Coronavirus Covid-19 : En Bourgogne-Franche-Comté, « la sortie de la zone rouge est une affaire de quelques jours »


Le directeur de l’Agence Régionale de Santé a fait le point ce vendredi 8 mai avec le Préfet de région et les recteurs sur l’épidémie. Les choses s’améliorent. Il a présenté également les enjeux du confinement et les brigades pour retrouver les cas contacts.

Illustration/ Service de réanimation
Illustration/ Service de réanimation © Stéphanie Para - maxPPP
« La sortie de la zone rouge est une affaire de quelques jours si l’on s’en tient au nombre de patients en réanimation » a expliqué Pierre PRIBILE, Directeur général de l'Agence régionale de santé (ARS) de Bourgogne-Franche-Comté.
 

1.594 morts du Covid-19 en Bourgogne Franche-Comté



112 patients sont en réanimation à ce jour, le chiffre est monté à près de 300 au pic de l’épidémie. Un millier de malades sont encore à l'hôpital. C'est une centaine de moins qu'il y a une semaine.
On compte à ce jour dans notre région plus de 1.500 décès dus au Covid-19
« Oui « ça va beaucoup mieux » même si on reste haut, car on part de plus haut , « on est extrêmement bien orienté » et on sortira de la zone rouge si la progression continue comme ces derniers jours....mais la stabilisation doit se poursuivre dans les jours qui viennent » ajoute Pierre Pribile. « On constate une vraie baisse du rythme de nouveaux décès et du signalement de nouveaux cas dans les Ehpad notamment » lance le directeur de l’ARS.


Les enjeux du déconfinement, et un appel au civisme


« L’objectif sur le plan sanitaire, c’est de tout faire pour éviter une reprise de l’épidémie, cela dépendra de chacun d’entre nous et du civisme » rappelle Pierre Pribile.
A partir du 11 mai, les habitants de Bourgogne Franche-Comté sont invités à respecter les mesures barrières, comme le lavage des mains. Il faudra continuer à observer une distanciation sociale, télé travailler quand cela est possible. Les personnes devront surveiller aussi leurs symptômes et contacter leur médecin par téléphone en cas de toux ou de fièvre.
 

Une surveillance des indicateurs pour anticiper une éventuelle reprise de l’épidémie


« Le scénario d’une reprise de l’épidémie est dans toutes les têtes, et bien sûr préparé » a indiqué Pierre Pribile, directeur ARS Bourgogne Franche-Comté.
Un certain nombre d’indicateurs vont être surveillés comme le nombre de tests positifs réalisés en laboratoires. Cet indicateur sera le premier signal d’alerte d’une circulation active du virus. Les hôpitaux de la région ont commencé à reprendre leur activité médicale et chirurgicale tout en maintenant des lits Covid. « Ils doivent pouvoir enclencher au moindre signal la réversibilité de leur fonctionnement » a précisé Pierre Pribile.


Les brigades contact sont opérationnelles


Dès lundi 11 mai, les fameuses brigades sanitaires sont prêtes. Ce "contact tracing", tout cela ne pourra fonctionner que si les citoyens se signalent quand ils sont malades ou ont des symptômes a résumé le directeur de l’ARS.
L’identification des personnes qui auraient pu être contaminées va se faire via plusieurs niveaux :
    


Tests de dépistage et tests sérologiques

À l’heure qu’il est, la capacité de réaliser des tests en Bourgogne Franche-Comté est de 3700 à 4000 tests de diagnostic Covid. C’est au-delà des objectifs fixés par le gouvernement a expliqué l’ARS.
Les tests sérologiques qui permettent de dire si une personne a été en contact avec le Covid sont déjà proposés par plusieurs laboratoires, mais ne sont pas recommandés par les autorités de santé. « Dès que ces tests seront fiables, et que la stratégie sera définie, ils seront proposés à la population" a précisé Pierre Pribile. Le Préfet de région indique que la concertation est en cours pour identifier des hébergements, hôtels, gîtes qui pourraient permettre d'accueillir aussi des malades.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société déconfinement
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter