Dijon : il raconte sur Twitter la "tentative d'enlèvement" de son frère, une enquête est en cours

Sur Twitter, le récit d'un internaute sur la "tentative d'enlèvement" de son frère de 16 ans, a suscité l'émotion. Une enquête pour violences volontaires sur mineur à été ouverte.

C’est une histoire qui a été massivement partagée sur le réseau social Twitter. Dans une série de messages très relayés, le frère d’un adolescent de 16 ans a raconté que son cadet avait été victime d’une "tentative d’enlèvement", sur un parking de Dijon, jeudi 24 juin au soir. La victime a porté plainte et une enquête a été ouverte.

Alors que son frère faisait du skateboard, un individu garé à proximité l’aborde, raconte le twitto. Cet homme avait déjà été vu depuis plusieurs jours à cet endroit. Il lui demande "tu fais du skateboard ?" avant de l’interroger pour savoir s’il a "une copine" et de lancer : "si tu as des soucis, tu peux m’en parler".

"Enquête de flagrance" en cours

L’individu agrippe alors le bras de l’adolescent, qui réussit à se dégager et à fuir. La victime est allée porter plainte le lendemain à l’Hôtel de police de Dijon, accompagnée par sa mère et son frère. Ce dernier a depuis retiré ses tweets. 

"Une enquête de flagrance est bien en cours, sous la direction du procureur de Dijon", a indiqué le procureur Eric Mathais. "En particulier les images de vidéo-protection éventuellement disponibles sont en cours exploitation", a-t-il ajouté.

Selon France Bleu Bourgogne, la police a ouvert une enquête pour violences volontaires sur mineur, expliquant ne pas avoir "assez d'éléments, pour le moment, pour une enquête sur tentative d'enlèvement".

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Bourgogne-Franche-Comté
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité