Dijon : 14 personnes toujours en garde-à-vue dans l'enquête sur les violences aux Grésilles

Les forces de l’ordre sont intervenues notamment dans le quartier des Grésilles, à Dijon, lundi 22 et mercredi 24 juin. Ces opérations font suite aux événements violents entre communautés tchétchène et maghrébine des jours précédents. 14 suspects doivent être présentés au parquet ce vendredi.

14 personnes sont encore en garde-à-vue jeudi 25 juin à 18h. Elles doivent être présentées demain au parquet. Toutes ont été interpelées dans le cadre de deux opérations de police qui ont eu lieu lundi 22 juin et mercredi 25 juin à Dijon, dans le quartier des Grésilles mais aussi à Auxonne et Saint-Apollinaire.  

Le procureur de la République de Dijon, Eric Mathais, doit tenir une conférence de presse sur le sujet vendredi 25 juin en début d'après-midi. 

Ces interpelations font suite aux nuits de violence urbaine et aux récents affrontements entre membres des communautés tchétchène et maghrébine survenus à Dijon entre le 12 et le 15 juin 2020.

"Des dégradations, dont certaines par incendie, ont notamment été commises l'après-midi et la nuit du dimanche 14 au lundi 15 . Des personnes ont pu être vues brandissant des armes réelles ou factices, en particulier sur des images circulant sur les réseaux sociaux. A la suite de ces événements violents, plusieurs enquêtes de flagrance ont été ouvertes par la Sûreté départementale de la sécurité publique de Côte-d’Or", indique Eric Mathais, procureur de la République de Dijon. 

 

Trois opérations de police en quelques jours

Mercredi 24 juin, lors de la dernière opération d'ampleur, huit personnes ont été interpellées à Dijon à proximité du boulevard Paul Doumer et près de la mairie annexe. 

Les forces de l'ordre recherchaient des personnes âgées de 18 à 43 ans à qui on reproche diverses infractions : participation à un attroupement armé avec le visage dissimulé et, pour certains, détention ou transport d'armes. 

"Huit interpellations et huit perquisitions ont été opérées : 35 fonctionnaires de police ont été engagés sur ces opérations" qui se sont déroulées aux Grésilles, ainsi qu'à Auxonne à une trentaine de kilomètres de Dijon, a indiqué le procureur de la République de Dijon à la mi-journée. 
 

3 personnes libérées 

Selon un communiqué diffusé dans la matinée jeudi 25 juin :

-Deux personnes ont été mises hors de cause et ont été remises en liberté mercredi soir.

-Une personne a fait l’objet d’une convocation devant le délégué du procureur de Dijon pour le 2 juillet, pour délit de participation avec arme à un attroupement en dissimulant son visage afin de ne pas être identifiée. En attendant, elle a été remise en liberté mercredi soir.

-Cinq autres personnes restent en garde à vue pour délit de participation avec arme à un attroupement en dissimulant volontairement son visage afin de ne pas être identifié. Cette infraction est punie jusqu'à cinq ans d’emprisonnement.

Lors de l'opération de mercredi, les forces de l'ordre ont saisi :
-1 réplique factice d’arme semi-automatique
-1 réplique factice de pistolet mitrailleur
-1 pistolet d’ordonnance (de collection) 1873
-6 cartouches de 11 mm
-1 bâton
-1 poing américain
-1 couteau
-1 matraque télescopique

 

La Redoute de Saint-Apollinaire a été fouillée

Les opérations des forces de l’ordre se sont poursuivies jeudi 25 juin.

Cette fois, elles ont eu lieu à la Redoute Saint-Apollinaire, une ancienne fortification militaire qui se trouve entre la commune de Saint-Apollinaire et celle de Dijon, juste à côté du quartier des Grésilles.

Les forces de l’ordre sont allées sur place en début de matinée : il y avait une vingtaine de policiers et une quinzaine de gendarmes. Un maître chien était aussi sur les lieux.

L’objectif était de vérifier une information. Mais, aucune arme n’a été trouvée à la Redoute Saint-Apollinaire.

 

9 personnes interpelées dès lundi

Deux autres opérations de police avaient eu lieu les jours précédents.

1-La première opération a eu lieu vendredi 19 juin aux Grésilles, ainsi qu'à Chenôve dans l'agglomération de Dijon. Au total, 42 bâtiments ont été visités, 250 boxes et plus de 300 caves. Par ailleurs, 72 personnes ont été contrôlées.

"Une plaquette de 80 grammes de résine de cannabis a été découverte, un couteau, 25 cocktails molotov, des cagoules, des gants, des vêtements noirs, une motocross et des plaques minéralogiques belges ont été saisies", indique le bilan communiqué par la préfecture de Côte-d'Or.


2-Une deuxième opération a été lancée lundi 22 juin dans le quartier des Grésilles à Dijon, ainsi qu'à Saint-Apollinaire. 

Tôt ce jour-là, 118 fonctionnaires ont été engagés en comptant le Raid, la BRI locale, un escadron de gendarmes mobile (soit 52 hommes), des équipes cynophiles, des enquêteurs de la zone Est...

On a trouvé des armes et des munitions: trois carabines démontées et des sacs contenant entre 2 et 3 kilos de cartouches. Sur le toit d’un bâtiment du quartier des Grésilles, on a découvert des tubes servant de lanceurs à tirs de mortiers.

Les forces de l’ordre ont découvert de l’argent liquide et sur des stupéfiants : 158 grammes d’herbe de cannabis, 233 grammes de résine de cannabis, 91 grammes de de cocaïne, 58,8 grammes d'héroïne, 52 grammes de tête d’herbe de cannabis, 5 balances de précision, de nombreux sachets de conditionnement et plus de 2 kilos de produit de coupe ont aussi été saisis.

Neuf personnes ont été interpelées lundi aux Grésilles et sur la commune de Saint-Apollinaire. Toutes sont déjà connues des services de police et ont des antécédents judiciaires. 
Depuis, la garde à vue d’un mineur a été levée. Par ailleurs, 8 gardes à vue ont fait l’objet d’une nouvelle prolongation d’une durée maximum de 48h à la demande du parquet de Dijon.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers sécurité société violence