Dijon : plusieurs peines d'emprisonnement prononcées suite aux violences aux Grésilles et à Chenôve

Le procureur de la République de Dijon et le directeur départemental de la sécurité publique de Côte-d’Or ont tenu une conférence de presse vendredi 26 juin suite aux violences urbaines qui ont secoué Dijon et Chenôve il y a 2 semaines. Plusieurs condamnations ont été prononcées par la justice
Gendarmes, policiers, CRS et forces du Raid ont été déployées dans le quartier des Grésilles, à Dijon, lundi 15 juin 2020, où se sont déroulés des affrontements violents.
Gendarmes, policiers, CRS et forces du Raid ont été déployées dans le quartier des Grésilles, à Dijon, lundi 15 juin 2020, où se sont déroulés des affrontements violents. © Philippe DESMAZES / AFP

Des affrontements entre membres des communautés tchétchène et maghrébine ont eu lieu à Dijon entre le 12 et le 15 juin 2020. Des violences urbaines ont aussi touché la ville de Chenôve.
Suite à ces événements, plusieurs enquêtes de flagrance ont été ouvertes par la sûreté départementale de la direction départementale de la sécurité publique de Côte-d’Or. 

Quinze jours après, les premières condamnations ont été prononcées vendredi 26 juin. C'est ce qu'a annoncé le procureur de la République de Dijon, Eric Mathais, lors d'une conférence en début d'après-midi.
 

Cinq personnes ont été condamnées pour avoir participé aux émeutes urbaines


Le lundi 15 juin dans le quartier des Grésilles, des individus avaient notamment brandi des armes factices ou réelles, des images qui ont fait le tour des réseaux sociaux. Cela avait abouti à plusieurs interpellations le mardi 23 juin.

Cinq personnes ont été présentées vendredi 26 juin au parquet de Dijon. Agées de 21 à 41 ans, elles habitent en Côte-d'Or. Toutes ont été poursuivies en comparution immédiate pour le délit de de participation avec arme à un attroupement par une personne dissimulant volontairement son visage afin de ne pas être identifiée (la peine maximale encourue est de 5 ans d’emprisonnement).

Le parquet de Dijon avait requis à l’encontre de chacun des cinq prévenus 7 à 10 mois de prison, avec mandat de dépôt. Le tribunal, après avoir déclaré les 5 personnes poursuivies coupables des faits reprochés, a prononcé les peines suivantes :

-un homme de 21 ans, demeurant à Vielverge, en outre poursuivi pour transport d’armes de catégorie D : 140 heures de travail d’intérêt général à accomplir dans un délai de 18 mois (3 mois d'emprisonnement encourus en cas de non-exécution), 500 euros d'amende, 5 ans d'interdiction de porter ou de détenir une arme et confiscation des armes saisies.

-un homme de 33 ans, demeurant à Longvic : 140 heures de travail d’intérêt général à accomplir dans un délai de 18 mois (3 mois d'emprisonnement encourus en cas de non-exécution), 500 euros d'amende, 5 ans d'interdiction de porter ou de détenir une arme et confiscation des armes saisies.

-un homme de 21 ans, demeurant à Auxonne : 140 heures de travail d’intérêt général à accomplir dans un délai de 18 mois (3 mois d'emprisonnement encourus en cas de non-exécution), 300 euros d'amende, 5 ans d'interdiction de porter ou de détenir une arme et confiscation des armes saisies.

-un homme de 30 ans, demeurant à Dijon : 3 mois de détention à domicile sous surveillance électronique, 5 ans d'interdiction de porter ou de détenir une arme et confiscation des armes saisies.

-un homme de 41 ans, demeurant à Dijon : 6 mois de détention à domicile sous surveillance électronique, 5 ans d'interdiction de porter ou de détenir une arme et confiscation des armes saisies.


Le reportage de Cécile Sauzay, Rodolphe Augier avec :
-Éric Mathais, procureur de la République de Dijon
-Jean-Claude Dunand, directeur départemental de la sécurité publique de Côte-d'Or
 
Dijon : premières condamnations

9 autres personnes ont été jugées pour trafic de stupéfiants


Neuf personnes avaient été interpellées dans le quartier des Grésilles et dans l’agglomération de Dijon le lundi 22 juin, lors d'une importante opération des forces de l'ordre. 

Elles ont été présentées au parquet de Dijon vendredi 26 juin 2020. Toutes été poursuivies pour trafic de stupéfiants (la peine encourue est de 10 ans d’emprisonnement). Ces personnes ont entre 18 et 19 ans et habitent à Dijon.

-1 jeune homme mineur a été mis en examen par JE et placé en centre éducatif fermé.

-1 homme de 20 ans a été condamné selon la procédure de comparution préalable sur reconnaissance de culpabilité à la peine de 6 mois d'emprisonnement, peine ferme aménagée sous la forme d’une détention à domicile sous surveillance électronique. Cette peine est immédiatement applicable.

-1 homme de 51 ans a été condamné selon la procédure de comparution préalable sur reconnaissance de culpabilité à la peine de 6 mois d’emprisonnement avec sursis probatoire.

-1 homme de 19 ans demeurant Dijon a été condamné à la peine de 18 mois d’emprisonnement, dont 8 mois avec sursis probatoire durant 2 ans et exécution provisoire. Le parquet avait requis 18 mois d’emprisonnement dont 8 avec sursis probatoire et mandat de dépôt.

-1 homme de 18 ans demeurant Dijon a été condamné à la peine de 12 mois d’emprisonnement, dont 6 mois avec sursis probatoire durant 2 ans et exécution provisoire. Le parquet avait requis 12 mois d’emprisonnement dont 6 avec sursis probatoire sans mandat de dépôt.

-1 homme de 19 ans demeurant Dijon a été condamné à la peine de 12 mois d’emprisonnement, dont 6 mois avec sursis probatoire durant 2 ans et exécution provisoire. Le parquet avait requis 18 mois d’emprisonnement dont 8 avec sursis probatoire et mandat de dépôt.

-1 homme de 19 ans demeurant à Dijon a demandé un délai pour préparer sa défense. Le dossier a été disjoint, il a été placé sous mandat de dépôt, avec un renvoi au 28 juillet 2020.

-1 homme de 18 ans demeurant à Dijon a demandé un délai pour préparer sa défense. Le dossier a été disjoint, il a été placé sous mandat de dépôt, avec un renvoi au 28 juillet 2020.

-1 homme de 19 ans demeurant Dijon a été condamné à la peine de 12 mois d’emprisonnement, dont 6 mois avec sursis probatoire durant 2 ans et exécution provisoire. Le parquet avait requis 18 mois d’emprisonnement dont 8 avec sursis probatoire et mandat de dépôt.


"Toutes ces enquêtes doivent se terminer légitement devant le tribunal correctionnel " a rappelé le procureur de la République.

 

La logique judiciaire doit prendre le pas sur les affrontements. C'est exactement ce qui se passe cet après-midi. La justice est en cours grâce à des enquêtes et c'est ce qui se passera dans l'avenir. Nous avons encore beaucoup de travail et il se poursuivra à un rythme résolu.

Eric Mathais, procureur de la République de Dijon


Par ailleurs, en préambule à ces annonces, le procureur de la République a annoncé la création d'un Groupe local de traitement de la délinquance concentré sur le quartier dijonnais des Grésilles, pour coordonner les enquêtes et faire remonter tous les renseignements.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société faits divers violence criminalité