Coronavirus Covid-19 : N'abandonnez pas vos animaux, l'appel à la raison lancé par la SPA

Avec le confinement et l'épidémie de coronavirus, les SPA redoutent des abandons d'animaux. La SPA France rappelle que les animaux ne sont pas vecteurs du virus et que les abandons entraîneraient une vague d'euthanasie.

© maxppp
Dans toutes les SPA de France, les refuges sont fermés depuis le 16 mars jusqu'à nouvel ordre. C'est le cas de celui de Deluz dans le Doubs. Seuls certains bénévoles intervenant très régulièrement au refuge sont autorisés à rentrer au refuge pour aider aux travaux d’entretien ou de bricolage, balader les chiens ou s'occuper des chats.

Le Refuge des Longeaux continue lui a fonctionner sur rendez-vous pour le service de la fourrière, les accueils d'urgence dont les abandons, ou les adoptions programmées.


Aucune raison d’abandonner votre animal


Les refuges de la SPA et en particulier celui de Deluz, s’ils redoutent une vague d’abandons, rappellent comme les vétérinaires que les animaux ne sont pas contaminants. Les appels pour prendre un rendez-vous d’abandon sont aussi nombreux qu’à l’habitude mais personne n’invoque au premier jour du confinement, une panique liée à la contamination par le Covid19. 

En 2019, 154 animaux ont été abandonnés au refuge de Deluz contre 98 l’année d’avant et le début de l’année 2020 ne laisse pas présager de recul. Actuellement, le refuge ne peut plus accueillir de pensionnaires supplémentaires.  Il a fallu mettre en place une liste d’attente. D’où la nécessité de rassurer les propriétaires. En ces temps de confinement, les câlins à vos compagnons d’infortune seraient même conseillés pour éviter la déprime.

 


Au niveau national, la SPA a lancé une campagne d'information sur son site internet et les réseaux sociaux



La société protectrice des animaux en appelle à la responsabilité des propriétaires d’animaux de compagnie à ne pas croire les rumeurs qui pourraient avoir des conséquences catastrophiques en termes d’abandon. Les fourrières publiques, ainsi que les refuges des associations de protection animale qui récupèrent les animaux auprès de ces fourrières pour les faire réadopter, sont déjà pratiquement tous saturés en termes de capacité d’accueil. Or, la fermeture au public des refuges va freiner drastiquement les adoptions.

"Si une vague massive d’abandons d’animaux de compagnie intervient, cela entraînera une vague d’euthanasie massive dans les fourrières, comme le prévoit la loi française. Les associations ne seront plus en capacité d’absorber le flux d’abandons venu des fourrières," explique la SPA dans un communiqué.


D'autres associations ont relayé le message, parfois avec humour

La Fondation Assistance aux Animaux en appelle au civisme et à la responsabilité des propriétaires d’animaux de compagnie. Avec humour elle a publié la vidéo d'un chien en refuge, confiné, et préparant son attestation de déplacement pour sortir. Message, vous pouvez bien sûr continuer à sortir votre animal de compagnie.

 





Animaux testés : aucun cas de coronavirus recensé


Le laboratoire IDEXX, l’un des leaders mondiaux du diagnostic vétérinaire a évalué des milliers de spécimens canins et félins lors de la validation d’un nouveau test de diagnostic vétérinaire pour le COVID-19. Aucun cas n’a été recensé.

Sur le terrain, depuis le début de la pandémie, les vétérinaires  bisontins que nous avons contactés n’ont constaté aucune inquiétude chez les propriétaires d’animaux domestiques, et aucune question relative au coronavirus ne leur a été posée.

Le virus est pourtant bien connu des vétérinaires et ce depuis longtemps. Il  touche en particulier les chats qui peuvent en mourir, mais l’animal ne transmet en aucun cas la maladie. 

La SPA martèle le message :  aucun élément ne permet de penser que les animaux de compagnie sont impliqués dans la circulation du virus. Toutes les sources scientifiques, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) en tête, concordent : le COVID-19 n’atteint pas les animaux de compagnie comme les chiens et les chats, et ils ne sont pas impliqués dans la propagation de cette épidémie.

Même si le nouveau coronavirus SARS-CoV-2 -- qui provoque la maladie Covid-19 -- est sans doute né chez la chauve-souris avant de passer par une autre espèce avant de se transmettre à l'Homme, son passage "de l'être humain vers une autres espèce animale semble actuellement peu probable", assurent les experts.

Ils mettent notamment en avant le fait qu'"aucun virus" du même groupe que ce nouveau coronavirus n'a jamais été détecté chez un animal domestique.




 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
animaux nature coronavirus/covid-19 santé société