Les voitures radars servent-elles à enrichir l'État plutôt qu'à maintenir la sécurité sur les routes ? #OnVousRépond

Publié le
Écrit par Gaël Simon avec Auberi Verne

Ce samedi 26 mars, on répond à vos questions sur les voitures-radars privées, qui circulent depuis peu dans tous les départements de Bourgogne.

Nouvelle semaine, nouveau #OnVousRépond. Ce samedi 26 mars, on s'intéresse au sujet des voitures-radars. Depuis quelques jours, elles parcourent en effet les routes des quatre départements de la Bourgogne.

On le voit sur les réseaux sociaux, cet événement cristallise les débats et entraîne de vives réactions de la part des internautes.

Comment fonctionnent-elles?

Les voitures-radars sont capables de flasher un véhicule pendant qu'elles roulent. Les voitures privées circulent en général six heures par jour, et dressent deux PV par heure.

Attention, ce sont des véhicules discrets. Elles sont d'ailleurs de marques différentes. Vous pouvez tout à fait les croiser sans vous en rendre compte.

Quelle est l'efficacité de ces voitures en termes de sécurité routière ?

Voilà une question qui revient beaucoup. Pour y répondre, faisons un petit point "statistiques".

Pour rappel, les premières voitures-radars privées ont été mises en place en 2018. Cette année-là, on a dénombré 58 300 accidents de la route, dont 3 500 mortels. 

En 2021, ces chiffres ont baissé à 53 600 accidents et 2 900 morts. Dans les faits, il y a donc moins d'accidents depuis que les voitures-radars parcourent les routes.

Mais bien évidemment, le contexte sanitaire et les différents confinements peuvent expliquer ces chiffres. En fait, à ce jour, on ne dispose pas vraiment d’éléments pour affirmer que les voitures-radars sont efficaces dans la lutte contre la mortalité sur les routes.

Est-ce que ces véhicules rapportent de l'argent à l'État ?

Au total, il y a eu 760 millions d’euros de contraventions pour des faits de haute vitesse en 2021. 10% de ces amendes ont été dressées par des voitures-radars. À noter que les voitures-radars représentent 10% du nombre total de radars en France.

Selon la Ligue de défense des conducteurs, chacun de ces véhicules rapporterait 194 000 euros par an à l’Etat. Mais attention, les entreprises qui gèrent le marché ne sont pas payées au nombre de contraventions, mais au nombre de kilomètres parcourus. Et si elles en font trop, elles sont sanctionnées financièrement.

Est-ce que les voitures-radars roulent volontairement lentement pour pousser les conducteurs à la faute ?

C'est ce qu'affirme Nadine sur Facebook, mais c'est tout simplement faux. En fait, chaque conducteur de voiture-radar est obligé, par son contrat de travail, de rouler à une vitesse normale.

S'il ne respecte pas cette règle, il encourt une pénalité de 1 000 euros. Comme quoi, même les opérateurs de ces véhicules peuvent recevoir des amendes.