• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Côte-d'Or : cinq nouveaux cas de méningite dont un mortel, 40 000 jeunes visés par une campagne de vaccination

Une vaste campagne de vaccination avait déjà été organisée sur le campus de Dijon début 2017. / © PHILIPPE DESMAZES / AFP
Une vaste campagne de vaccination avait déjà été organisée sur le campus de Dijon début 2017. / © PHILIPPE DESMAZES / AFP

Une vaste campagne de vaccination est lancée en Côte-d'Or après cinq nouveaux cas, dont un mortel de méningite. 40 000 jeunes de 17 à 24 ans sont concernés à partir du lundi 1er octobre 2018.

Par M. F.

Cinq nouveaux cas de méningite entre décembre 2017 et juin 2018, dont un décès. Voilà ce qui a décidé l'Agence régionale de santé (ARS) de Bourgogne-Franche-Comté à déclencher en Côte-d'Or une nouvelle campagne de vaccination contre le méningocoque W, dont elle a communiqué les détails ce vendredi 21 septembre.

Elle vise tous les jeunes de 17 à 24 ans habitant, travaillant ou étudiant dans les bassins de vies de Dijon et Genlis. Cela concerne environ 40 000 personnes dans 153 communes de Côte-d'Or (liste complète en fin d'article).
 

Début 2017, 30 000 étudiants et personnels de l'université de Bourgogne avaient déjà été concernés par une campagne de vaccination après trois cas de méningite, dont deux mortels sur le campus de Dijon.
  

Comment se faire vacciner ?

La campagne débute le lundi 1er octobre 2018. Les personnes concernées pourront se faire vacciner suivant deux modalités :
  • en prenant rendez-vous dans l’un des deux centres de vaccination de Dijon qui assureront cette vaccination gratuitement : le centre de vaccination du CHU de Dijon (boulevard du Maréchal de Lattre de Tassigny) et le centre de prévention et de santé universitaire du campus de l'Université de Bourgogne (6a rue du recteur Marcel-Bouchard).
     
  • en se rendant chez un médecin généraliste qui leur délivrera la prescription de la vaccination après avoir vérifié qu’ils en remplissent les conditions (le pharmacien leur remettra alors le vaccin gratuitement).
     
La campagne de vaccination doit durer jusqu'en mars, mais sa durée pourra être adaptée en fonction des résultats. C'est la première fois en France qu'une vaccination en population générale est organisée contre le méningocoque W.

Un numéro vert d'information est mis en place par l'ARS entre le 24 septembre et le 12 octobre. Il s'agit du 0 805 200 550, joignable du lundi au vendredi de 9h à 17h.
 
La campagne d'information lancée par l'ARS. / © ARS
La campagne d'information lancée par l'ARS. / © ARS
 

Qu'est-ce que le méningocoque W ?

Comme le précise l'ARS, "les méningocoques sont des bactéries qui peuvent être présentes dans la gorge, sans pour autant rendre malade. Il existe plusieurs sérogroupes de méningocoques. Les plus fréquents en France sont le B, le C, le W et  le Y.

Depuis 2015, les autorités sanitaires observent une augmentation des infections à méningocoque du sérogroupe W en France. Les bassins de vie de Dijon-Genlis sont particulièrement concernés par la diffusion de cette bactérie, avec une incidence plus élevée que dans le reste du territoire."

Le méningocoque est un germe qui se transmet de personne à personne par contact rapproché via par les gouttelettes de salive. Ce germe très fragile, ne survit pas dans l’environnement, ce qui ne nécessite pas de désinfection des locaux fréquentés par un malade.

Les infections invasives à méningocoques sont des maladies rares en France. La méningite est la forme la plus fréquente. Elle se traduit par une fièvre, des maux de tête, une raideur de nuque accompagnée de vomissements et une gêne à la lumière.

D'autres signes, en particulier digestifs ou articulaires, peuvent survenir, ainsi que l'apparition de taches rouges qui progressent rapidement. En cas de doute, il faut consulter sans délai son médecin traitant.
 
Lors de la vaccination des étudiants dijonnais début 2017.
Lors de la vaccination des étudiants dijonnais début 2017.

La campagne de vaccination qui se met en place vise le méningocoque W. Les personnes vaccinées contre d’autres sérogroupes (A et C notamment) ne sont pas protégées contre le W.

Une seule dose de vaccin est nécessaire pour être protégé pendant cinq ans. Ceux qui avaient été vaccinés l'an dernier sur le campus de Dijon n'ont donc pas besoin de refaire une piqûre.

Le produit utilisé en Côte-d'Or protège contre quatre souches du méningocoque : A, C, Y et W.  La vaccination est la meilleure protection contre les infections à méningocoque.

Une réaction locale (douleur, rougeur) peut survenir. Il existe un très faible risque de réaction allergique au vaccin, selon l'ARS.

Reportage : Maryline Barate - Gabriel Talon - Antoine Bergey - Archives
Montage : Cécilia Ngoc
Avec Claude Tillier, épidémiologiste - Celllule régionale de Santé Publique France -
Dr Michel Duong, praticien hospitalier au service maladies infectieuses du CHU de Dijon - Damien Michel, pharmacien - Union Régionale des Professionnels de Santé


Pourquoi seulement les jeunes sont-ils visés ?

