Réforme des retraites, le gouvernement en sursis ? Suivez le débat dans Dimanche en politique

Ce 19 mars, notre émission Dimanche en politique ouvre le débat : face aux nombreuses contestations contre sa réforme des retraites et à la veille des votes sur les motions de censure à l'Assemblée Nationale, le gouvernement est-il en sursis ? 4 députés de Bourgogne discuteront de la question à partir de 11h10.

C'est la thématique brûlante de cette semaine : la réforme des retraites. Ce mercredi, la commission mixte paritaire validait le report de l'âge légal de départ à 64 ans avant que jeudi le gouvernement n'annonce l'activation du 49.3 pour faire passer son projet de loi. Depuis, les mouvements de contestation se multiplient en France, les opposants à la réforme dénonçant un passage en force de l'exécutif et un déni de démocratie.

À l'Assemblée Nationale, deux motions de censure ont également été déposées, l'une par le Rassemblement National (RN) et l'autre par le groupe centriste Libertés, Indépendants, Outre-mer et Territoires (Liot). Celles-ci seront soumises au vote demain, lundi 20 mars. La motion de censure permet de renverser le gouvernement si elle est votée à la majorité. Dans la situation actuelle, il faudrait 287 députés favorables.

4 députés débattent

Les oppositions et les motions ce censure peuvent-elle faire trembler le gouvernement ? C'est la question que se pose ce matin notre émission Dimanche en politique, diffusée à 11h10 sur France 3 Bourgogne-Franche-Comté. 4 députés de la région seront présents pour débattre :

  • Benoît Bordat : député (Fédération Progressiste, affilié à la majorité présidentielle) de la 2ème circonscription de Côte-d'Or
  • Hubert Brigand : député (Les Républicains) de la 4ème circonscription de Côte-d'Or
  • Julien Odoul : député (Rassemblement National) de la 3ème circonscription de l'Yonne
  • Cécile Untermaier : député (Parti Socialiste) de la 4ème circonscription de Saône-et-Loire

Sur le plateau, Hubert Brigand, Benoit Bordat et Cécile Untermaier. Julien Odoul était de son côté en direct depuis un marché de l'Yonne.

Voter ou ne pas voter les motions de défiance ?

Les députés commence d'abord par expliquer tour à tour s'ils voteront les motions de défiance. Julien Odoul confie qu'il est prêt à faire voter toutes les motions de censure pour "faire tomber le gouvernement". "Le gouvernement est aujourd'hui illégitime", estime-t-il

De son côté, Cécile Untermaier, député PS, votera la motion de censure du groupe centriste Liot mais pas celle posée par le Rassemblement National.

Hubert Brigand n'en votera aucune. "Les gens pensent qu'en votant la motion de censure, Macron disparaît. Macron est là pour 4 ans encore ! Ca ne change rien"

Député affilié à la majorité présidentielle, Benoit Bordat ne votera pas de son côté les motions de censure mais estime qu'il y a aura une "évolution dans la composition du gouvernement".

Réforme des retraites, un problème de méthode ?

Les députés échangent ensuite sur la méthode et ces dernières semaines de débat qui se terminent par l'annonce de l'application du 49.3 par le gouvernement.

cile Untermaier revient sur le décision de l'Exécutif : "Ce n'est pas un déni démocratique mais je le regrette. On a été muselé par le gouvernement. Il y a toujours des obstructions, mais il faut donner un peu de temps"

"Depuis le début c'était mal barré. Quand ça démarre mal, ça ne peut pas bien se terminer", estime Hubert Brigand. "Le député LR regrette tout de même l'attitude de certains députés LFI pendant le débat

Julien Odoul évoque ses solutions pour sortir de cette crise politique. "Il faut sortir de cette crise majeure en retirant ce texte impopulaire, en organisant un référendum et en faisant un gouvernement qui gouverne contre le peuple".

Benoit Bordat appelle de son côté au débat, notamment avec les syndicats. "Il y a nécessité à ouvrir le dialogue. Il faut ralentir et prendre le temps d'un chantier démocratique, de se concerter avec les acteurs locaux, de faire une pause pour ne pas se précipiter"

Mettre en place un référendum ?

Hubert Brigand évoque ses solutions : "Il faut sortir des bureaux et aller sur le terrain, prendre le pouls de la population. Le gouvernement doit arrêter de mépriser ! Si ça ne change pas, je ne vois pas comment ils vont s'en sortir".

Interrogé sur la question de la mise en place d'un référendum, Benoît Bordat répond : "C'est un enjeu que nous avons d'interroger plus souvent les Français". "Cette majorité relative doit nous obliger à aller discuter au-delà de notre champs politique"

"Il y a un profond mépris pour les représentants des Français et donc pour le choix des Français lors des Législatives", répond Julien Odoul. "Le gouvernement ne change pas de politique, donc il faut changer de gouvernement", clame le députe RN

Les députés abordent pour terminer les derniers rassemblements où des débordements ont eu lieu.

"La violence n'a pas sa place en démocratie d'où qu'elle vienne. Mais les manifestations étaient pacifistes jusqu'au 49.3. Emmanuel Macron a mis de l'huile sur le feu", lance Julien Odoul. "On doit retrouver la voie de la discussion", affirme Cécile Untermaier avant que l'émission ne se termine

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité