Ce qui fait de Dijon la cinquième métropole la plus attractive

Deux agglomérations de la région figurent dans le dernier baromètre du cabinet de conseil Arthur Loyd sur l'attractivité. Dijon est cinquième dans la catégorie des métropoles intermédiaires. Chalon-sur-Saône également cinquième des agglomérations de taille moyenne.
Dijon est la cinquième métropole de taille intermédiaire la plus attractive, selon un classement établi par le cabinet de conseil Arthur Loyd et dévoilé fin novembre. La préfecture de Côte-d'Or se place derrière Tours, Orléans, Brest et Clermont-Ferrand. Elle grimpe de deux places par rapport à l'édition 2019 du baromètre qui distingue les ville selon quatre grandes thématiques : performances économiques, immobilier tertiaire et accueil des entreprises, connectivité, capital humain et innovation et qualité de vie.

Dijon arrive première des dix-huit métropoles analysées pour la qualité de vie. "Grâce à sa richesse culinaire et son terroir, elle est notamment première pour l'indicateur des restaurants étoilés La bourguignonne recense quelques faiblesses par rapport à ses concurrentes, par exemple dans l'item d'ouverture à l'international où elle se place 16e sur 18. Elle est peu reliée aux autres métropoles européennes et accueille peu de congrès internationaux, détaille Arthur Loyd dans son rapport. Mais avec son positionnement de métropole connectée et son projet OnDijon, elle possède plusieurs atouts dans sa manche pour continuer d'assurer son attractivité."
 

 

Chalon-sur-Saône quitte le podium

L'agglomération de Chalon-sur-Saône arrive cinquième du classement dédié aux agglomérations de taille moyenne, et quitte le podium où elle occupait la troisième place l'an dernier. Elle est derrière Valence, Niort, Angoulême et Laval.
 

La baisse est liée "à des scores mitigés sur l'économie et la thématique connectivité et innovation", indique Arthur Loyd. "C'est au sein de cette dernière qu'elle a perdu le plus de places, en effet, elle arrive dernière pour l'item potentiel d'innovation. Elle est par exemple peu couverte par le très haut débit (49%) et ne recense aucune levée de fonds de startups sur son territoire. Cependant, elle reste bien placée pour la qualité de vie car elle y conserve sa deuxième place."
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
immobilier économie