Premiers secours : vous souvenez-vous des bons comportements à adopter ?

Publié le
Écrit par A.V.

À Chenôve (Côte-d'Or), un employé municipal sauvé la vie d'un commerçant en arrêt cardiaque, dimanche 13 novembre, en pratiquant les gestes de premiers secours. Et vous, vous souvenez vous des bons comportements à adopter dans ce genre de situation ?

C'est la belle histoire du week-end dernier. Dimanche matin, sur le marché de Chenôve (Côte-d'Or), un employé communal a sauvé la vie d'un commerçant en arrêt cardiaque en réalisant les gestes de premiers secours. Pendant plus de dix minutes, en compagnie d'un pompier volontaire et de policiers municipaux, l'agent a effectué massages et chocs électriques jusqu'à l'arrivée du Samu.

Mais quels sont les bons comportements à adopter dans de telles situations ? Que faire lorsque l'on doit gérer une personne blessée ? Florine Maurice, formatrice "sauveteur secouriste du travail" et "prévention et secours civiques de niveau 1", vous aide à y voir plus clair.

Sécuriser les lieux

Coupures, brûlures... les causes de blessures sont nombreuses. C'est pourquoi la première étape lorsque l'on porte secours à une personne en danger est de s'assurer qu'il n'existe aucun danger supplémentaire pour la victime... comme pour soi. Il vous faut donc éloigner tout objet susceptible d'aggraver la situation.

Déterminer si la victime est consciente

Deuxième étape dans la prise en charge d'une victime : déterminer si elle est toujours consciente. "Pour ça, on prend les mains de la personne, on lui demande si elle nous entend", explique la formatrice. "On peut lui demander de nous serrer les mains si elle nous entend, d'ouvrir les yeux... S'il n'y a aucune réaction, c'est que la victime est inconsciente, et dans ce cas on va regarder sa respiration. Si elle ne respire pas, il va falloir effectuer un massage cardiaque et des insufflations."

Si la personne respire, on va la mettre en position latérale de sécurité (PLS). On va essayer de garder l'axe tête-cou-tronc pour éviter de nouveaux traumatismes en cas de souci.

Florine Maurice,

formatrice SST et PSC1

Alerter les secours

L'autre étape importante, c'est de contacter les secours. Au bout du fil, un opérateur vous demandera avant tout de vous présenter et d'expliquer la situation. "Il faut donner son nom et son prénom, la nature de l'intervention, les lieux de l'accident, le nombre de victime(s), l'endroit où elle(s) se trouve(ent) et leur état", détaille Florine Maurice. "Ce qui est important, c'est aussi de dire ce qu'on a fait ou mis en place."

Si on ne sait pas quoi faire, les secours vont nous aider et nous guider.

Florine Maurice,

formatrice SST et PSC1

Le cas échéant, pratiquer les gestes de premiers secours

Attention : les gestes que vous devrez peut-être pratiquer dépendent de la situation de la victime. "On a différents types de blessures, que ce soit un étouffement, une hémorragie ou une brûlure, et ce qu'on doit faire dépend de la pathologie de la personne", précise Florine Maurice. Dans le cas d'un étouffement par exemple, il vous faudra taper dans le dos de la victime et effectuer la manœuvre de Heimlich (ces compressions abdominales en se tenant derrière le blessé)... mais pas en cas de coupure. "Là, évidemment, il faut arrêter le saignement avec un point de compression, tout en pensant bien à se protéger les mains".

Reste qu'il est un geste à bien connaître : le massage cardiaque. "Parce que dans les cas où ils sont nécessaires, il faut réagir extrêmement vite, dans les 4 minutes", explique l'instructrice. Pour l'effectuer correctement, il faut :

  • s'agenouiller à côté de la victime
  • placer une main sur sa poitrine
  • placer son autre main sur la première et les solidariser
  • bras tendus, comprimer le sternum
  • laisser la poitrine de la victime reprendre sa position normale après chaque compression, de façon à ce que le sang circule
  • répéter l'opération 30 fois sur un adulte, 15 fois sur un enfant
  • effectuer ensuite deux insufflations (bouche-à-bouche)

Pour rappel, chaque entreprise est légalement obligée de disposer d'un sauveteur secouriste du travail pour 20 salariés. Tout employé souhaitant le devenir doit suivre une formation initiale de deux jours, puis une formation de rappel tous les deux ans.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité