Dijon : le service des urgences du CHU est en crise

Le nombre de patients accueillis aux urgences ne cesse d'augmenter et le service est engorgé 24 heures sur 24. Les médecins urgentistes sont débordés. Ils ont lancé des signaux d'alarme depuis longtemps, mais sans résultat. L'AMUF et la CGT dénoncent la situation.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Les patients qui attendent aux urgence du CHU peuvent rester neuf, dix heures, avant d'être pris en charge. Le service est débordé, mais il ne peut pas faire mieux. Le personnel et les médecins urgentistes demandent plus d'effectif et de moyens à la direction de l'hôpital, mais force est de constater que rien ne s'arrange, au contraire.

Dans ce contexte, le transfert du centre 15 de la Nièvre au CHU de Dijon depuis le 2 octobre est apparu comme une aberration et l'Association des Médecins Urgentistes de France (AMUF) et la CGT du CHU ont fait ensemble une conférence de presse le 14 novembre 2018 pour une fois encore dénoncer cet état de faits.

A cette occasion, Anne Berger a rencontré le Docteur Olivier Garosi, médecin urgentiste, à qui elle a posé 3 questions afin de résumer la situation.