Restos du Coeur : rencontre avec ceux qui accueillent les nouveaux bénéficiaires

© NZ / France 3 Bourgogne
© NZ / France 3 Bourgogne

La campagne d'hiver des Restos du Coeur a débuté lundi 25 novembre. Pour la 35ème année, l'association créée par Coluche mobilise 73 000 bénévoles sur le territoire national. En Bourgogne, à Dijon, l'accueil des nouveaux bénéficiaires passe entre les mains de bénévoles attentionnés.

Par F.L.

Nouvelle campagne d'hiver, nouveaux bénéficiaires
Ce jeudi 28 novembre, au 1 rue Morel Retz à Dijon, les bénéficiaires se pressent depuis 14 heures devant la porte d'entrée.
C'est le "centre Sud" à Dijon des Restos du Coeur.
A l'intérieur, dans la pièce principale du centre, une certaine effervescence est visible, car c'est la distribution alimentaire qui commence.
Les produits alimentaires, prêts pour la distribution / © NZ / France 3 Bourgogne
Les produits alimentaires, prêts pour la distribution / © NZ / France 3 Bourgogne


Un guichet d'accueil permet aux "habitués" d'être identifiés par leur carte de bénéficiaire des Restos, et différents rayonnages et comptoirs proposent des produits alimentaire de base : légumes, fruits, lait, fromage, laitages, pain... Des bénévoles aident à la distribution des produits alimentaires.
La carte d'identification des bénéficiaires aux Restos, sésame pour accéder à la distribution alimentaire / © NZ / France 3 Bourgogne
La carte d'identification des bénéficiaires aux Restos, sésame pour accéder à la distribution alimentaire / © NZ / France 3 Bourgogne

Un petit local, situé sur le côté de la pièce principale, comporte trois bureaux : c'est ici que se fait l'accueil des nouveaux arrivants. Ici, une équipe de 6 bénévoles va prendre en charge les nouveaux arrivants. Un travail délicat d'écoute et de mise en confiance pour des personnes parfois isolées et se trouvant dans des situations personnelles désespérées. 
Le bureau des inscriptions au centre Sud des Restos du Coeur / © NZ / France 3 Bourgogne
Le bureau des inscriptions au centre Sud des Restos du Coeur / © NZ / France 3 Bourgogne

Examen des situations
Les bénévoles vont étudier la situation de chacun : situation familiale, revenus, dépenses, charges... afin d'estimer le "reste à vivre" des personnes poussant la porte des Restos.
Sans pour autant être instrusifs, les bénévoles vont évaluer le besoin des demandeurs, et tenter de répondre, hormis l'aide alimentaire, à d'autres situations difficiles (surendettement...)
C'est le seul moment où les Restos vont s'intéresser en détail à la situation de chacun.
Les refus d'aide sont assez rares, mais les restos donnent, quelle que soit l'origine des demandeurs (sans papiers, migrants, chômeurs, étudiants, retraités, travailleurs précaires...)

Peur d'entrer aux Restos
Nous avons rencontré Nelly Borsato, elle est bénévole aux Restos depuis 2005, et est responsable du centre Dijon Sud.
L'accueil, selon elle,  "c'est la première prise de contact avec les Restos", et pour Nelly, "c'est un moment particulier", dans lequel "il faut faire parfois preuve d'empathie", comme elle nous l'explique dans la vidéo ci-dessous.
Un autre point qu'elle a constaté, au cours de ses années aux Restos, c'est que certaines personnes n'osent pas entrer :

"Les personnes âgées par exemple, souvent, on entend, c'était très difficile de pousser la porte des Restos. Quelquefois, elles vont passer deux, trois fois devant la porte, sans oser rentrer." - Nelly, bénévole




Dijon : Nelly Borsato, bénévole aux Restos du Coeur, inscrit les nouveaux arrivants
Dijon : aux Restos du Coeur, l'accueil des nouveaux arrivants

"On est en première ligne, tout va se décider ici, il me semble que tout se décide aux inscriptions. Après, il y a du travail qui a déjà été fait, et tout est plus facile." - Nelly, bénévole
 

Travailler en binôme, un apprentissage pour être accueillant
Le bureau des inscriptions travaille en binôme : deux bénévoles par bureau accueillent les nouveaux arrivants.
C'est, selon Nelly, une façon de "partager parfois les moments difficiles" des bénéficiaires qui se confient lors de leur inscription.
Ainsi, Nelly est en train de former Françoise, une bénévole qui est arrivée en Juillet 2018, et qui souhaitait se consacrer davantage aux personnes poussant la porte des Restos.
Le partage d'expérience prime avant tout, mais les Restos dispensent aussi des formations internes aux bénévoles.

"Si j'ai réussi à faire sourire deux ou trois personnes dans l'après-midi, eh bien je suis déjà très contente" - Françoise, bénévole

Françoise nous a expliqué pourquoi elle voulait devenir accueillante au bureau des inscriptions des Restos, et comment elle appréhende cette nouvelle responsabilité.

 

Dijon : la 35ème campagne des Restos du Coeur débute avec de nouveaux arrivants


La nouvelle campagne 2019 - 2020
Les Restos du Coeur portent cette année trois grands enjeux : l’avenir de l’aide alimentaire européenne, les nouvelles formes de générosité et d’engagement et l’isolement des personnes précaires.

1 - 2020, année cruciale pour l'aide alimentaire européenne
En 2020 sera défini le budget de l’Europe, et par conséquent, l’avenir réservé à l’aide alimentaire européenne, aujourd’hui fortement menacée.
1 repas sur 4 distribués par Les Restos du Coeur est financé par le Fonds Européen d’Aide aux plus Démunis (FEAD) (source : Restos du Coeur)
Devant l'inquiétude de réduction des moyens alloués à cette aide, les Restos du Coeur relancent leur appel à une mobilisation générale du Gouvernement français, et de tous les Etats européens, du Parlement européen et de la Commission.
Selon les Restos du Coeur : "Ce fonds est le principal outil de lutte contre la pauvreté en Europe, mais c’est aussi un outil de cohésion sociale pour la France et pour l’Europe."
Le bureau des inscriptions, au centre Sud des Restos du Coeur / © NZ / France 3 Bourgogne
Le bureau des inscriptions, au centre Sud des Restos du Coeur / © NZ / France 3 Bourgogne

2 - Inventer de nouvelles formes de générosité et d'engagement
Pour poursuivre le mouvement engagé il y a 30 ans avec la loi Coluche (déduction fiscale supplémentaire pour certaines associations, caritatives et humanitaires dites « organismes d'aide aux personnes en difficulté »), les Restos du Coeur œuvrent toujours pour encourager toutes les formes de solidarité et d’engagement, quelles qu’elles soient : bénévolat, mécénat de compétences, dons financiers, dons en nature etc.
L’Association a porté l’idée de développer et d’élargir les possibilités de don de RTT au soutien au monde associatif. Les Restos du Coeur demandent une mise en place rapide de cette mesure en France pour continuer à dynamiser le tissu associatif.

3 - Les Restos, ce n'est pas que l'aide alimentaire
Afin de n'exclure personne de l'aide apportée par les Restos, de nombreuses missions sociales pour accompagner les personnes ont été mises en place.
Par exemple, l’accès aux loisirs, à la culture et aux vacances, qui sont les grands absents de la Stratégie nationale de lutte contre la pauvreté.
Les Restos du Coeur militent "pour conforter une véritable politique publique de soutien aux départs en vacances des plus fragiles pour ne pas laisser de côté cette action de solidarité, qui permet de rompre l’isolement des personnes précaires."
A noter aussi les autres actions des Restos : 
  • cours de français, soutien scolaire
  • ateliers cuisine
  • bébés du coeur
  • aide aux gens de la rue
  • accès au droit et à la Justice
  • accompagnement au budget et microcrédit
  • culture, loisirs et départs en vacances
  • estime de soi (coiffeur, habillement...)



 

Quelques chiffres concernant la précédente campagne des Restos

Les Restos du Coeur ont accueilli 900 000 personnes lors de la dernière campagne 2018/2019, le nombre de personnes vivant sous le seuil de pauvreté en France a augmenté et s’établit désormais à 9,3 millions de personnes.
Aux Restos du Coeur, 39 % des personnes accueillies sont des mineurs, et 51 % ont moins de 26 ans !
80 % des personnes accueillies vivent avec moins de 513 euros par mois, soit la moitié du montant du seuil de pauvreté, 20 % sont sans ressources.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus