Voici pourquoi le Premier ministre et le ministre de l'Intérieur viennent à Dijon ce vendredi

Le Premier ministre, Jean Castex, et le ministre de l'Intérieur sont attendus ce vendredi à Dijon. Ils doivent notamment se rendre dans le quartier des Grésilles quelques semaines après les violents affrontements entre communautés maghrébine et tchetchène. 

Le Premier ministre Jean Casteix mercredi 8 juillet à l'Elysée
Le Premier ministre Jean Casteix mercredi 8 juillet à l'Elysée © Frédéric Dugit /Maxppp
Moins d'une semaine après sa nomination et quatre jours après la formation du nouveau gouvernement, le Premier ministre, Jean Castex, et le nouveau ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, sont attendus à Dijon ce vendredi 10 juillet dans la matinée.

Dès 8h30, Jean Castex se rendra à l'hôtel de Police de Dijon. Un échange est prévu avec le procureur de la République de Dijon puis avec les représentants des forces de l'ordre. 
 

Visite aux Grésilles

Peu avant 10 heures, le Premier ministre et son ministre de l'Intérieur sont attendus dans le quartier des Grésilles. Un échange est notamment prévu à la mairie annexe des Grésilles avec les maires des quartiers prioritaires de la politique de la ville. Jean Castex et Gérald Darmanin doivent aussi rencontrer les représentants de plusieurs structures associatives. 

La dernière séquence du déplacement aura lieu à l'hôtel de ville de Dijon. Le Premier ministre doit notamment échanger avec les élus locaux et visiter la salle des Tombeaux des Ducs de Bourgogne. C'est là que sera présenté le lendemain le "Pleurants retenant ses larmes", restitué au musée des Beaux-Arts après une longue procédure judiciaire


Une précédente visite sans passer aux Grésilles

Mardi 16 juin, c'est le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Intérieur de l'époque, Laurent Nunez, qui était venu à Dijon et pas le ministre de l'Intérieur Christiphe Castaner. Le secrétaire d'Etat était venu à Dijon pour affirmer que l'Etat était "présent". Mais Laurent Nunez avait évité de se rendre dans le quartier des Grésilles. Une absence remarquée alors que le quartier venait de connaitre 4 nuits de violents heurts entre communautés maghrébine et tchétchène. 
 
Hier, mercredi 8 juillet, 5 nouvelles interpellations ont eu lieu dans cette affaire. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
violence faits divers justice société politique
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter