Dijon : moins chères, un peu plus écolo et personnalisées, les pompes funèbres coopératives viennent d'ouvrir

Après Nantes, Bordeaux et Rennes, c’est à Dijon que le modèle d’une coopérative funéraire s’est créé. Funérailles plus écologiques et moins chères…. On fait le point sur ce nouveau concept.
Les pompes funèbres coopératives de Dijon sont les 4e du genre en France.
Les pompes funèbres coopératives de Dijon sont les 4e du genre en France. © Romain Liboz / France Télévisions
Un cercueil construit avec des matériaux écologiques comme dernière demeure. Organiser les funérailles d’un être cher sans trop dépenser. Voici une partie des services que propose l’association Info funéraire Dijon. Elle a ouvert au mois d’août dernier un service de pompes funèbres coopératives en Bourgogne. Après Nantes qui est pionnière en France, Bordeaux et Rennes, celle de Dijon est la première du grand Est.

« On veut de l’humain avant le financier »

Florence Bardon, présidente des pompes funèbres coopérative de Dijon nous explique ce qu’est une coopérative funéraire : « la pompe funèbre appartient aux salariés, aux familles, aux partenaires, aux collectivités, aux associations. Donc il y a une totale transparence des prix et des services ». La seule condition est de s’acquitter de 100 euros pour devenir sociétaire de l’association.

En France, il existe en général deux types d’entreprises organisatrices de funérailles : les pompes funèbres publiques des municipalités et les pompes funèbres privées d’entreprises indépendantes. Face à ces modèles, la coopérative promet des prix plus "raisonnables" pour l’organisation des funérailles.
 

De très chers défuns

Pour les familles et les proches, les obsèques peuvent représenter un coût très important. Il faut compter entre 3 000 et 5 000 euros voir plus pour inhumer quelqu’un. Jacques-Yves Carton est client sociétaire. Il est convaincu qu'il y a une vraie différence "J'ai demandé à une de mes voisines. Il y a à peu près 600 à 1000 euros d'écart [avec des obsèques classiques]. On est souvent contraint. Le décès qui arrive n'est pas toujours prévu. Vous êtes troublés. Et c'est là où on en profite pour charger la mule" regrette-t-il

Mais pour Jacques-Yves Carton, retraité et sociétaire à la coopérative, ce qui a compté n’est pas seulement le coût. Il apprécie  surtout la garantie de transparence qui permet selon lui de « démystifier tout ce système et les mystères qu’il y avait autour » de la préparation des enterrements.
 

Des obsèques écolos ou personnalisées

Autre argument mis en avant par la coopérative : organiser des funérailles écologiques et personnalisées. C'est par exemple « l’aménagement des locaux, un changement des luminaires pour avoir du LED ou le fournisseur d’électricité verte ou bien le cercueil en bois avec du coton écologique » explique Florence Bardon, présidente des pompes funèbres coopératives de Dijon. Autre démandes déjà traitées, un arbre planté dans une urne ou une tenue particulière pour les porteurs. 












 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie décès faits divers