Terrasses : après Beaune et Sens, d'autres villes prêtes à faire payer les restaurants en Bourgogne ?

Pendant la crise sanitaire, plusieurs villes de Bourgogne avaient aboli la taxe aux restaurants, bars et cafés qui étendent leurs terrasses sur la voie publique. La ville de Beaune a récemment voté la fin de l'exonération pour ses restaurateurs. Qu'en est-il dans les autres communes de la région ?
Beaune et Sens ont toutes deux aboli la gratuité de l'extension des terrasses en juin 2021.
Beaune et Sens ont toutes deux aboli la gratuité de l'extension des terrasses en juin 2021. © François Latour / France Télévisions

Avec la reprise des activités des restaurateurs, le conseil municipal de Beaune a voté ce 24 juin la fin de l'exonération de taxe pour l'extension ou la création de terrasses sur la voie publique. Pour justifier ce changement de régime, la mairie avance le chiffre de 100 000 euros de manque à gagner en stationnement engendré par l'extension des terrasses. Pour les restaurateurs, le loyer s'élève à 20,40€ par mètre carré par mois.

"C'est le droit de la mairie de changer ça", estime Laurent Parra, chef du restaurant Le Conty à Beaune, pour qui cette mesure est un mal nécessaire. "Une taxe reste une taxe, on n'aime jamais ça. Mais je ne vais pas critiquer les budgets de la municipalité."

Un avis partagé par son épouse, Isabelle Parra, copropriétaire de l'établissement. "C'est normal que cette taxe soit rétablie", déclare-t-elle. "On travaille tous bien depuis quinze jours donc il faut bien que la ville le fasse à un moment. Nous par exemple, on peut installer dix tables supplémentaires, donc c'est normal qu'on paie."

Depuis ce mercredi 30 juin, la France est en effet entrée dans la dernière phase de déconfinement. Pour les restaurants, cafés et bars, cela signifie la fin des jauges de clients en intérieur. Cette mesure est déjà effective pour les terrasses depuis le 5 juin dernier.

Qu'en est-il dans les autres villes de la région ?

Parmi les départements de la Côte-d'Or, de la Nièvre, de la Saône-et-Loire et de l'Yonne, seules Beaune et Sens ont pris la décision d'abolir l'exonération de paiement le 30 juin 2021. 

Qu'elles soient payantes ou gratuites pour les propriétaires, les terrasses attirent toujours les clients. Ici, la Place Carnot à Beaune.
Qu'elles soient payantes ou gratuites pour les propriétaires, les terrasses attirent toujours les clients. Ici, la Place Carnot à Beaune. © François Latour / France Télévisions

A Autun, la municipalité a choisi de laisser passer l'été avant de remettre en place la taxe sur les extensions de terrasse. Elle sera en effet rétablie après le 30 août, après une période de gratuité démarrée au premier janvier 2021, huit mois auparavant. A noter que les établissements avaient déjà été exonérés pendant les deux confinements de 2020.

A Dijon, la question de la taxe s'était déjà posée en avril dernier, après qu'Anne Hidalgo ait annoncé la suspension de la gratuité à Paris. Dans la capitale des Ducs de Bourgogne, les propriétaires de restaurants, bars et cafés étaient exonérés des redevances depuis l'annonce du premier confinement, pour une durée de huit mois. Aujourd'hui, la ville laisse trois mois de répit à ses restaurateurs, jusqu'au 30 septembre 2021.

De leur côté, Avallon et Tournus font figure de bons élèves. Dans ces deux villes, les établissements de restauration seront exonérés de taxe jusqu'au 31 décembre 2021.

A Chalon-sur-Saône, les restaurateurs ne paient pas la taxe. La municipalité n'a en revanche pas encore donné de date de fin pour la gratuité. A Mâcon, l'équipe communale a refusé de communiquer à ce sujet, signe que le sujet est encore sensible dans certaines villes.

Comment fonctionne cette taxe ?

Pour installer une terrasse ou un étalage de produits sur la voie publique, les commerçants doivent payer une redevance à la municipalité. Le montant de celle-ci varie selon l'étendue de l'installation, la durée d'utilisation et la valeur commerciale de la rue.

Au cours de la crise sanitaire, des villes à travers la France entière avaient décidé de suspendre cette taxe pour les propriétaires d'établissements de restauration. Cette mesure leur a permis d'installer leurs tables sur des surfaces plus grandes, afin de pouvoir respecter les règles de distanciation physique. Un dispositif exceptionnel grâce auquel certains restaurateurs ont pu sauver une partie de leur chiffre d'affaires.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
loisirs sorties et loisirs consommation économie