomie et le chocolat

Pour le groupe d'anciens salariés, la Chocolaterie et ses produits doivent trouver leur place à la Cité de la Gastronomie, dont l'inauguration est prévue début mai. Maria Da Rocha, ancienne salariée, explique que la Chocolaterie a employé des générations de salariés dijonnais, et que l'usine fait partie du patrimoine local, au même titre de ce qu'on trouvera à la Cité de la Gastronomie : "on n'imagine pas que la Cité de la Gastronomie ne puisse vivre sans nos chocolats"

L'usine de chocolats de Dijon apparaît comme faisant partie du paysage pour Gaëtan Mazin : "il y a besoin d'avoir une activité chocolatière à Dijon, on est totalement dans cette idée de rentrer dans la Cité Gastronomique. M. Rebsamen fait valoir que la Cité Gastronomique c'est le vin, mais c'est aussi le chocolat de part l'histoire de la Chocolaterie crée par Lanvin dans les années 60."

Un site historique

La Chocolaterie a annoncé la fermeture de son site en mars 2021. Le chocolat "escargot de Bourgogne" est toujours resté en production sur les chaînes.

D'abord propriété de Lanvin puis du groupe Nestlé, le site de Dijon a entamé sa descente aux enfers dans les années 2000 : le site a changé 5 fois de main, les effectifs s'effondrent. De 1000 salariés à la grande époque, ils ne sont plus que 70 en 2018. 

L'équilibre financier n'ayant pas pu être atteint en 2020, la site a fermé en mars . Propriété du groupe espagnol Lacasa, il est estimé à 18 millions d'euros.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.