Cet article date de plus de 5 ans

Pour la 155e vente, les Hospices de Beaune mettent aux enchères des blancs "généreux" et des rouges "harmonieux"

La vente des vins des Hospices de Beaune aura lieu le 15 novembre 2015. Selon Ludivine Griveau, régisseur du domaine, le millésime est très prometteur grâce à des conditions météo particulièrement favorables. 575 pièces seront mises en vente cette année, dont une de Chablis pour la 1ère fois.
La 155e vente aux enchères des Hospices de Beaune s'était ouverte par un hommage aux victimes des attentats de Paris.
La 155e vente aux enchères des Hospices de Beaune s'était ouverte par un hommage aux victimes des attentats de Paris.
Les halles de Beaune accueilleront le 15 novembre la 155ème vente aux enchères des vins des Hospices de Beaune. C’est le 1er millésime de Ludivine Griveau, le régisseur qui a pris ses fonctions l’hiver dernier. Les profits tirés de cette vente servent à la modernisation de l'hôpital et l'entretien du bâtiment historique de l'Hôtel-Dieu, sauf une pièce qui sera vendue cette année au profit de deux associations grâce à l’aide des deux présidents d’honneur, Claire Chazal et Christophe Lambert.

Quels sont les vins vendus lors de cette vente ?

575 pièces (228 litres) seront mises en vente cette année : 117 de vin blanc et 458 de vin rouge. Elles sont réparties en 48 cuvées élaborées par le domaine viticole des Hospices, 33 de rouge et 15 de blanc. Elles sont issues de parcelles réparties sur toute la Bourgogne, depuis le Mâconnais jusqu’à Chablis en passant par les Côtes de Nuits et de Beaune. A noter que c’est la 1ère fois que sera vendue une cuvée de Chablis, issue d’un don de Jean-Marc Brocard, vigneron de Chablis.



Le domaine viticole des Hospices a été constitué depuis le XVème siècle par des donations. Il compte aujourd’hui 60 hectares dont 85% sont classés en 1er ou en grand cru. 15% des parcelles sont plantées en chardonnay pour élaborer des vins blancs, le reste en pinot noir pour les vins rouges. 23 vignerons exploitent ses parcelles pour le compte des Hospices de Beaune sous la direction de Ludivine Griveau.

Comment s’annonce le millésime 2015 ?

Les conditions sanitaires, une  maturité homogène, tout concourt à faire du millésime 2015 un grand millésime estiment les professionnels. C’est le cas pour les vins du domaine viticole des Hospices de Beaune. Selon Ludivine Griveau, le régisseur, les vins blancs s’annoncent d’être « généreux, aux arômes de fenouil, anis, fruits jaunes » mais « toniques » et avec des acidités «  prometteuses ».

Les vins rouges devraient être harmonieux avec un bon niveau d’acidité et des tanins tous très mûrs. A ce stade (mi-octobre), les vins rouges présentent « des arômes de fruits frais (fraise, mûre, framboise) et des tanins présents que l’élevage en fût contribuera à enrober » explique Ludivine Griveau.

Selon les experts de Christie’s qui organisent la vente aux enchères des Hospices de Beaune, « les vins du millésime 2015 présentent toutes les caractéristiques pour être remarquables avec la perspective excitante de produire des vins blancs somptueux et des vins rouges fascinants que les amateurs de Bourgogne pourront apprécier sur le court, moyen et long terme pour les plus grandes Cuvées ».



Quelles ont été les conditions climatiques de ce millésime ?

L’année fut belle pour les parcelles des Hospices de Beaune grâce à des conditions météo très favorables qui ont permis à la vigne de pousser régulièrement et dans un état sanitaire parfait. Les raisins ont donc pu être récoltés à la juste maturité laissant augurer d’un beau millésime explique Ludivine Griveau.

L’hiver  a en effet été très doux, arrosé juste comme il le fallait. Il a été suivi d’un printemps précoce interrompu à la mi-mars par des températures basses au moment même où les 1ers bourgeons commençaient à se former. Sans dégât toutefois. Dès la fin avril, les températures ont commencé à s’élever au-dessus des normales de saison, les 1ères feuilles ont donc fait leur apparition début mai. 

La fin du printemps et le début de l’été furent chauds, la vigne en a profité. Même le manque d’eau s’est fait peu sentir. Les vendanges ont commencé dans des conditions idéales fin août pour les 1ères parcelles, à Pouilly-Fuissé. Tout a été récolté en 7 jours, un record fait remarquer Ludivine Griveau. Seul petit bémol, les quantités pas très importantes à cause de la petite taille des baies. Mais tous les raisins étaient sains.



A quoi sert l’argent récolté lors de la vente ?

L’argent obtenu revient à l'institution hospitalière des Hospices. Fondés au XVe siècle par Nicolas Rolin, chancelier du duc de Bourgogne, les Hospices de Beaune étaient à l’origine un hôpital pour les pauvres. Aujourd’hui, ils regroupent l’hôpital public de la ville (moderne), un bâtiment historique (celui qui a été fondé par Nicolas Rolin) et un domaine viticole. Les revenus tirés de la vente des vins produits permettent de participer au financement de certaines infrastructures ou matériel de l’hôpital. Les dernières années, deux grands projets sont en partie financés par ces fonds :Par ailleurs, chaque année, une pièce de vin est mise en vente au profit d’associations. Elle est adjugée avec l’aide des présidents d’honneur. Cette année, il s’agit de Claire Chazal et Christophe Lambert au profit de l’Institut Curie qui participe à la lutte contre le cancer et la Fondation pour la recherche sur les AVC. La pièce en question est un fût de 228 litres de Corton Renardes Grand Cru, un vin présenté comme « puissant et racé » avec des tanins « mûrs et corsés » et « des notes de fruits noirs bien mûrs ».


Comment s’est déroulée la vente en 2014 ?

L’an dernier, le prix moyen de la pièce a atteint 13.658 euros, soit 800 euros de plus que l’année précédente. La récolte ayant été relativement faible, seules 537 pièces avaient été mises à la vente. Elles avaient atteint un total de 7.334.154 euros. Le prix le plus élevé avait été payé pour un Clos de la Roche, la cuvée Cyrot-Chaudron adjugée à 70.000€. La pièce du président, une pièce de Corton Bressandes grand cru avait été vendue à 220.000 euros à Albéric Bichot, négociant beaunois et à des amis québécois.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
viticulture agriculture économie vins gastronomie sorties et loisirs vente des vins des hospices de beaune