Coronavirus covid-19 : Evane Vermeire, écolo et cheffe d'entreprise de 12 ans, coud des masques pendant le confinement

La jeune fille de 12 ans de Seloncourt, dans le Doubs, s’investit avec détermination dans la cause écologique. Son entreprise Vert Dur’able fabrique savons solides, lessive. Récemment, la cheffe d’entreprise a décidé de coudre des masques pour contrer la pénurie, à son échelle.

Evane Vermeire, une Greta Thunberg comtoise.
Evane Vermeire, une Greta Thunberg comtoise. © Clémence Vermeire
160, c’est le nombre de masques cousus par Evane Vermeire. C’est une publication sur Facebook qui agit comme un déclic pour la jeune fille : un appel à l’aide de la part du personnel soignant. Vive et pleine d’idées, la collégienne de Seloncourt se consacre à la confection de ces petits morceaux de tissus. « Je cousais déjà depuis un an, je ne suis pas très expérimentée », déclare Evane Vermeire, modeste. De tutos en tutos, la petite fille conçoit cinq types de masques, avant de parvenir à un modèle homologué « grâce à une vidéo envoyée par l’amie de maman ».

C’est donc un produit de plus proposé par Vert Dur’able. Tout commence en novembre 2019, après un atelier de saponification, offert à Evane pour son anniversaire. « Pourquoi ne pas essayer d’en fabriquer à la maison ? », pense l’adolescente, une fois rentrée chez elle. Après quelques tentatives, dans son « labo », l’idée d’en faire plus lui vient à l’esprit. Peu emballée au départ par le projet d’une nouvelle entreprise, Clémence Vermeire s’embarque avec enthousiasme dans cette nouvelle aventure. La mère soutient Evane, et l’aide à écrire les messages sur la page Facebook. Les commandes se font en ligne. Fière de sa fille, elle explique : « Cette entreprise, c’est un virage qu’elle tient, ce qui n’est pas facile quand on est une jeune ado ».

Une affaire de famille


Vert Dur’able est né, en janvier 2020. La société est au nom de Clémence Vermeire, en attendant les seize printemps de la fille. « C’est mon frère qui a trouvé le nom », décrit Evane Vermeire, la cadette d’une famille de trois.  Cette appellation, accrocheuse, revêt plusieurs significations. Vert, c’est la couleur de l’écologie. Durable, pour le temps long et l’environnement. Dur, pour les produits solides, écologiques, qui durent plus longtemps. Able, comme en anglais, « to be able to », être en capacité de changer les choses. Car cette entreprise est sa façon à elle de témoigner de son engagement écologique. C’est de famille. Evane Vermeire liste : « On a toujours fait attention à la nature. On n’utilise pas beaucoup la voiture. On n’a jamais utilisé de gels douche du supermarché. »

Alors, avec sa microentreprise, et ses savons fabriqués le week-end, Evane Vermeire aimerait « convertir les gens ». Ceux qui aimeraient fabriquer eux-mêmes leurs savons, mais qui n’ont pas le temps. Ceux qui voudraient réduire les emballages plastiques, trop présents dans les produits vendus en grande surface. Convertir les gens, oui, mais localement, car l’entreprise fournit aux clients des villes alentours, dans le département. Avant le confinement, son produit phare pour la vaisselle, elle n’en vendait qu’« une quinzaine par mois ». Aujourd’hui, les ventes de ses masques explosent. En retrouvant le chemin du collège, la jeune cheffe d’entreprise en coudra cinq par jour pour aider et agir, à sa manière, pendant la crise sanitaire.


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société écologie environnement
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter