Dijon : "C'est du sabordage", la colère d'un gérant de salle de sport obligé de rester fermé 1 mois de plus

Publié le
Écrit par Yoann Etienne

En Côte-d'Or, ce mercredi 9 juin, elle estl'unique salle de sport à ne pas avoir rouvert. Gigafit Dijon va devoir patienter 1 mois de plus avant d'accueillir ses adhérents. La préfecture de Côte-d'Or a pris la décision de fermer l'établissement suite à un non-respect de consignes sanitaires.

La décision est tombée comme un couperet mardi. Alors que toutes les salles de sport rouvrent leurs portes ce mercredi 9 juin, les portes de la salle de sport GigaFit de Dijon resteront closes pendant quatre semaines. Par un arrêté publié ce 8 juin, la préfecture de Côte-d'Or a prononcé la fermeture administrative de l'établissement suite au non-respect des consignes sanitaires liées à l'épidémie de Covid-19. 

Une décision qui laisse aujourd'hui sans voix, Alan Villegas, co-gérant de la salle Gigafit à Dijon. "C'est clairement du sabordage. C'est nous couper l'herbe sous le pied." Ayant ouvert en 2020, le gérant tient à rappeler que la salle de sport n'a touché aucune aide d'Etat et n'a pas touché le fonds de solidarité. Cette décision vient aggraver une situation déjà compliquée pour la jeune entreprise. "On a été obligé de travailler sans relâche pour faire survivre cette entreprise. Et aujourd'hui, alors que tout le monde peut de nouveau accueillir du public, on nous dit de fermer 1 mois." 

Plusieurs manquements pointés par la préfecture 

Cette décision fait suite à plusieurs contrôles réalisés au sein de l'établissement. Un premier contrôle a été effectué par le service départemental à la jeunesse, à l’engagement et au sport de la Côte-d’Or, le 5 mars 2021 suite à des observations. "Ce contrôle a donné lieu à une mise en demeure prescrivant au gérant de prendre les mesures correctives nécessaires visant au respect des obligations applicables aux établissements sportifs couverts dans le cadre de la lutte contre la COVID-19" explique la préfecture. 

"On a eu des contrôles auxquels ont a répondu plusieurs fois", confirme Alan. "Des contrôles dans lesquels on nous reprochait certaines choses comme le public accueilli. Simplement nous, on s’est toujours référé au décret et on a toujours respecté le décret qui autorisait le public qu’on recevait." 

Début mars, seuls les publics dits "prioritaires" pouvaient accéder aux salles de sport. Selon une liste émise par le Ministère des sports, étaient considérés comme sportifs de haut niveau, des sportifs professionnels, des ersonnes en formation universitaire ou professionnelle, des personnes disposant d’une prescription médicale APA (activité physique adaptée) et enfin des personnes à handicap reconnu MDPH (Maison départementale des personnes handicapées, NDLR) avec l’encadrement nécessaire.

Mais lors d'un second contrôle, effectué le 25 mai 2021, les services de la préfecture constatent des manquements réitérés aux obligations prescrites par le Gouvernement, "à savoir le non-respect de la distanciation physique de deux mètres entre pratiquants, la présence de pratiquant non muni de prescription médicale conforme et le non-respect des exigences prévues dans le cadre d’une prescription médicale ainsi que le présence de personnels ne bénéficiant pas du régime dérogatoire."

Au regard des manquements constatés malgré ladite mise en demeure, le préfet a prononcé par arrêté en date du 8 juin 2021, la fermeture administrative de l’établissement "Gigafit" pour une durée d’un mois. Contactée, la préfecture a déclaré que la salle Gigafit Dijon était le seul club de sport concerné à ce jour par une fermeture adminstrative dans le département. 

Une dérogation pour accueillir du public prioritaire

Depuis le 1er décembre, Gigafit faisait l'objet d'une dérogation comme de nombreuses salles de sport selon le décret du 29 octobre 2020. Elle pouvait accueillir des personnes munies d'une attestation médicale ainsi que les sports professionnels ou du public en formation universitaire ou professionnelle. 

"On est un cas particulier en France car aucune salle ne connaît ce genre de situation" souligne Alan. "Pourtant il y a beaucoup de salles du réseau Gigafit qui ont respecté les mêmes règles que nous et qui n'ont jamais eu la visite du service départemental à la jeunesse, à l’engagement et au sport."

50 000 euros de perte

Un véritable coup dur pour Alan et ses cinq salariés. D'autant plus que la salle de sport a engagé des frais pour faire la communication et organiser des événements autour de la réouverture. Un mois de fermeture engendrerait des pertes supplémentaires importantes. 

"C’est un coup dur car c’est un moment fort de commerce qu’on loupe une nouvelle fois. Un mois de fermeture c’est un mois de charges qui vont tomber. On parle de 50 000 euros de charges sans pouvoir rentrer de chiffres d’affaires," précise le gérant. "C’est très grave car cela met en péril la société et ses quatre salariés.

Une décision contestée devant la justice

Les gérants de la salle de sport dijonnaise ne comprennent pas les motivations de ce service à vouloir les laisser fermer. "Aujourd’hui, je suis la seule d’un réseau de 100 salles à avoir été contrôlée par les services de la jeunesse et du sport, puis conduite à une fermeture administrative", souligne Alan.

Aujourd'hui, ils souhaitent faire appel de cette décision via un référé devant le tribunal administratif. Alan n'écarte pas non plus l'idée d'aller plus loin. "On va peut être aussi envisager de porter plainte pour harcèlement administratif ou diffamation si elle vient d'une concurrence déloyale."

Est-ce un cas isolé ? La préfecture de Côte-d'Or nous indique que Gigatif est la seule salle de sport concernée par une fermeture administrative. Cependant, elle n'a pas pour le moment souhaité communiquer le nombre de contrôles réalisés sur l'ensemble du département. 

 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité