Côte-d'Or : pour lutter contre la chaleur, le bitume de la cour d'école est remplacé par des espaces végétalisés

1000 m² de bitume en moins et 2600 m² d'espaces de nature. Dès la rentrée prochaine, les élèves de l'école Boudernières profiteront d'une nouvelle cour végétalisée. Le site se veut écologique et éducatif.
C'est sur la base des idées des enfants que s'est dessiné le projet de la nouvelle cour d'école.
C'est sur la base des idées des enfants que s'est dessiné le projet de la nouvelle cour d'école. © LPP

Moins de bitume pour plus de nature dans les cours des écoles primaires et maternelles Boudernières à Chenôve. Ce lundi 5 juillet, les parents d'élèves ont découvert à quoi ressembleront les cours des deux écoles dans les prochains mois.

Début des travaux fin juillet

Les gros travaux débuteront à la fin du mois de juillet avec le démantèlement du bitume et l'installation des jeux en bois dans les cours. Des espaces de plantation seront crées, tout comme des points de récupération d'eau, une mini-prairie ou encore des bosquets comestibles.

Puis, entre les mois de septembre et novembre auront lieu les premiers ateliers avec les différentes classes. Des interventions avec l'association Pirouette Cacahuète permettront de donner lieu aux premières plantations.

Le résultat d'un travail de près d'un an, où les enfants et leurs enseignants ont été partie intégrante du projet piloté par l'association pirouette cacahuète, engagée pour des actions sociales et écologiques.

"Pour débuter, il y a eu une partie d'études techniques l'année dernière, pour sonder le terrain, voir ce qu'il était possible de faire, explique Cécile Artale, la directrice de l'association Pirouette Cacahuète, porteuse du projet "cour de nature". Puis entre janvier et février, ma collègue Chloé est allé faire des animations dans les classes pour expliquer l'importance de l'eau, de la nature en ville, de la présence d'arbre pour moins souffrir de la chaleur. Elle leur a ensuite demandé ce qu'ils faisaient dans la cour et ce qu'ils voulaient faire par la suite."

Le choix des enfants et des enseignants

"On leur a proposé de bâtir ce qui serait la cour idéale en fonction des sensibilisations qui ont été dispensées en classe par des intervenants de l'association pirouette cacahuète, précise M. Lapeyrie, directeur de l'école maternelle. Et pour les enfants, une cour idéale est une cour où le bitume est moins présent et les végétaux plus nombreux. "On n'a pas été surpris, cela fait un moment que l'on travaillait sur la végétalisation et les plantations"  complète Mme Giraud, directrice de l'école élémentaire. Enseignants, associatifs et élus du conseil municipal se sont ensuite concertés pour définir la composition définitive des futures cours de récréation.

S'ils découvraient le projet à travers la maquette, les parents ont semblé conquis par ces nouvelles cours de récréation. "C'est important pour nos enfants de pouvoir passer du temps dehors, dans la nature" explique une mère de famille concentrée à observer la maquette. À ses côtés, ses deux garçons s'imaginent déjà construire des cabanes dans la future mini-forêt.

"Les parents que j'ai vu ont trouvé ça bien, ils sont contents qu'il y ait moins de bitume, poursuit Mme Giraud. On va maintenant essayer de travailler avec les parents pour les investir dans le projet et les inviter à venir planter par exemple".

A la sortie des classes, de nombreux parents sont venus découvrir le projet à travers sa maquette.
A la sortie des classes, de nombreux parents sont venus découvrir le projet à travers sa maquette. © LPP

S'emparer de nouveaux espaces pour apprendre

À terme, l'objectif est aussi de s'emparer ces nouveaux espaces végétaux pour en faire des outils d'enseignement. Elodie Pasteur, inspectrice d'académie explique : "Ce projet de cour d'école entre dans le cadre du projet départemental de l'école du dehors. Il vise à développer l'apprentissage dehors, qu'il soit moteur mais aussi pour les mathématiques, en cours de français ou dans l'expression orale. Le projet c'est aussi d'emmener les enfants dehors pour qu'ils y soient bien et qu'ils puissent aussi y apprendre. Cela se fait déjà beaucoup dans les pays germaniques."

Les jeunes Cheneveliers et Chenevelières pourront découvrir cela dès la rentrée prochaine.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
jeunesse société famille éducation écologie environnement