Dijon : retour sur la "Métamorphose" du musée des Beaux-Arts

Il y a un plus d'un an, le musée des Beaux-Arts de Dijon, rouvrait ses portes après 10 ans de travaux. France 3 Bourgogne-Franche-Comté vous propose  le film "Métamorphose", un documentaire qui raconte l'histoire de sa rénovation.
 

Le Musée des Beaux-Arts de Dijon se trouve dans un palais urbain au coeur de la cité
Le Musée des Beaux-Arts de Dijon se trouve dans un palais urbain au coeur de la cité © Seppia & Faites un voeu

 ♦ Un anniversaire fêté dans un contexte particulier

Le 17 mai 2019, le musée des Beaux-Arts de Dijon rouvrait ses portes après 10 ans de travaux. Pendant trois jours de festivités, le public  a pu se réapproprier son musée et constater qu’il avait fait un bond dans le temps vers la modernité.

Une véritable métamorphose ! Ce mot, dont la signification  est "un changement de forme ou d’état", a inspiré et accompagné ce pari audacieux, de 60 millions d’euros.
Partout dans la ville, "métamorphose" était inscrit en lettres d’or ou blanches, sur les murs, les barricades du chantier, jusque sur les tee-shirts du personnel, comme un cri de ralliement.
Il y a beaucoup de monde devant le musée des beaux-arts de Dijon pour l'inauguration en présence du ministre de la Culture
Il y a beaucoup de monde devant le musée des beaux-arts de Dijon pour l'inauguration en présence du ministre de la Culture © Manon Millet

C’est également le titre du documentaire réalisé par Axel Clévenot, " Métamorphose, musée des Beaux-Arts de Dijon".
 
Il nous ramène à la période où le chantier de rénovation était encore en activité. Quand les œuvres d’art réinvestissaient leur nouvel écrin et cherchaient encore leur nouvelle place, avant de se montrer au grand jour. 

Ce film recueille également les intentions, les impressions de tous les acteurs qui ont participé et assisté à cette véritable mue : le passage d’un musée du 19ème siècle au 21ème, d’une notoriété régionale et nationale à une reconnaissance internationale.

L’anniversaire de cette réouverture s'est fêté dans un contexte très particulier.  En effet, un an après, la crise sanitaire liée au coronavirus est passée par là. De nombreux établissements sont fermés pour éviter la propagation du virus. Les musées n’ont pas échappé à cette règle. Une situation qui ne permet pas de réunir du monde, car pour l’instant et pour une durée indéterminée, les portes du musées sont closes.

Bien sûr, nous sommes déçus par cette situation. Nous nous faisions une joie de fêter cet anniversaire. Aujourd’hui quand je reviens dans le musée, j’ai un pincement au cœur de voir ce lieu qui était devenu si vivant fermé. Sandrine Balan, conservatrice en chef du patrimoine et chef du projet de rénovation.

© D.Rabeisen


 ♦ Un espace urbain moderne qui respecte le passé


Avec le Louvre, le musée des Beaux-Arts de Dijon est un des seuls musées de France installé dans un palais urbain. Il se trouve au coeur d'un secteur sauvegardé inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco.

Cette situation exceptionnelle a été un véritable enjeu lors de cette rénovation. Elle a largement inspiré l’architecte lauréat du concours, Yves Lion qui, pour respecter les contraintes de ce site historique, a travaillé avec Eric Paillot, architecte des monuments historiques.

Depuis que je fais ce travail, je n’ai pas connu d’autre situation où il y a autant d’énergie venant du passé. Yves Lion

Yves Lion ne s’est pas simplement contenté de rénover un bâtiment, Il a élaboré un véritable projet urbain autour d’un des joyaux de l’architecture française : le palais des Ducs et des Etats de Bourgogne, symbole de la puissance de ses ducs en Europe.
la Cour de Bar
la Cour de Bar © Musée des Beaux-Arts de Dijon/François Jay

La cour du musée, a été réenvisagée comme une place urbaine, une véritable agora. Tout autour, la tour de Bar datant du 14ème siècle, les bâtiments du 18ème et du 19ème ainsi que les nouveaux rajouts du 21ème s’accordent harmonieusement, contribuant à donner une unité au lieu.
Un espace où modernité et patrimoine se côtoient
Un espace où modernité et patrimoine se côtoient © Pascale Pfister
Dans le quartier, les rues et les places ont été rendues aux piétons. Cela crée une fluidité et une atmosphère particulière. En effet, en flânant dans cet espace modernisé, étrangement, on se sent transporté au temps des ducs de Bourgogne.

Un an après cette métamorphose, Sandrine Balan, conservatrice du musée constate que ce projet a remis le musée dans la ville.

C’est devenu un axe passant, agréable, ouvert sur cette partie du centre-ville : la cour du musée,  la tour de Bar, de jardin des ducs, la place de la sainte Chapelle… 

Créé à la fin du 18 ème siècle, le musée des Beaux-Arts est étroitement lié à l’histoire de la ville de Dijon et de son palais ducal. Dans les salles datant du 19 eme siècle, la rénovation a également permis la réouverture de fenêtres. Cela donne l’occasion aux visiteurs de jeter un œil sur le spectacle du quartier et aux passants dans la rue d’entrevoir les trésors du musée.


♦ La métamorphose d’un musée et la mise en valeur des œuvres


Comme à l’extérieur, à l’intérieur du musée, la modernité et le patrimoine s'allient pour mettre en valeur environ 1500 œuvres.  

Ce projet a été très porteur pour nous et a représenté un  succès professionnel. Sandrine Balan

Cette métamorphose a été pour les équipes du musée des Beaux-Arts de Dijon un véritable exploit dans lequel ils ont mis toutes leur énergie et leur passion. Il a fallu décrocher les œuvres, les répertorier, les inventorier, les transporter,  les rénover…  avant de les réinstaller. Un véritable travail de Titan qui s’est terminé à quelques minutes de la réouverture !

Pour Naïs Lefrançois, conservatrice chargée des collections du 19 ème siècle, c'est une expérience extraordinaire. Elle reçoit réguliérement des messages de visiteurs qui posent un regard nouveau sur des oeuvres qu'elles connaissaient déjà. 

Cette longue aventure a débuté en 2008 avec la réfection de la salle des tombeaux des ducs de Bourgogne, figures tutélaires des lieux. Elle a permis aux  cénotaphes (tombeaux sans corps des défunts) et aux pleurants qui veillent sur eux de retrouver l’éclat des premiers jours.

La rénovation du musée a également été l’occasion de découvertes surprenantes : certaines oeuvres, pourtant familières, n’étaient pas tout à fait celles que l’on pensait.
C’est le cas de La dame à sa toilette de l’école de Fontainebleau, un tableau de la Renaissance que présente Sandrine Balan dans le documentaire. La restauration a révélé la présence d’une servante agenouillée qui avait disparu.

Parallèlement à la réfection des bâtiments qui a apporté plus de fluidité au lieu, la muséographie a été revue pour accompagner et retenir l’attention du visiteur. Désormais, le parcours de l’exposition permanente est chronologique. De l’antiquité au 21 ème siècle, il propose à la fois un voyage dans l’espace et le temps.

On est dans une machine à remonter le temps. Il faut savoir en jouer dans un premier temps. David Diot, conservateur général

Ce choix n’empêche pas le visiteur qui le souhaite de se perdre de salle en salle, pour suivre son propre fil. Car dans cet espace métamorphosé,  "ce qui prédomine avant tout c’est l’atmosphère."
durée de la vidéo: 01 min 31
Extrait du documentaire


► "Métamorphose : Musée des Beaux-Arts de Dijon " Un film documentaire réalisé par Axel Clevenot


• Une coproduction France 3 Bourgogne-Franche-Comté,  Seppia,  Faites un vœu

• Rediffusé lundi 7 septembre 2020 

• A (re)voir sur bfc.france3.fr

 
 Louis-Ernest Barrias, Jeune Fille de Bou-Saada, vers 1890, plâtre, inv 2024
Louis-Ernest Barrias, Jeune Fille de Bou-Saada, vers 1890, plâtre, inv 2024 © © Musée des Beaux-Arts de Dijon/Hugo Martens


► Anniversaire de la réouverture du musée des Beaux-arts de Dijon : et si on fêtait l’événement en réinterprétant les œuvres ?


La crise sanitaire liée au coronavirus a fermé les portes des musées du monde entier. Dès le début, de grands musées américains et hollandais ont réagi pour sortir leurs  œuvres de la quarantaine. Grâce au « art at home challenge « chacun peut réinterpréter une œuvre d’art avec ce dont il dispose chez lui. Un initiative amusante, souvent étonnante qui mêle art et humour.
En France, une vingtaine de musées se sont ralliés à ce mouvement. Le 23 avril 2020 un concours national, #artenquarentaine, récompensant les meilleurs est lancé en partenariat avec le challenge mondial #tussenkunstenquarantaine.

Les musées de Dijon, dont celui des Beaux-arts, sont associés à cette initiative en proposant une soixantaine d’œuvres à réinterpréter. Une belle occasion de sortir l’art et la culture du confinement et, grâce aux différents « hashtag, # » de faire connaitre les collections  dans le monde entier.

 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
musée des beaux arts culture musée documentaires vos rendez-vous la france en vrai à l'antenne