Dijon : le procès des faucheurs volontaires d’OGM renvoyé à novembre 2018

Publié le Mis à jour le
Écrit par Valentin Chatelier
Les faucheurs volontaires sont allés au tribunal de grande instance de Dijon en charrette
Les faucheurs volontaires sont allés au tribunal de grande instance de Dijon en charrette © Anne Berger / France 3 Bourgogne

Le procès des 36 faucheurs volontaires de parcelles de colza génétiquement modifiés a été renvoyé au 15 et 16 novembre 2018. Ils étaient devant le tribunal jeudi 5 avril.

Leur procès est finalement reporté au 15 et 16 novembre 2018. 36 des 67 faucheurs volontaires d’OGM devaient être jugés les 5 et 6 avril au tribunal correctionnel, à Dijon. La cause de ce report est la grève des avocats.

L’association Vigilance OGM 21 a organisé un rassemblement à Dijon pour les soutenir. Les faucheurs volontaires sont ensuite allés au tribunal en charrette.

Destruction de deux parcelles de colza


Ils sont convoqués pour dégradation en réunion de deux parcelles d’essai mises à disposition de Dijon Céréales, le 28 novembre 2016. Les faucheurs volontaires ont en effet détruit deux parcelles de colza en Côte-d’Or. Ils appartiennent à un mouvement, les faucheurs volontaires, créé en 2003, qui lutte contre la culture et la commercialisation d’OGM.

Ces derniers précisent dans un communiqué de presse que "ces colzas sont des plantes reconnues comme OGM (Organisme Génétiquement Modifié) mais ne sont ni évaluées, ni étiquetées, ni clairement appelées OGM. La culture de ces plantes mutées est encore mal maîtrisée et peut avoir des conséquences irrémédiables sur les autres cultures et sur l'environnement".

De son côté, Europe Écologie Les Verts Franche-Comté a apporté son soutien aux faucheurs volontaires et appelle à se mobiliser autour d'eux.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.