"Le choix de cette tranche d’âge est guidé à la fois par l’âge des cas survenus entre 2016 et 2018 en Côte-d’Or et par les connaissances scientifiques montrant que le portage rhino-pharyngé du méningocoque est plus fréquent à cette période de la vie", précise l'ARS.

La vaccination a donc deux objectifs : protéger du risque d’infection les jeunes adultes qui résident, étudient ou travaillent dans ces secteurs, et contribuer à interrompre la circulation du germe dans la population.
 

Les personnes hors de la tranche d'âge ou de la zone géographique définie par l'ARS pourront également se faire vacciner. Mais le coût du vaccin, d'un peu moins de 45 euros, ne sera pas bien en charge. Il faudra le payer soi-même.
 
Des boîtes du vaccin qui va être utilisé. / © PHOTOPQR/LE PARISIEN/MAXPPP
Des boîtes du vaccin qui va être utilisé. / © PHOTOPQR/LE PARISIEN/MAXPPP
 

Pourquoi se concentrer sur certaines communes ?

En Côte-d'Or, 11 cas d'infections invasives à méningocoque de la même souche ont été signalés depuis 2016. Et 9 étaient dans les bassins de vie de Dijon et Genlis. "La transmission de la souche semble être plus active dans cette zone", détaille l'ARS.
 

13 000 étudiants déjà vaccinés en 2017

Fin 2016, deux étudiantes étaient mortes d'une infection invasive à méningocoque à Dijon. Un troisième cas avait été détecté chez une autre jeune femme, mais son état de santé avait évolué favorablement.

Une vaste campagne de vaccination avait alors été déclenchée sur le campus de Dijon. 30 000 étudiants et personnels étaient visés. Plus de 13 000 personnes avaient été effectivement vaccinées entre janvier et mars 2017. En décembre 2017, un jeune homme de 23 ans était mort à Chenôve.
 

Retour sur la campagne de vaccination contre la méningite sur le campus de Dijon

La liste de toutes les communes concernées

Les bassins de vie de Dijon et de Genlis rassemblent 153 communes. Il s'agit de : 
Ahuy, Aiserey, Ancey, Arceau, Arcey, Arc-sur-Tille, Asnières-lès-Dijon, Barges, Baulme-la-Roche, Beire-le-Châtel, Beire-le-Fort, Bellefond, Belleneuve, Bézouotte, Binges, Blagny-sur-Vingeanne, Blaisy-Bas, Blaisy-Haut, Source-Seine, Bligny-le-Sec, Bressey-sur-Tille, Bretenière, Bretigny, Brochon, Brognon, Broindon, Bussy-la-Pesle, Cessey-sur-Tille, Chambeire, Chamboeuf, Chambolle-Musigny, Champagny, Champrenault, Chanceaux, Charencey, Charmes, Chenôve, Chevannay, Chevigny-Saint-Sauveur, Cirey-lès-Pontailler, Clémencey, Clénay, Collonges-lès-Premières, Corcelles-lès-Cîteaux, Corcelles-les-Monts, Couchey, Couternon, Crimolois, Cuiserey, Curley, Curtil-Saint-Seine, Daix, Darois, Dijon, Drée, Échigey, Étaules, Fauverney, Fénay, Fixin, Flavignerot, Fleurey-sur-Ouche, Fontaine-lès-Dijon, Francheville, Genlis, Gergueil, Gevrey-Chambertin, Hauteville-lès-Dijon, Izeure, Izier, Labergement-Foigney, Lantenay, Longchamp, Longeault, Longecourt-en-Plaine, Longvic, Magny-Saint-Médard, Magny-sur-Tille, Mâlain, Marliens, Marsannay-la-Côte, Massingy-lès-Vitteaux, Mesmont, Messigny-et-Vantoux, Mirebeau-sur-Bèze, Morey-Saint-Denis, Neuilly-lès-Dijon, Noiron-sous-Gevrey, Noiron-sur-Bèze, Norges-la-Ville, Oisilly, Orgeux, Ouges, Panges, Pasques, Pellerey, Perrigny-lès-Dijon, Plombières-lès-Dijon, Pluvault, Pluvet, Poncey-sur-l'Ignon, Prâlon, Premières, Prenois, Quemigny-Poisot, Quetigny, Remilly-sur-Tille, Renève, Rouvres-en-Plaine, Ruffey-lès-Echirey, Saint-Apollinaire, Saint-Hélier, Saint-Jean-de-Boeuf, Saint-Julien, Sainte-Marie-sur-Ouche, Saint-Martin-du-Mont, Saint-Mesmin, Saint-Philibert, Saint-Seine-l'Abbaye, Salmaise, Saulon-la-Chapelle, Saulon-la-Rue, Saussy, Savigny-le-Sec, Savigny-sous-Mâlain, Savolles, Semezanges, Sennecey-lès-Dijon, Soirans, Sombernon, Talant, Tanay, Tart-l'Abbaye, Tart-le-Bas, Tart-le-Haut, Tellecey, Thorey-en-Plaine, Tréclun, Trochères, Trouhaut, Turcey, Urcy, Val-Suzon, Varanges, Varois-et-Chaignot, Vaux-Saules, Velars-sur-Ouche, Verrey-sous-Drée, Verrey-sous-Salmaise, Villeberny, Villotte-Saint-Seine, Villy-en-Auxois, Vitteaux

A lire aussi

Sur le même sujet

Sur Ma Route : Visite de la Champignonnière de Dijon

Les + Lus