Energie : face à l'envolée des prix du chauffage des piscines, les maires confrontés à des choix difficiles

Publié le

Les prix de l'énergie ne cessent de s'envoler depuis plusieurs mois. Conséquence inattendue pour les mairies, le coût du chauffage des piscines monte en flèche. Les maires doivent faire des choix pour l'ouverture des bassins.

Ce sont deux problèmes qui concernent les piscines actuellement : la baisse de fréquentation liée à l'épidémie de Covid-19 et une hausse des prix du gaz qui alourdissent considérablement la facture. Les maires sont partagés entre fermer les bassins ou rester ouvert malgré tout.

Saint-Florentin, une fermeture jusqu'à nouvel ordre

Entre les écoliers privés de piscine, et l'augmentation des coûts de chauffage, le maire LR de Saint-Florentin Yves Delot a tranché : il ferme la piscine.
Yves Delot explique : "On consacrait 70% du temps d'ouverture de la piscine aux scolaires (jusqu'à 11 ans), mais comme les activités de sport en piscine ont été suspendues, on n'a plus que 30% de fréquentation." 
Mais l'autre raison est d'ordre financier : "le coût de l'énergie pour chauffer cette piscine, qui était de 40 000 euros par an, qui passe à plus de 210 000 € ! Je ne peux pas faire supporter ça à ma population !"
Autre problème que le maire doit gérer : le club de natation de Saint-Florentin qui ne peut plus s'entraîner à la piscine. Le maire réfléchit à prendre en charge une partie des frais de déplacement pour que le club s'entraîne à Migennes ou à Tonnerre.

Incompréhension des parents d'élèves

Un centre aquatique moderne et mois énergivore est en cours de construction et devrait ouvrir en septembre prochain. Mais le maire hésite à rouvrir l'actuelle piscine, une idée plutôt mal perçue par les parents d'élèves.

Olivier Guillaumet, président de la FCPE de l'Yonne, voit cela plutôt d'un mauvais oeil : "Cela fait partie du socle de l'Education Nationale de savoir nager depuis 2015, c'est une compétence que tous les enfants sur le territoire doivent avoir [...] Sur certains territoires déjà, il y a un enfant sur deux seulement qui sait nager à la fin de sa scolarité de primaire. Normalement le cycle c'est la fin de la sixième, et ces chiffres ne sont pas bons."

La piscine d'Avallon reste ouverte

Si les écoliers d'Avallon n'ont plus pour le moment de cours de natation, la piscine est restée ouverte. Elle est chauffée au gaz mais elle a bénéficié de travaux de réhabilitation en 2020, toutes les chaudières ont été remplacées.

Alexandre Jourdan, chef de bassin de la piscine d'Avallon, rappelle le contexte : "On a très peu de recul sur les coûts énergétiques actuels. Le seul recul que l'on ait, c'était finalement notre ancienne piscine qui était très énergivore. Tous les travaux ont été faits par rapport à l'isolation, à une meilleure maîtrise des fluides."
Néanmoins, la réflexion est ouverte face à l'augmentation des coûts d'entretien. Alexandre Jourdan évoque des voies pour économiser : "on pourrait envisager de réduire la température des bassins la nuit, de moins filtrer la nuit. On a voulu maintenir toutes nos activités, et les gens répondent bien à la présence, malgré le Covid."

Face à la baisse de fréquentation et l'explosion des coûts de chauffage, toutes les piscines du département pourraient être concernées. Pour l'instant, une majorité a fait le choix de ne pas fermer.