Vente des Hospices de Beaune 2022 : découvrez le portrait des coureurs du canicross

Une multitude de courses sont organisées à l’occasion du week-end de la vente des vins des hospices de Beaune, entre marche nordique, footing nocturne et semi-marathon. Focus sur le canicross du samedi 19 novembre 2022.

La célèbre vente des vins des Hospices de Beaune s’accompagne également de nombreux rendez-vous sportifs réputés. Pour le canicross, le départ s’effectue à 10h au forum des sports rue Edouard Joly. A l’issue des 6km du parcours, chien et maître reviennent au forum des sports.

Lumière sur la discipline 

Le Canicross est une discipline familiale et athlétique ouverte à tous. Elle associe un coureur et son chien, reliés ensemble par une longe pour partager le même effort physique sur un parcours en pleine nature. Au-delà du côté insolite de cette course, il s’agit également d’une belle occasion pour découvrir avec son chien la nature en participant à des rencontres regroupant les amoureux des animaux et de l’environnement.

Les coureurs

Ils sont 70 coureurs à attendre le départ du canicross rue Edouard Joly à Beaune. Nous avons rencontré Adeline, Jean-Marc et Clyde. Trois participants aux profils variés, du débutants dans la discipline au compétiteur chevronné.

Adeline Brunet

Il s’agit de la troisième compétition pour Adeline Brunet. A 32 ans, elle s’entraîne avec sa chienne depuis maintenant un an. La Dijonnaise a toujours été passionnée par les huskies mais a découvert les sports de traction quand elle a eu Ouchka, sa femelle Husky, âgée aujourd’hui de 4 ans.

A cette époque il n’existait pas de club dans la région. Lorsque le club de canicross les caniDIJONctés a été créé il y a un an, elle l'a rejoint immédiatement. Depuis, elle s’y entraîne et pratique le cani-VTT et la cani-trottinette en plus du canicross.

Concernant son rapport à son chien, elle nous explique le lien qui l’uni à Ouchka : "Elle était déjà très proche de moi dès son arrivée. Ce sont des chiens qui demandent quand même beaucoup d’activité physique. Quand j’ai découvert la traction, on a essayé et elle a directement accroché, donc on a continué."

Pour le chrono elle espérait faire 30 ou 31 minutes. "Si on arrive à moins c’est que mieux et si on fait plus c’est pas grave on fera mieux la prochaine fois.". Pari réussi car le binôme a fait moins de 30mn.  "On a plus qu’à continuer de progresser toutes les deux pour évoluer encore et continuer à travailler le dénivelé car c’est le plus dur. Il est important de continuer à encourager le chien tout au long de la course pour entretenir la motivation." Le parcours était très intéressant pour la coureuse car très technique avec des chemins étroits et très agréables au milieu des vignes et de la forêt.

Clyde Coddet

Clyde Coddet est l’entraîneur du club les caniDIJONctés qui organise la course. Il a commencé le sport assez jeune en s’intéressant à l’athlétisme il y a une quinzaine d’années. Clyde a toujours adoré la course à pieds et les chiens, ainsi son intérêt pour le canicross est venu naturellement. Ce qui l’a séduit, c’est surtout le partage : "Ça change vraiment de l’athlétisme où on est tout seul, des fois avec les copains pour s’entrainer, mais la plupart du temps on reste seul dans l’effort et on se débrouille. Là il y a le lien avec le chien, c’est un binôme et on partage vraiment un moment."

Il a ainsi débuté le canicross il y a 5-6 ans, avec une petite chienne à l’origine, Nova. Il court à présent avec Patto, son Galster âgé de 3 ans, et nous explique pourquoi il est utilisé en haut niveau sur ce type de discipline. "Il faut un chien qui écoute bien, ce n’est pas inné, ça se travail. Un chien qui ai de l’endurance. Pourquoi cette race-là ? On a le côté du Braque qui va apporter la puissance, et la partie lévrier qui apporte la vitesse. Ce sont des chiens adorables : ils sont biens dans leurs pattes."

Nous les retrouvons sur la ligne d’arrivée : ils arrivent en deuxième position avec un temps de 19mn56. Pas de difficultés sur le parcours pour Clyde et Patto qui le connaissaient très bien. Quelques passages techniques sont à relever, il fallait donc faire attention ou mettre les pieds et les pattes. Monté, plat, descente, le binôme à suivi : "Le chien a quatre pattes et adhère bien, c’est plutôt l’humain qui doit suivre derrière."

Jean-Marc Burg

Jean-Marc Burg est a fait le déplacement depuis Eckbolsheim en Alsace pour participer à l’évènement. Avec Gump, son mâle Braque Allemand, il nous explique que l’âge n’a pas à être un frein, pour l’humain comme le chien, tant que tout le monde est en forme. Ensemble, ils comptabilisent une centaine de courses, en France, mais également en Angleterre, en Belgique ou encore en République Tchèque à l’occasion des championnats d’Europe.

Jean-Marc était dans le football pendant 40 ans avant de décider de raccrocher les crampons. Sportif dans l’âme et travaillant dans l’horticulture, il avait toujours un chien avec lui. Suite à l’achat de Dusty, son braque allemand en 2008, la maman de Gump, il décide de se lancer dans le canicross grâce aux conseils de son éleveur. La chance souri à Jean-Marc pour débuter sereinement dans la discipline car un club s’ouvre à Obernai dans le Bas-Rhin. Chose plutôt rare pour l’époque car il en existait au maximum une trentaine en 2008. Dusty donne naissance à une portée à 3 ans, et Jean-Marc craque pour Gump, avec sa petite tête noire et son corps banc.

L’alsacien participe à des courses dans toute la France, lui permettant de découvrir beaucoup de régions et de rencontrer une multitude d’amoureux du canicross. Il nous explique : "On forme un binôme, rassemblé par l’amour du sport. On se donne, quand on ne peut plus on se regarde et il tourne la tête en disant ‘Allez Papa on y va là !’ et du coup ça remultiplie l’envie et pareil je lui dis ‘allez on se remotive’. C’est un échange permanent au quotidien, ce n’est pas seulement dans la compétition."

Le prochain trophée régional du Grand Est, dont les caniDIJONctés font partie, est organisé le 18 décembre 2020 à Eschau près de Strasbourg en Alsace. Il sera qualificatif pour le championnat de France qui aura lieu dans le Gard à Beauvais en mars 2023, lui-même qualificatif pour les championnats d’Europe en Allemagne.

Jean-Marc et Gump on fait le choix d’une course axée sur le plaisir, en oubliant le chrono. Comme d’habitude, le binôme a bien travaillé "Vu son âge et vu mon âge, on est heureux. Super ambiance, beau parcours très exigeant. Ça monte, ça descend, il y a des pierres qui glissent." L’alsacien a fait attention à ne pas se blesser, car le trophée régional approche. Pour une première, il est ravi de l’organisation de ce canicross.

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité