Coronavirus Covid-19 : bientôt le bout du tunnel pour les horticulteurs ?

Les plants potagers et semences sont, depuis le 1er avril, considérés comme des produits de "première nécessité". En ce début de saison, comment la profession horticole s'organise-t-elle en ce temps de confinement ? Exemple chez un couple d'horticulteurs en Saône-et-Loire.
 
Françoise Chatagnier, horticultrice à Beaubery, en Saône-et-Loire
Françoise Chatagnier, horticultrice à Beaubery, en Saône-et-Loire

Les plants potagers et semences : achats de première nécessité

la Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances, Agnès Pannier-Runacher, a autorisé "la vente des semences et de plants potagers considérés comme un achat de première nécessité" depuis le 1er avril.  

Les horticulteurs s'organisent

L'annonce du confinement et de la fermeture de nombreuses entreprises horticoles est tombée en plein début de saison de printemps.
Un coup dur pour cette profession qui voit sa pleine activité débutée justement à cette période.

Françoise Chatagnier, horticultrice à Beaubery, en Saône-et-Loire :

Au début, on s'est demandé si on allait faire la production...

C'est début décembre que l'activité reprend au sein de cette entreprise avec les semis de poireaux, devenus jeunes plants au début du printemps et proposés à la vente aux particuliers.

S'ensuivent les préparations des "gros volumes" : les gros pots de géraniums, les supensions de surfinias... Tout est préparé à l'avance pour que ces plants aient le temps de grossir et d'être prêts aux beaux jours.

Les pots et suspensions dans les serres des horticulteurs Chatagnier
Les pots et suspensions dans les serres des horticulteurs Chatagnier © NZ / France 3 Bourgogne


► Une entreprise avec des moyens humains réduits
L'entreprise travaille habituellement avec des saisonniers à la reprise d'activité au printemps.
L'annonce du confinement est arrivée au moment de l'embauche de ceux-ci.
Afin de se préserver du virus, ainsi que le futur personnel, les horticulteurs ont préféré ne pas embaucher et mettre les bouchées doubles !
Préparation des futurs plants, arrosage des légumes et fleurs dans les serres, préparation des commandes... pas le temps de souffler en cette période pour les personnes travaillant dans les serres.

Philippe Chatagnier arrose les semis de salades
Philippe Chatagnier arrose les semis de salades © NZ / France 3 Bourgogne


► Une mise en place d'un drive pour sauver la production
L'entreprise Chatagnier a mis en place un drive avec un système de commande par téléphone.
Les commandes passées sont disponibles à l'entrée du site. Chaque client a donc un rendez-vous pour les retirer à un jour et une heure fixe afin d'éviter tout rassemblement.

Un client venu chercher sa commande au drive des serres Chatagnier
Un client venu chercher sa commande au drive des serres Chatagnier © NZ / France 3 Bourgogne


Un service très apprécié comme en témoigne les petits mots laissés par la clientèle :

© NZ / France 3 Bourgogne

Les plants disponibles à la vente actuellement sont :


► Et après le 11 mai, date de la "fin" du confinement ? 
Pour cette entreprise les "grosses ventes de l'année" débutent au mois de mai, bien que la saison soit déjà un peu décalée suite au beau temps de ces jours derniers.

Après le 11 mai, on ouvre les portes tout en respectant les règles d'après-confinement (marquage au sol, masques...) - Françoise Chatagnier, horticultrice

A cette période tout sera prêt !
Les tomates, que l'horticultrice préparent actuellement, seront prêtes à rejoindre la terre de nos jardins.

Préparation des plants de tomates
Préparation des plants de tomates © NZ / France 3 Bourgogne

Et toutes les fleurs seront enfin disponibles ! 
Elles auront eu le temps de grossir et d'être les plus belles lors de la réouverture des serres.

De beaux géraniums en attendant la réouverture des serres aux clients
De beaux géraniums en attendant la réouverture des serres aux clients © NZ / France 3 Bourgogne


La notion de première nécessité n’est pas la même pour tous !

Un flou créé par cette fameuse notion de commerce "de première nécessité" précisé dans le décret du 23 mars 2020 : à cette époque, le ministère de l'Agriculture n'a autorisé l'ouverture que pour les enseignes essentielles et les horticulteurs et pépiniéristes ne font pas partie de la liste des commerces autorisés.

Les fleurs et les plantes
ornementales ne sont pas considérées comme des produits essentiels.
Il est donc interdit aux horticulteurs de les proposer à la vente !

Cependant, les jardineries, grandes et moyennes surfaces qui vendent des semences potagères et alimentaires vendent également des plants horticoles !
Des plants horticoles disponibles en grande surface
Des plants horticoles disponibles en grande surface © NZ / France 3 Bourgogne







 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société économie