Comment sortir les paysans de l’angoisse dans laquelle ils se trouvent ?

Il y a eu 20 % d’installations en 2018, rappelle Jérémy Decerle, président national des Jeunes agriculteurs (JA) et éleveur de charolais en Saône-et-Loire. Il faut savoir exploiter les atouts de l’agriculture française, dit-il.
 

"Il faut faire revenir l’argent dans la cour de la ferme"


Jérémy Decerle, président national du réseau des Jeunes agriculteurs (JA), était l’invité de RFI lundi 25 février 2019.

"Les paysans manquent de revenus. Ils ont aussi le sentiment de manquer de considération, même si beaucoup de chiffres montrent que les citoyens français aiment leurs agriculteurs.

Il y a aussi tout un tas d’attaques sur le monde agricole : un coup c’est sur la consommation de viande, un coup c’est sur les produits phytosanitaires. Tout ça fait un cocktail qui n’est pas performant pour relever la tête et faire la transition écologique", dit le patron des Jeunes Agriculteurs.
 

Jérémy Decerle est revenu sur la déclaration d’Emmanuel Macron au Salon de l’agriculture samedi 23 février. Le président de la République a déclaré : "Il faut faire revenir l’argent dans la cour de la ferme".

Or, rappelle le président national des Jeunes agriculteurs, "cela fait un an qu’on travaille sur les Etats Généraux de l’Alimentation [qui doivent permettre notamment aux agriculteurs de vivre dignement de leur travail par le paiement de prix justes : encadrement des promotions, refus de vendre à des prix abusivement bas, etc]

"Pour l’instant, zéro centime est retombé dans la cour de ferme. Les paysans dans leur exploitation sont dans le doute", explique Jérémy Decerle.

 


"Malgré le manque de perspectives, les jeunes ont quand même envie de venir" 


"Mais voilà, il y a eu 20 % d’installations en 2018, ce n’est pas négligeable. Malgré le manque d’attractivité et de perspectives dans ce métier, les jeunes ont quand même envie d’y venir. Nous devons trouver comment sortir de l’angoisse dans laquelle se trouvent les paysans", ajoute l’éleveur bourguignon.

"Le discours d’Emmanuel de Macron de samedi donne une ambition économique européenne que nous sommes prêts à suivre. Mais, il faut aussi que la France donne l’exemple. Il y a des choses à faire. Il y a plein d’atouts derrière l’agriculture française. Il faut qu’on coordonne tout ça pour faire un cocktail alléchant."


Retrouvez tous nos articles sur le Salon de l'agriculture 2019 et ceux de toutes les régions de France 3

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
salon de l'agriculture agriculture économie social