Dijon : le festival d’art urbain « Banana Pschit !!! » s’installe en ville

© Image par Arek Socha de Pixabay
© Image par Arek Socha de Pixabay

Mouvement artistique du 21ème siècle, l’art urbain s’invite à Dijon. Porté par le collectif du M.U.R. la première édition du festival « Banana Pschit !!! » se tient du jeudi 10 au vendredi 25 Octobre 2019.

 

Par Léo-Pol Platet

Mettre à l’honneur l’art de la rue sous toutes ses formes dans la ville, visible comme subtil, c’est le défi que s’est lancé l’association Zutique avec ce nouveau festival d’art urbain.
Illégal et dénoncé il y a quelques années encore, le graffiti tiendra une place prépondérante durant ces quinze jours de festival.
Mais ses couleurs et ses formes, tantôt imaginaires, tantôt dénonciatrices ne seront pas seules à colorer la ville de Dijon.
 
Banana Pschit !!! - Teaser
 

Fresques, graffitis, dessins mais aussi cinéma, musiques et expositions

Si les nombreuses fresques présentes aux quatre coins de la ville (place de la Sainte-Chapelle, rue des Godrans, quartier des Grésilles, quartier université, etc) sont comme un fil rouge de l’évènement, d’autres disciplines et formes d’art s’offrent au public.

Du vendredi 11 au dimanche 13 octobre, de très nombreux artistes investissent les Tanneries, le boulevard Maillard ainsi que les remparts de la miséricorde pour des sessions ouvertes au public de Jam, nom donné aux évènements organisés pour rassembler des graffeurs.

Le mercredi 16 octobre, une rencontre-atelier pour enfants se déroule à la Ferronnerie entre 14 heures et 17 heures.
Elle sera animée par Sébastien Touache et Romain Gallissot, auteurs de l’album pour enfants : « On fait le mur ? ».
La journée se fini avec la projection gratuite du film « Girl Power » à 20 heures. Un voyage long de sept ans autour du monde pour découvrir différentes femmes gravitant autour de cet univers urbain, comme des street-artistes ou des graffeuses par exemple.
 
Girl Power - Movie Trailer


Egalement au programme, trois expositions ouvrent leurs portes au public afin de mettre en lumière le travail de différents artistes ou collectifs.
Parmi eux, Poch exposera collages, pochoirs, affiches ou autres logotypes jusqu’au 27 octobre prochain, au Black Market.
L’artiste rennais, féru de punk rock depuis le début de sa carrière dans les années 1980 est par ailleurs actuellement exposé sur le M.U.R (pour Modulable, Urbain et Réactif).

Au total, 30 artistes sont conviés à investir plus de quinze lieux à Dijon et dans ses alentours.

Parmi eux, Stom 500 fera son retour dans la capitale des Ducs de Bourgogne.
En janvier 2019, le graffeur strasbourgeois s’était déjà attelé à une réalisation sur le M.U.R de 7x4 mètres à l’angle des rues d’Assas et Jean-Jacques Rousseau.
Son modèle favori ? Les animaux.

S’il avait à l’époque exposé des canards, l’Alsacien s'est fait également fait connaitre avec des représentations de lapins, singes, chats ou encore d'oiseaux.
Durant le festival, son œuvre est présente rue Ernest Lory. Un indice, ce dernier n'en a pas fini avec les représentations d'animaux... déformés.

Retrouvez l’ensemble du programme sur le site Zutique
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Jura : des cartes en bois mondialement connues

Les + Lus