• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Dijon : pourquoi les rues Charrue et Piron vont-elles devenir piétonnes ?

La place Jean Macé telle qu'elle devrait être après la piétonisation des rues Charrue et Piron, à Dijon.
La place Jean Macé telle qu'elle devrait être après la piétonisation des rues Charrue et Piron, à Dijon.

La municipalité de Dijon va poursuivre son programme de piétonisation des rues commerçantes du centre-ville. Les travaux des rues Charrue et Piron seront menés entre mars et août 2016.

Par B.L.


En 2001, la rue du Bourg (où jusqu’alors débouchaient les voitures sortant du parking Dauphine) fut la première rue piétonne de Dijon.
Puis, ce fut le tour de la place de la Libération et des ruelles qui la desservent.
Il y a eu ensuite (dans le cadre des travaux du tramway) la piétonisation de la rue des Godrans et de la rue de la Liberté. Cela a permis de libérer l’hyper-centre ville d’environ un millier de bus qui empruntaient chaque jour la rue principale.

Le projet de piétonisation de la place des Cordeliers, à Dijon. / ©
Le projet de piétonisation de la place des Cordeliers, à Dijon. / ©

Fin des nuisances sonores, réduction de la pollution automobile, calme retrouvé pour les piétons qui pourront déambuler tranquillement, sécurité pour les cyclistes, ainsi que pour les enfants et les personnes âgées…
Les avantages de la piétonisation sont nombreux, rappelle Alain Millot, le maire de Dijon, dans un courrier qu’il a adressé aux commerçants du centre-ville.
Cela va contribuer à "changer l’atmosphère du coeur de ville, mais aussi à valoriser le patrimoine exceptionnel de notre secteur sauvegardé désormais classé au patrimoine mondial de l’Unesco", dit-il. "Cette inscription au patrimoine mondial ne tardera pas, soyez-en sûrs, à générer des conséquences très positives en termes de fréquentation touristique et d’attractivité."

Les travaux de piétonisation des rues Charrue et Piron débuteront en mars 2016, après les soldes d’hiver. Ils prendront fin avant la rentrée scolaire de septembre 2016.


Par ailleurs, ajoute le maire de Dijon, "toutes les précautions seront prises pour ne pas amoindrir l’accessibilité de vos commerces puisque, à proximité immédiate de ces rues devenues piétonnes, plus de 3 000 places de stationnement souterrain sont proposées aux chalands et aux touristes – en l’occurrence, le parking Dauphine, mais surtout le parking Sainte-Anne injustement méconnu garantissent la possibilité de garer son véhicule tous les jours de l’année. J’ajoute que, en complément du tramway et des lianes qui irriguent le centre-ville, la navette DiviaCity continuera d’assurer la desserte fine du coeur de ville".

Enfin, la  piétonisation des rues Piron et Charrue permettra la remise à niveau des réseaux enterrés – en particulier ceux, urgents, de la rue du Bourg. Dès 2016, ce projet deviendra réalité en offrant en outre "un potentiel pour l’installation de la fibre optique", conclut-il.

A lire aussi

Sur le même sujet

Digoin : un repreneur pour la faïencerie

Les + Lus