Dijon : le ras-le-bol des conducteurs après le caillassage d’un bus Divia dans le quartier de la Fontaine d’Ouche

Publié le
Écrit par Sophie Mercier

La journée du mardi 15 février a été marquée par de multiples caillassages, notamment contre un bus du réseau Divia dans le quartier de la Fontaine d’Ouche à Dijon. 3 personnes ont été placées en garde à vue. Les conducteurs du réseau dénoncent une situation d’insécurité qui dure.

Deux vitres qui volent en éclats et en une circulation suspendue. C’est ce qui s’est produit ce mardi 15 février à 17h30 dans le quartier de la Fontaine d’Ouche à Dijon. Un bus du réseau Divia a été pris pour cible par des adolescents qui ont caillassé le véhicule alors qu’il circulait dans le quartier avec des passagers. L’incident n’a fait aucun blessé.

La compagnie de transport Divia a décidé de suspendre mardi soir la circulation de ses bus au-delà de l’Intermarché. Les lignes L3 et Corol effectuent donc leur terminus à l’arrêt Bachelard. La reprise du trajet habituel n’est pour le moment pas envisagée.

Deux adolescents de 14 et 16 ans ont été interpellés par la police et placés en garde à vue. Tous deux ont reçu une convocation devant le délégué du procureur en vue d’une réparation pénale pour ces faits.

Des conducteurs qui ont "la boule au ventre"

Ce jeudi 17 février, le représentant CNTU CFDT de la compagnie de transport Divia à Dijon, a témoigné l’exaspération de ses collègues face à cette situation. "Il y a un vrai ras le bol. La notion d’insécurité est impressionnante et ça ne date pas d’aujourd’hui", affirme François Vandenbroucke.

On n’est pas là pour aller au casse-pipe

François Vandenbroucke, CFDT

Si la situation n’est pas nouvelle, elle s’est considérablement détériorée depuis un an selon lui. Caillassages, menaces, insultes : un climat de tension très difficile à vivre au quotidien pour les chauffeurs de bus et de tram du réseau, qui se lèvent parfois avec "la boule au ventre". Des conditions de travail inacceptables pour François Vandenbroucke : "On n’est pas là pour aller au casse-pipe. On veut transporter les gens en sécurité et rentrer en bonne santé physique et mentale le soir dans notre famille."

Un sentiment d’impuissance

Selon lui, la direction du réseau de transport Divia est en lien avec la métropole depuis de nombreux mois pour régler ce problème. "Mais rien ne change, on tourne en rond", regrette François Vandenbroucke qui ne voit pas de solutions au problème. Ces violences urbaines, difficiles à anticiper, se sont multipliées au cours de la journée du mardi 15 février.

En effet une voiture de police, qui circulait rue Ernest-Renan à Chenôve a été caillassée à plusieurs reprises vers 15h. Un homme de 21 ans a été interpellé et placé en garde à vue. Ce dernier y avait déjà passé plusieurs heures dimanche, pour trafic de stupéfiants. L’individu, originaire de Seine-Saint-Denis, a été déféré devant le parquet mercredi 16 février.

Il a été condamné à six mois de prison avec sursis probatoire pendant deux ans avec interdiction d’entrer sur le territoire Bourguignon pendant cinq ans.