À Dijon, Fanck Auguste Pitoiset réalise des papiers peints de luxe

© Franck Pitoiset
© Franck Pitoiset

C’est sa "méthode de relaxation"… Franck Auguste Pitoiset est professeur d’arts appliqués au lycée Saint-Joseph, à Dijon. Mais il est aussi créateur de papiers peints. Doucement mais surement, ses œuvres se font connaître.

Par Antoine Marquet avec Dalila Iberrakene

Nous l’avions rencontré il y a deux ans. Franck s’allongeait sur de grandes toiles, sur lesquelles il dessinait à l’aide de son rotring, cette pointe qu’il trempe dans l’encre avant de la coucher sur le papier. Les motifs végéteaux, c’est ce qu’il sait faire de mieux.
 

Allongé sur sa toile, Franck se balade

Depuis notre première rencontre, Franck n’a pas changé sa manière de travailler. L’inspiration lui vient naturellement lorsqu’il s’installe sur sa toile, comme s’il s’allongeait dans un champ. D’ailleurs, lui-même dit que lorsqu’il dessine, il se promène. Un voyage en pleine nature qui guide chacun de ses coups de crayon.
La campagne n’est pas sans lui rappeler sa jeunesse et de longues balades auprès de sa grand-mère. Couturière, elle a inspiré et encouragé Franck à se lancer dans la création artistique.

Je la regardais coudre et je jouais avec tous ses boutons. 

 
Franck Pitoiset s'inspire des fleurs et des bouquets. Passionné par les plantes, il cherche aujourd'hui à intégrer des huiles essentielles dans ses papiers peints. / © Franck Pitoiset
Franck Pitoiset s'inspire des fleurs et des bouquets. Passionné par les plantes, il cherche aujourd'hui à intégrer des huiles essentielles dans ses papiers peints. / © Franck Pitoiset


Franck se dit capable de s’imaginer dans les cellules des fleurs, pour comprendre leur fonctionnement. C’est ce qui lui permet de les dessiner. Un travail de longue haleine qui commence par un travail sur le papier, avant la numérisation. Là, il colle et décolle les motifs, les assemble au grès de ses envies et mélange les couleurs. Sa réflexion est proche de celle d’un couturier. D’ailleurs, lorsque Franck parle de ses collections, ce sont des « vêtements pour revêtir nos maisons » qu’il imagine.
 

Franck s’est formé en tant que tailleur de pierres. Devenu sculpteur, il a ensuite intégré une formation en arts contemporains aux Beaux-Arts. Il devient ensuite professeur en arts-appliqués. La rencontre et le travail avec ses élèves lui donnent envie de dessiner… Alors en 2015, il se lance officiellement. Un parcours qu’il admet « difficile ». La création de ses papiers, tout comme la mise en ligne de son site internet, représentent des investissements conséquents. C’est aussi un univers entier que Franck a découvert : les sollicitations par les médias, les réseaux sociaux, les demandes importantes de papiers peints. Autant de codes qu’il a fallu apprendre, dans un système qu’il connaissait de loin.

Un projet coûteux


En juin 2019, Franck a ouvert une cagnotte en ligne pour financer la création de ses catalogues. Un atout majeur, voire un outil indispensable pour prospecter dans les boutiques, auprès des architectes ou des hôtels. Les potentiels clients doivent pouvoir toucher la matière… Mais la création d’un catalogue a un coût.

Franck est suivi par environ 8 000 personnes, entre ses comptes Facebook et Instagram. Le financement participatif lui a permis d’obtenir 3 500 €, de quoi réaliser 13 catalogues, d’une valeur de 270 € chacun. A terme, Franck espère pouvoir présenter un catalogue plus fourni. Il a créé 64 papiers peints différents mais ne peut tous les recenser… au risque de faire grimper le prix du catalogue.
 
Pour fabriquer son catalogue de collections, Franck a eu recours au financement participatif. 3 500 € ont été récoltés. / © Franck Pitoiset
Pour fabriquer son catalogue de collections, Franck a eu recours au financement participatif. 3 500 € ont été récoltés. / © Franck Pitoiset


Evidemment, le créateur à d’autres objectifs : se diversifier dans le textile et la céramique. Il souhaite faire appel à un autre des sens : l’odorat. Passionné par les parfums et les plantes, il souhaiterait intégrer des huiles essentielles dans ses papiers. Mais il n’a encore pas trouvé la technique. L’huile et l’encre ne se mélangent pas...

Le magasin de vêtements Paula Coste, à Dijon, a déjà permis à Franck d’exposer certaines de ses créations. Il a rencontré il y a un peu, à Strasbourg, un designer travaillant notamment pour Ikea. Un objectif commun les a rassemblés : faire des objets de déco à des prix accessibles. Alors, grâce à l’aide du designer, Franck a pu mettre ses motifs sur des planches de bois.

Les motifs font corps avec les neufs du bois et la matière...

Un travail qui lui a permis de vendre une trentaine d’œuvres.

L’opération devrait se répéter en 2020, à l’hôtel Voguet, à Dijon.
 


Franck Pitoiset espère pouvoir faire profiter le monde entier de ses papiers peints « de luxe ». Comptez environ 250 € pour un rouleau.

Le créateur sera l’un des hôtes de l’exposition collective « Le papier peint au fil des saisons », au musée du Papier Peint à Rixheim, en Alsace, le jeudi 27 juin 2019 à 18h30.

Le reportage de Dalila Iberrakene
Intervenant :
  • Franck Auguste Pitoiset, créateur de papiers peints
Dijon : un financement participatif pour un créateur de papiers peints

A lire aussi

Sur le même sujet

Accident mortel dans l'usine Verralia de Chalon

Les + Lus