Dijon : ce qu'il faut retenir de la visite du Premier ministre Jean Castex et du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin

Le Premier ministre Jean Castex et le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin étaient à Dijon vendredi 10 juillet 2020. Une visite organisée suite à plusieurs épisodes de violences urbaines dans la capitale des ducs de Bourgogne. L'occasion de faire quelques annonces.

Le Premier ministre Jean Castex (au centre) discute avec un habitant du quartier des Grésilles, en compagnie du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin (gauche) et du maire PS de Dijon François Rebsamen (droite) le 10 juillet 2020.
Le Premier ministre Jean Castex (au centre) discute avec un habitant du quartier des Grésilles, en compagnie du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin (gauche) et du maire PS de Dijon François Rebsamen (droite) le 10 juillet 2020. © PHILIPPE DESMAZES / AFP

 

Il y a près d’un mois, entre le 12 et le 15 juin, des affrontements ont eu lieu entre les communautés tchétchène et maghrébine à Dijon. Des violences qui ont aussi touché la ville de Chenôve.
Suite à ces événements, une enquête a été lancée et plusieurs interpellations ont été effectuées suite à des opérations de recherches d'armes et de drogue.

C’est dans ce contexte que les deux ministres sont arrivés à Dijon où ils ont passé la matinée. Un déplacement marqué par :
-l'annonce de moyens supplémentaires pour les forces de l'ordre et la justice
-une manifestation contre la nomination de Gérald Darmanin
-des discussions avec les habitants du quartier des Grésilles. 


 Résumé de la visite de Jean Castex et Gérald Darmanin à Dijon vendredi 10 juillet 2020 avec le compte rendu d’Hélène Lecomte, Dalila Iberrakene, Gabriel Talon et Cécilia Ngoc.

 

11h05 : visite à la mairie de Dijon

De droite à gauche, le Premier ministre Jean Castex, le maire de Dijon François Rebsamen et le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin vendredi 10 juillet 2020.
De droite à gauche, le Premier ministre Jean Castex, le maire de Dijon François Rebsamen et le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin vendredi 10 juillet 2020. © Léo-Pol Platet

Le déplacement de Jean Castex et Gérald Darmanin touche à sa fin. Les deux hommes sont arrivés à l'hôtel de ville de Dijon où ils ont visité la salle des tombeaux des Ducs de Bourgogne et ses célèbres pleurants

Les tombeaux de Philippe le Hardi et de Jean sans Peur comptent parmi les plus magnifiques monuments funéraires de la fin du Moyen-Âge. Ces réalisations spectaculaires sont entourées de pleurants : il s'agit de 41 statuettes sculptées, dont les détails minutieux traduisent tous les états du deuil. 

C'est dans cette salle que sera présenté demain samedi le "Pleurant retenant ses larmes", une statuette restituée au musée des Beaux-Arts de Dijon après de longues années de procédure judiciaire. 
 


Lors de son passage à la mairie, le Premier ministre a aussi délivré un message de prévention contre l'épidémie de coronavirus covid-19 et lancé un appel à respecter les gestes barrières. 

"J'ai demandé à tous les acteurs de porter de plus en plus le masque pour nous prémunir au mieux d'une éventuelle deuxième vague de l'épidémie sur laquelle je n'ai pas d'information, ni officielle ni cachée, mais la meilleure façon de la combattre, c'est de la prévenir."

Jean Castex, Premier ministre




 
Le Premier ministre Jean Castex et le maire de Dijon François Rebsamen discutent avec des habitants des Grésilles vendredi 10 juillet 2020.
Le Premier ministre Jean Castex et le maire de Dijon François Rebsamen discutent avec des habitants des Grésilles vendredi 10 juillet 2020. © Léo-Pol Platet

10h : rencontre avec les représentants des associations des Grésilles

Des habitants du quartier se sont rassemblés devant la mairie, mais ils ne seront pas conviés à l'intérieur.

Une dame âgée, qui vit depuis 40 ans aux Grésilles, où elle est présidente d'associations n'a pas été conviée à venir : "Les gens qui vont être reçus ne sont pas du quartier. On ne les connaît pas", a-t-elle dit à Léo-Pol Platet qui couvre la visite ministérielle pour France 3 Bourgogne. 

Jean Castex et Gérald Darmanin arrivent devant la mairie de quartier et entament la discussion avec des habitants qui demandent au Premier ministre de "reconnaître que la police n'a pas fait son travail". 
"On ne met pas l’institution en cause. Mais la réalité, c’est qu’on s’est fait agresser et qu’on a passé 72 heures à se cacher", dit un résident du quartier.
 

"On est très contents de vous voir. Mais, comment se fait-il que nous ayons été délaissés pendant tout un week-end ? Les habitants se sont sentis en insécurité. Nous condamnons toutes les violences, c’est vrai que certains se sont armés pour se défendre. Mais, quand il y a la peur derrière, quand il y a un sentiment d’insécurité, est-ce que ça ne légitime pas une certaine forme de protection, même si elle a été maladroite ?"

Ahmid, un habitant du quartier des Grésilles à Dijon


Le Premier ministre Jean Castex a répondu aux habitants des Grésilles : "Nous sommes venus nous rendre compte. Nous connaissons les vrais coupables. Les responsables, ce ne sont pas les forces de l’ordre, elles ont fait leur travail. Il y a des comportements qui ne sont pas acceptables dans la République. Je suis venu apporter un message d’apaisement. Que tout le monde se respecte, il faut repartir de l’avant."

 
Des habitants attendent devant la mairie des Grésilles pour rencontrer le Premier ministre Jean Castex et le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin vendredi 10 juillet 2020.
Des habitants attendent devant la mairie des Grésilles pour rencontrer le Premier ministre Jean Castex et le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin vendredi 10 juillet 2020. © Léo-Pol Platet



9h30 : le cortège ministériel a pris la direction du quartier des Grésilles

Devant la mairie de quartier des Grésilles, il y a déjà des représentants d'associations qui attendent les ministres et espèrent pouvoir leur parler. Le maire de Dijon François Rebsamen est arrivé sur place lui aussi. 

De leur côté, les manifestants de la place Suquet se sont dispersés en se donnant rendez-vous pour la manifestation prévue à 19h ce soir place de la Libération à Dijon, pour protester contre la nomination de Gérald Darmanin comme ministre de l'Intérieur et de Eric Dupond-Moretti au ministère de la Justice.

"On est là aujourd’hui à propos de deux ministres qui ont été nommés lors du dernier remaniement ministériel : Gérald Darmanin qui est accusé de viol et dont l’affaire a été relancée le 12 juin 2020. Et Eric Dupond-Moretti qui s’illustre par sa misogynie et son anti-féminisme dans la presse depuis des années. On leur demande de démissionner. De toute façon, on n’attend rien de ce gouvernement strictement libéral, capitaliste qui va nous amener vers l’austérité sociale et qui ne fait strictement rien pour les droits des femmes et des minorités de genre. On n’attend pas grand-chose, mais on attend quand même la démission de Darmanin et de Dupond-Moretti. Darmanin a le droit à sa présomption d’innocence mais il n’a pas le droit d’être ministre alors qu’il est accusé de viol", déclare une jeune femme à Antoine Marquet, qui a suivi la manifestation pour France 3 Bourgogne.

A noter que lors de son déplacement à Dijon le Premier ministre a apporté une nouvelle fois son soutien au ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, qui "bénéficie de toute notre confiance pour exercer cette haute fonction".


 
A Dijon, des manifestants protestent contre la nomination au ministère de l'Intérieur de de Gérald Darmanin qui est accusé de viol.
A Dijon, des manifestants protestent contre la nomination au ministère de l'Intérieur de de Gérald Darmanin qui est accusé de viol. © Antoine Marquet
 

Jean Castex : "C'est ma première visite en province depuis ma nomination"


Le Premier ministre a annoncé l'arrivée de moyens supplémentaires pour les forces de l'ordre à Dijon : "Vous serez renforcé d'une vingtaine d'effectifs supplémentaires dès la rentrée. C'est logique, c'est nécessaire et c'est la matérialisation - au-delà des bonnes paroles - de notre volonté", a-t-il dit. 

La justice devrait aussi bénéficier de renforts.
"Il faudra aussi renforcer les moyens dévolus à l'institution judiciaire car une réponse judiciaire rapide est indispensable pour couronner l'efficacité des forces de l'ordre", a ajouté Jean Castex.

Les événements à Dijon m’ont choqué en tant que citoyen. Devenu Premier ministre, je me suis dit : il faut aller voir, il faut aller à la rencontre des acteurs. Je sais ce qu’il s’est passé. Et je demeure scandalisé par les comportements inadmissibles qui ont pu être perpétrés. C’est donc bien volontairement que j’ai voulu dire aux forces de sécurité tout le soutien du gouvernement dans la lutte déterminée qu’elles doivent conduire contre ce type d’événements trop fréquents, à Dijon comme ailleurs.

 

Jean Castex, Premier ministre

L’annonce par le Premier ministre du renforcement, dès le mois de septembre, des effectifs de la police nationale de Dijon est accueillie "avec une grande satisfaction " par le maire François Rebsamen.
"J’ai formulé depuis de nombreux mois cette demande de renforcement des effectifs de police et les voix étaient bien peu nombreuses pour soutenir les démarches que j’avais dû moi-même entreprendre auprès du gouvernement. Une nouvelle fois, je salue le travail des policiers qui, dans le cadre des compétences régaliennes de l’Etat, sont chargés d’assurer la sécurité des personnes et des biens", déclare l'élu dijonnais.

 



9h : les ministres arrivent au commissariat de Dijon

La visite a démarré avec une demi-heure de retard. Les deux hommes qui étaient attendus à 8 h 30 au commissariat de la place Suquet sont arrivés vers 9h.

La visite a débuté par un échange avec le procureur de la République Éric Mathais et les directeurs des forces de sécurité.

 
A Dijon, des manifestants manifestent contre la visite de Gérald Darmanin, le nouveau ministre de l'Intérieur qui est accusé de viol.
A Dijon, des manifestants manifestent contre la visite de Gérald Darmanin, le nouveau ministre de l'Intérieur qui est accusé de viol. © Antoine Marquet
 

8h : des manifestants devant le commissariat de la place Suquet


Une quinzaine de manifestants sont arrivés place Suquet vers 8h ce matin. Ils ont été refoulés et se sont repliés à l'angle de la rue Tivoli et de la Manutention. Ils disent être là pour manifester leur désaccord contre le remaniement ministériel et "surtout contre Darmanin qui est accusé de viol. C’est quand même le comble du comble de choisir un homme accusé de viol comme ministre de l’Intérieur", disent-ils. D'autres manifestants sont postés rue du Transvaal. Eux aussi ont été repoussés par les forces de l’ordre et scandent "Un violeur a l’Intérieur, un complice à la Justice".


Gérald Darmanin a été accusé en 2017 de viol par Sophie Patterson-Spatz, qui l'avait sollicité en 2009, lorsqu'il était chargé de mission au service des affaires juridiques de l'UMP (parti devenu LR), pour tenter de faire annuler une condamnation de 2004 pour chantage et appels malveillants contre un ex-compagnon. Selon ses déclarations, M. Darmanin lui aurait fait miroiter son appui, et elle se serait sentie contrainte de "passer à la casserole", ainsi qu'elle l'a expliqué aux enquêteurs. M. Darmanin a reconnu avoir eu une relation sexuelle avec cette femme, mais librement consentie selon lui.

D'abord classée sans suite, la procédure a été relancée par la cour d'appel de Paris qui a demandé début juin de nouvelles investigations.

La nomination de Gérald Darmanin à l'Intérieur au ministère de l'Intérieur a provoqué la colère et l'indignation des associations féministes, qui ont appelé à des manifestations partout en France ce vendredi. Les associations protestent aussi contre la nomination au ministère de la Justice d'Eric Dupond-Moretti, très critique envers le mouvement #MeToo.

 
Des manifestants protestent contre la visite du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin à Dijon vendredi 10 juillet 2020.
Des manifestants protestent contre la visite du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin à Dijon vendredi 10 juillet 2020. © Antoine Marquet


 
Le programme de la visite de Jean Castex et Gérald Darmanin

Commissariat de Dijon 
-08h35 : Echanges avec le Procureur de la République et les directeurs des forces de sécurité 

-08h55 : Déclaration du Premier ministre aux forces de sécurité, puis échanges avec les forces de l'ordre.
 
Mairie annexe du quartier des Grésilles
-09h55 : Arrivée à la Mairie annexe du quartier des Grésilles

-10h00 : Echanges avec les maires des quartiers prioritaires de la politique de la ville et les représentants des structures associatives

Visite à l’Hôtel de Ville de Dijon
 
-11h10
: Arrivée à l’Hôtel de Ville de Dijon

-11h15 : Visite de la Salle des tombeaux

-11h20 : Échange Républicain

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers violence règlements de comptes criminalité
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter