Dijon : "On a été entendu", Elvis et ses parents devraient pouvoir rester en France

La famille d'Elvis était sous le coup d'une obligation de quitter le territoire français (OQTF) depuis la fin de l'année 2020. Lycéen au collège du Castel à Dijon, Elvis et ses parents ont obtenu ce lundi 26 janvier une réponse positive des services de l'Etat. 

"On a été entendu !!!" C'est par cette exclamation que le jeune homme annonce la nouvelle sur les réseaux sociaux ce mardi 26 janvier. Elève au lycée du Castel à Dijon (Côte d'Or), Elvis Bajrami et sa famille devraient pouvoir déposer un dossier pour pouvoir rester en France. L'aboutissement de 2 mois de mobilisation et le refus de la part des services de l'Etat. 

" Je crois que je n'ai jamais été aussi heureux de toute ma vie "

Quelques instants après avoir accueilli la nouvelle, Elvis nous confie sa joie : " Je suis très content, très ému, je crois que je n'ai jamais été aussi heureux de toute ma vie ". 

Puis il précise : " Nous sommes allés à la Préfecture de Côte-d'Or ce matin et on nous a annoncé que ma mère allait recevoir un titre de séjour d'ici à trois semaines. En attendant, elle a un récépissé qui va lui permettre de pouvoir travailler. Ca y est je vais pouvoir rester, c'est magnifique. "

 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par 𝙇𝙫𝙞𝙨🐻 (@l.visss)

 

"Mme Bajrami, ma mère peut enfin déposer le dossier « vie privée et familiale » en conformité avec la circulaire Valls du 28 novembre 2012 et rester aux côtés de son fils de 17 ans", avait expliqué l'élève de première sur Instagram quelques minutes plus tôt. Elle a reçu ce jour en préfecture un récépissé, prélude au titre de séjour effectif" .

Dans les faits, cette demarche administrative permet à Elvis et sa mère de pouvoir rester sur le territoire national, en dépit d'une OQTF reçue plusieurs semaines auparavant. 

Le jeune homme, qui est en classe de terminale, va donc pouvoir poursuivre ses études en France et tenter de réaliser son rêve : devenir expert-comptable.

" Je vais pouvoir passer mon bac sereinement, je vais travailler encore plus qu'avant. Je veux montrer à tous les gens qui m'ont soutenu qu'ils ont eu raison de le faire. Je tiens à remercier tout le monde qui m'a soutenu, le fait d’avoir médiatisé mon histoire m’a permis d’avoir beaucoup de soutien et notamment de la part de députés ou de personnalités politiques ".

Une forte mobilisation depuis 3 semaines

Depuis la rentrée de janvier, ce sont d'abord ses camarades et professeurs du lycée du Castel qui se sont mobilisés derrière un slogan "Elvis reste !". Le 7, puis le 11 janvier dernier, ils étaient quelques centaines à s'être rassemblés devant l'établissement. 

Une petition a également été mise en ligne. D'abord signée par quelques centaines de personnes, elle cumulait ce mardi 26 janvier plus de 56 000 signatures. Entre temps, le jeune homme était reçu sur le plateau d'une émission de télévision nationale. Il a aussi reçu le soutien du député européen Raphaël Glucksmann. 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Raphaël Glucksmann (@raphaelglucksmann)

Ces dernières années, plusieurs mobilisation similaires ont eu lieu en Côte d'Or autour de menaces d'expulsions d'élèves étant scolarisés au lycée du Castel. 

Depuis 2 mois, plusieurs autres cas similaires concernant notamment de jeunes apprentis boulangers ont fait parler d'elles. A Besançon (Doubs), un boulanger s'était mis en grève de la fin pour permettre à son apprenti d'obtenir un titre de séjour. A Dijon, un autre apprenti boulanger, Ibrahima Barry est actuellement dans une situation similaire.  

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
immigration société éducation