Coupe du monde 2022 : après la demi-finale France-Maroc, la place de la République à Dijon sera fermée aux automobilistes

La préfecture de Côte-d'Or a détaillé ce mardi 13 décembre le dispositif de sécurité qui sera mis en place à Dijon, pour le match France-Maroc prévu demain à 20 heures.

Alors que la retransmission au Zénith sur écran géant de la demi-finale France-Maroc a été confirmée hier par la ville de Dijon, la préfecture de Côte-d'Or a dessiné les contours, ce mardi 13 décembre, du dispositif de sécurité qui sera établi le soir du match.

La circulation routière déviée aux alentours de la place de la République

Elle est devenue le lieu de rassemblement incontournable pour les supporters marocains, après les victoires des Lions de l'Atlas. La place de la République, au cœur de l'actualité dijonnaise depuis quelques mois, sera inaccessible aux automobilistes dès la fin de la rencontre. "Nous allons faire en sorte que la circulation automobile puisse être déviée dès la fin du match, pour éviter que les automobilistes n'affluent sur cette place et soient en difficulté", précise Olivier Gerstlé, directeur du cabinet du préfet de Côte-d'Or.

Les automobilistes sont donc appelés à prendre leurs dispositions pour éviter le secteur.

La préfecture de Côte-d'Or,

mardi 13 décembre

Une présence policière accrue

Pour répondre aux débordements éventuels - qui sont restés très marginaux lors des précédentes célébrations à Dijon -, les services de l'État ont annoncé un dispositif renforcé, "qui va fortement mobiliser les effectifs de la direction départementale de la sécurité", selon Olivier Gerstlé. "Elle sera appuyée par la police municipale de Dijon." En parallèle, une unité de forces mobiles (des CRS par exemple) viendra renforcer ces effectifs. Un dispositif qui doit permettre aux forces de l'ordre de "se déployer place de la République ou ailleurs dans Dijon, en cas de trouble, pour apporter une réponse rapide et efficace".

Le procureur de la République de Dijon a par ailleurs délivré des réquisitions judiciaires spéciales, permettant des contrôles d'identité "avec fouilles de véhicules et inspection visuelle et fouille de bagages". Le nombre exact d'hommes et femmes mobilisés n'a toutefois pas été indiqué.