Coronavirus : en Bourgogne les centres de dépistage échappent à l'engorgement... pour l'instant

Publié le

De plus en plus de tests PCR sont effectués en Côte-d'Or. S'ils travaillent à flux tendu, les laboratoires continuent de tester en masse. Il est encore possible de se faire tester dans la journée. 

Les Français sont de plus en plus nombreux à vouloir se faire "tester". Pour preuve, plus de 700 000 tests sont réalisés chaque semaine dans l'hexagone. Le ministre de la santé, Olivier Véran vise même les 1 millions de tests "si il le faut"


Six fois plus de tests en un mois

Dans certaines grandes villes, comme Paris ou Marseille, c'est l'embouteillage et les laboratoires d'analyse ont du mal à suivre. Mais en Bourgogne, où on teste beaucoup plus depuis quelques semaines, ça n'est pas le cas. À Dijon, il est même encore possible de faire un test dans la journée. Pour l'instant. 
 

Président de l'Union Régionale des Professionnels de Santé Biologistes BFC, Norbert Desbiolles explique : " Pour les gens qui présentent des symptômes ou pour les professionnels de santé, qui travailent en EHPAD par exemple, on les fait en moins de 24h ". Puis le président de poursuivre : " Par rapport à fin juillet, on a multiplié par six le nombre de tests. Ce qui fait 1100 à 1200 tests par jours ". L'agence régionale de santé ajoute : " la Côte-d'Or est désormais l'un des départements de France où l'on teste le plus " .


En entreprise, des situations évaluées " au cas par cas "

Du côté des entreprises, le télétravail est encore privilégié quand il est possible. Il est recommandé par les autorités comme le premier geste barrière entre les employés pour éviter la circulation du virus et le risque de cluster.

Un protocole a été dressé, comme l'explique Geoffroy Secula, président la confédération des petites et moyennes entreprises de Côte-d'Or : " En cas de symptômes, les salariés doivent directement prévenir leur entreprise ainsi que leur médecin. Ils sont ensuite testés et dans l'attente des résultats, entre deux et trois jours, les salariés sont invités à rester à l'isolement, en quarantaine " explique-t-il.

Dans le cas où l'employé est testé positif, il est placé en arrêt maladie et doit respecter une quarantaine. Puis s'en suit une analyse de son parcours, afin de cibler les "cas contact", les personnes potentiellement touchés dans son entourage professionnel. Mais pour autant, tous les collègues se sont pas systématiquement testés. Pour l'instant, ces mises en quarantaine ne posent pas de problème au fonctionnement des entreprises.

Geoffroy Secula développe : " Cela se fait au cas par cas. L’entreprise analyse toutes les personnes avec qui l’employé a été en contact et surtout les conditions dans lesquelles les contacts ont eu lieu. Il poursuit : " Les entreprises sont déjà soumises à tous les gestes barrières comme le port du masque et la distanciation ce qui réduit considérablement le risque de transmission entre employés "



Retrouvez le reportage de Anne Berger et Tiphaine Pfeiffer :
 
 
Dépistages gratuits sur la métropole de Dijon

lundi 7 septembre, 13h30-18h, salle Desvoge (Dijon)
mardi 8 septembre, 8h30-13h, salle Desvoge (Dijon)
mercredi 9 septembre, 8h30-13h, salle Lucie Aubrac (Fontaine d'Ouche)
jeudi 10 septembre, 8h30-13h, mairie de quartier des Grésilles