Côte-d'Or : des collégiens et des musiciens font entendre la voix des Pères fondateurs de l'Europe

Publié le Mis à jour le

Le 9 mai est la Journée de l'Europe. A Chevigny-Saint-Sauveur, en Côte-d'Or, des collégiens et des musiciens ont donné un concert-lecture où se côtoyaient Beethoven et Schuman, Debussy et Adenauer.

"La paix mondiale ne saurait être sauvegardée sans des efforts créateurs à la mesure des dangers qui la menacent". Sur scène, les mots de Robert Schuman, l'un des Pères fondateurs de l'Europe, résonnent dans la bouche d'une élève de 4ème.

Quelques minutes auparavant, l'ode à la joie de Beethoven - l'hymne choisi pour représenter l'UE - était interprété par le trio de musique de chambre Calypso.

C'est ainsi que des professeurs du collège Camille Claudel de Chevigny-Saint-Sauveur ont souhaité célébrer la journée de l'Europe avec la complicité de l'association Arteggio et la Maison de l'Europe.

L'Europe, c'est synonyme de paix et de fraternité

Shani et Louane, 14 ans

Des pièces de compositeurs des six pays fondateurs côtoient des extraits de discours de Konrad Adenauer, Paul-Henri Spaak ou Simone Weil.

durée de la vidéo : 01min 20
Des collégiens et des musiciens font entendre la voix des Pères fondateurs de l'Europe ©Agatha Njanji / France Télévisions

Dans la salle, près de 330 élèves assistent à ce concert-lecture dédié à l'idéal européen. Que cela leur évoque-t-il du haut de leur 14 ans ? 

"L'Europe, c'est notre maison", déclarent en chœur Shani et Louane ravies d'avoir pu étudier la question dans le cadre du club de l'éloquence. "C'est synonyme de paix et de fraternité" , ajoutent-elles après leur passage sur scène.

"Quand je lis la phrase du discours Alcide de Gasperi de 1951 'la mise en commun de nos forces éteint nos rancunes', j'ai envie de la scander. Car cela me fait penser à la guerre en Ukraine et au fait que l'Europe unit ses forces pour tenter d'arrêter le conflit", analyse leur camarade Lilouhane, également 14 ans.

A l'heure où l'Europe est souvent vertement critiquée par la classe politique française et les citoyens, ces jeunes investis dans ce projet retiennent plutôt les grands principes qui ont poussé les peuples à s'unir à partir de 1950, après deux conflits sanglants.