• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Dijon : un arrêté anti-glyphosate pour les particuliers et professionnels

La ville de Dijon avait déjà arrêté d'utiliser les glyphosates dès fin 2016 / © FTV
La ville de Dijon avait déjà arrêté d'utiliser les glyphosates dès fin 2016 / © FTV

Jeudi 21 mars 2019, Dijon a publié un arrêté interdisant l'utilisant du glyphosate pour les professionnels et particuliers.

Par F.L.

Une décision anticipée, par rapport à la loi de 2017
En fait, depuis fin 2016, plus aucun produit phytosanitaire n'était utilisé pour l’entretien des 850 hectares d’espaces verts de la ville de Dijon.
La municipalité avait anticipé sa mise en conformité avec la loi du 1er Janvier 2017.
Selon le communiqué "la municipalité, consciente des enjeux en termes de santé publique, de préservation de la ressource en eau et de la biodiversité, a décidé d’anticiper sur la réglementation interdisant l’usage de ces produits sur l’espace public depuis le 1er janvier 2017."

L'appel mondial de la jeunesse comme catalyseur
La Métropole communique aussi autour de l’appel mondial de la jeunesse pour le Climat. 
Selon le communiqué du maire François Rebsamen (PS), "[cet appel] résonne aujourd’hui comme le cri d’une génération qui exige des actes. C’est pourquoi, j’ai décidé de prendre un arrêté anti-glyphosate sur l’ensemble du territoire de la ville de Dijon. Est désormais interdite l’utilisation de tout produit contenant du glyphosate."
Par cet arrêté, non seulement les services municipaux n'utiliseront plus de glyphosates, mais aussi les entreprises prestataires pour le compte de Dijon Métropole (agriculteurs, viticulteurs, maraîchers...)

Une démarche globale pour la Métropole
Dijon Métropole poursuit sa démarche environnementale en affirmant qu'"avec 7 éco-jardins labellisés, une dizaine de quartiers écologiques, une politique ambitieuse de préservation des insectes pollinisateurs, le développement des déplacements doux, la création d’un secteur piétonnier, le renforcement du réseau de chaleur urbain, notre ville prouve par son exemplarité qu’un mode de vie urbain est compatible avec le respect de l’environnement. Dijon, référence écologique, une volonté et un engagement, au présent et pour l’avenir."

Que dit la loi ?
Depuis le 1er janvier 2019, la vente de pesticides de synthèse, produits phytopharmaceutiques, aux particuliers est interdite depuis le 1er janvier 2019 : il n'est donc plus possible pour les jardiniers amateurs d'en acheter, d'en utiliser et d'en avoir en stock.

173 produits bannis pour les particuliers
Depuis la loi du 1er janvier, en France, l'utilisation de 173 produits listés (ici sur le site du ministère de l'Agriculture) est interdite.
Cela va dans le sens des recommandations de l'OMS : le centre de recherche sur le cancer de l’Organisation Mondiale de la Santé a affirmé en 2015 que l’herbicide le plus utilisé dans le monde est « probablement carcinogène pour les humains » , de quoi alarmer l’industrie agrochimique et les jardiniers amateurs.

La Métropole réfléchit à mettre en place des points de collecte à destination des particuliers pour récupérer les produits phytosanitaires interdits.

Les élus écologistes satisfaits
Par un autre communiqué en date du 22 mars, les élus écologistes Europe Ecologie  Les Verts "se félicitent de ce premier pas vers l'interdiction de tous les pesticides de synthèse. 
La décision de la Ville de Dijon, par la voix de son Maire, est responsable et courageuse. C'est un acte fort qui répond à l'urgence : sauver le climat, la biodiversité et notre santé par des pratiques agricoles soucieuses de l'environnement."

A lire aussi

Sur le même sujet

Malaise dans la police : "des collègues n'y croient plus"

Les + Lus