Dijon : une enquête ouverte après la découverte de deux caisses de professions de foi abandonnées

Une enquête a été ouverte par le parquet de Dijon ce lundi 28 juin après la découverte de professions de foi abandonnées dans un bois de Chevigny-Saint-Sauveur (Côte-d'Or). Le directeur du prestataire chargé de la distribution de ces documents, l'entreprise Adrexo, doit être entendu.
Illustration.
Illustration. © Philippe TRIAS / MAXPPP

Le parquet de Dijon a ouvert une enquête dans le cadre de la distribution défaillante des professions de foi, a-t-on appris ce lundi 28 juin 2021. Le directeur d'Adrexo, prestataire chargé de la distribution des plis électoraux, doit être entendu après la découverte de deux caisses de professions de foi abandonnées en Côte-d'Or. Deux personnes ont été interpellées et brièvement entendues avant d'être relâchées dans l'attente de précisions sur les faits et leur qualification judiciaire, a précisé le parquet.

À cet effet, le directeur d'Adrexo, le prestataire chargé de la distribution des plis électoraux dans 51 départements de 7 régions, doit être entendu "très prochainement", a ajouté le parquet sans plus de précision. L'enquête fait suite à la découverte, au cours du week-end, de deux caisses remplies de professions de foi électorales dans un bois de Chevigny-Saint-Sauveur, non loin de Dijon.

Gilles Platret (LR) entend déposer un recours

Le candidat de la droite et du centre, Gilles Platret, a annoncé sur le plateau de France 3 Bourgogne dimanche 27 juin qu'il comptait d'ailleurs déposer un recours suite aux dysfonctionnements constatés dans la distribution des plis électoraux. "Nous allons déposer un recours, non pas contre la victoire [de Marie-Guite Dufay], elle est acquise. Mais contre le gouvernement qui a foiré cette élection […] On a un problème démocratique. Vous avez des électeurs qui n'ont pas eu la documentation pour faire leur choix", a-t-il précisé.

Outre la découverte de caisses abandonnées dans un bois de Chevigny, de nombreux dysfonctionnements ont été constatés dans de pusilieux de la région. La conseillère départementale sortante Génération.s Christine Renaudin-Jacques, battue dimanche 27 juin dans le canton de Talant, a par exemple découvert près d'un bureau de vote de nombreuses enveloppes de profession de foi pour les élections régionales laissées à l'intérieur d'une voiture garée dans la rue. Celles-ci devaient être distribuées par Adrexo, comme indiqué sur les enveloppes.

Des enveloppes encore dans une voiture le jour du vote, à Talant (Côte-d'Or).
Des enveloppes encore dans une voiture le jour du vote, à Talant (Côte-d'Or). © Christine Renaudin-Jacques

Adrexo, vertement critiqué pour des dysfonctionnements d'acheminement lors du premier tour des élections régionales, a reconnu dimanche avoir à nouveau rencontré "de nombreuses difficultés" en amont du second tour. Le prestataire avait demandé l'aide de La Poste pour cette distribution. L'entreprise dit se tenir à la disposition du ministère de l'Intérieur "pour dresser le bilan de cette opération", et sera en outre auditionné mardi 29 juin devant la Commission des lois de l'Assemblée nationale sur ces "dysfonctionnements".

Adrexo, spécialisée dans la distribution d'imprimés publicitaires, avait estimé à 9% le nombre de plis électoraux non acheminés à leurs destinataires pour le premier tour, un chiffre équivalent à celui annoncé par La Poste. Le groupe avait fait état d'une attaque informatique pour expliquer ses difficultés.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections régionales 2021 politique élections élections départementales 2021