Coronavirus : une coiffeuse de Cosne-sur-Loire réserve une journée gratuite aux soignants

Dans la Nièvre, une coiffeuse de Cosne-sur-Loire a décidé de dédier une journée de travail, une fois le déconfinement possible, au personnel soignant des environs. Shampoing, coupe, soins, massage seront offerts pour les remercier de leur investissement au long des dernières semaines.

Elsa Firmino propose une journée autour de la coiffure et du bien-être au personnel soignant, une fois son salon rouvert.
Elsa Firmino propose une journée autour de la coiffure et du bien-être au personnel soignant, une fois son salon rouvert. © Atelier Brush Coiffure
Une journée de coiffure et bien-être offerte à tout le personnel soignant du bassin de Cosne-sur-Loire (Nièvre). C'est le geste de solidarité que prévoit Elsa Firmino, propriétaire de l'"Atelier Brush Coiffure", lorsque le déconfinement aura lieu.

"Chacun pourra bénéficier d'une prestation comprenant shampoing, soin, massage capillaire, coupe et brushing, liste la coiffeuse. Je veux leur offrir une journée, leur apporter un peu de bien-être, ce sera un témoignage de gratitude pour ceux qui donnent beaucoup de temps et de fatigue depuis plusieurs semaines. Beaucoup sont un peu à cran en ce moment, c'est important d'être solidaires."
 

Pourront en profiter le personnel soignant, les médecins, le personnel des EHPAD et tous les métiers annexes. Pour en bénéficier, il suffit de contacter le salon, sur Facebook ou par téléphone.

Le jour précis n'est pas encore arrêté. "La date sera définie dans les prochains jours, précise Elsa Firmino, lorsque nous aurons plus d'informations sur la reprise et le protocole sanitaire qui sera nécessaire. Ce sera après le déconfinement, un lundi, la journée de fermeture habituelle du salon, de 8 heures à 20 heures non-stop."
 
Depuis le début du confinement mi-mars, le salon de coiffure est fermé et attend de retrouver ses clients.
Depuis le début du confinement mi-mars, le salon de coiffure est fermé et attend de retrouver ses clients. © Atelier Brush Coiffure

Une reprise attendue avec impatience


Contrainte à l'arrêt depuis le début du confinement, la coiffeuse a hâte de retrouver son activité. "Cela fera deux mois sans rien, c'est long là, regrette-t-elle. Nous avons beaucoup d'appels de clientes qui nous disent qu'elles ont besoin de nous, de se faire chouchouter et remonter le moral."

Mais la reprise comporte encore beaucoup d'incertitudes. "Nous attendons des directives de la part de l'Union nationale des entreprises de coiffure et du gouvernement pour savoir comment nous allons devoir nous organiser, explique Elsa Firmino. Il y aura des précautions à mettre en place."
 

Tourner une page difficile

Et pour le salon, il s'agira de se sortir d'une période difficile. "Ma salariée a été 15 jours en arrêt pour garde d'enfant, depuis le 1er avril et jusqu'au 11 mai elle est en chômage partiel, détaille la propriétaire depuis 2008. Heureusement j'ai reçu un accompagnement du fonds de solidarité, ainsi que 1500 euros de l'Etat et 1250 euros de l'Urssaf. Mais ce sont des aides qui ne remplacent pas le chiffre d'affaire habituel et qui ne payent pas toutes les charges."

Malgré les difficultés, Elsa Firmino n'a pas hésité à proposer cette journée. "Il fallait que je montre mon soutien, avec mes moyens. Nous sommes tous touchés par cette situation."

 ​​​​​​​
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société solidarité
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter