Coronavirus Covid-19 : un plan d'urgence de 68 millions d'euros mobilisé par la Région Bourgogne-Franche-Comté

© NZ / France 3 Bourgogne
© NZ / France 3 Bourgogne

Face à la crise sanitaire, la Région Bourgogne-Franche-Comté met sur la table 68 millions d'euros pour assurer la continuité des services régionaux, aider les très petites entreprises, associations, le secteur touristique, de l'événementiel et soutenir ceux qui luttent contre l'épidémie de covid-19.

Par Lucie Thiery

A situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles. Dans ce contexte de confinement, privés d'assemblée plénière, les élus du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté se sont réunis sous une forme inédite ce vendredi 3 avril. Ils ont été consultés à distance en visio-conférence par la Présidente sur une série de mesures d'urgence pour faire face à la crise sanitaire actuelle. "Le temps presse" insiste Marie-Guite Dufay, qui a salué "l'esprit de cohésion qui a présidé lors de cette consultation entre les élus" de la majorité comme de l'opposition. La Région Bourgogne-Franche-Comté va débloquer 68 millions d'euros d'aides aux entreprises et élèves soignants. 21 millions en fonctionnement et 47 millions en investissement. "C'est conséquent mais dans cette situation, il faut faire preuve de responsabilité, d'humilité" a commenté Mme Dufay.
 

1200 euros de rémunération mensuelle pour les élèves soignants

La présidente de Région a d'abord souligné sa "grande reconnaissance" envers le personnel soignant, en première ligne. "L'essentiel c'est à l'hôpital que cela se joue", ajoutant que "la guerre contre ce virus est engagée". Des paroles qui se traduisent en actes. La Région a décidé d'attribuer une aide exceptionnelle aux élèves soignants (étudiants infirmiers, aide-soignants, ambulanciers et kinésithérapeutes). Cette aide ira jusqu’à 1 200 euros par mois complet de stage, et s'élèvera à 300 euros par semaine pour 35 heures de travail, si la durée du stage est inférieure à un mois. 3 580 étudiants et élèves pourraient en bénéficier durant l'ensemble de la période d’urgence sanitaire.

1500 euros d'aides pour les TPE

Report de charges sociales et fiscales, chômage partiel, remise d'impôts, report de paiement de loyers et factures, pour soutenir les entreprises, l'Etat a mis en place une série de mesures. Compétente en matière de développement économique, un arsenal d'aides est également prévu par la Région. Elles sont destinés aux entreprises de moins de 10 salariés particulièrement touchées par la crise. Un fonds de solidarité financé à hauteur de 8,5 millions par la région viendra s'ajouter et compléter le dispositif d'aides prévu par l'Etat.
 


Certaines entreprises ayant perdu au moins 50 % de leur chiffre d’affaires au mois de mars 2020 et qui ne sont pas soutenues par leur banque pourront bénéficier de 1500 euros d'aides de la Région. Avec les mêmes conditions, la même enveloppe de 1500 euros sera débloquée pour les entrepreneurs et indépendants qui ne sont pas éligibles au fonds de solidarité national. La Présidente de Région a tenu à rappeler que "les entreprises qui se trouvent dans une situation difficile inédite doivent trouver un soutien fort de la part des banques".
 

2,5 millions d'euros pour les professionnels du tourisme et de l'événementiel

Durant cette catastrophe sanitaire, avec l'instauration des mesures de confinement, les secteurs du tourisme et de l'événementiel sont sévèrement touchés. La fréquentation hôtelière a enregistré un net repli de 30 % entre le 1er au 15 mars.
 


La Région a donc créé un fonds d’urgence permettant de compléter les dispositifs d'aide de l'Etat et de la Banque Publique d'Investissement (BPI). Ce fonds prévoit 2,5 millions d'euros d'aides aux entreprises de l’événementiel et également 2,5 millions d’euros pour les professionnels du tourisme. Il s'agit d'une subvention forfaitaire qui s’élèvera pour chaque entreprise à 5 000 euros.
 

Un prêt rebond pour les TPE et PME

C'est un dispositif qui fonctionne depuis lundi dernier, 30 mars. Le prêt Rebond s’adresse aux TPE et PME qui ont plus d’un an d’activité et vise à renforcer leur trésorerie. Il s'agit d'un prêt à taux zéro sur 7 ans et dont le remboursement est différé de deux ans. D’un montant de 10 000 à 200 000 euros (dans la limite des fonds propres de l’entreprise), il sera accordé sans prise de garantie sur les actifs de l’entreprise ou le patrimoine du dirigeant. Aujourd'hui déjà 6 millions d'euros de demandes de prêt rebond sont à l'étude dans la région. Ils ont été "en grande partie déjà accordés et concernent tous les secteurs d'activité" explique Charles-Eric Baltoglu, Directeur régional de BpiFrance.

Et la filière agricole ?

Des pistes sont à l'étude pour venir en aide aux différentes filières agricoles. "La problématique est souvent nationale voire européenne" précise Marie-Guite Dufay. La disparition des marchés et la modification des habitudes d'achat des consommateurs mettent à mal les productions locales.


"Il y a un vrai problème de débouchés pour les productions locales" reconnaît la Présidente de région. Ses services travaillent à la mise en place d'une plateforme destinée à faire connaître ces productions locales.

Aides aux associations et abonnement TER non prélevé en mars

Enfin, les associations verront leurs subventions régionales maintenues et systématiquement reconduites quelque soit la dégradation de leur activité. La rémunération des demandeurs d'emploi engagés dans des actions financées par la région sera elle aussi maintenue. La Région suspend également le prélèvement des abonnements TER pour le mois de mars. 3 millions d'euros sont également investis dans l'achat de 4 millions de masques chirurgicaux.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus