Les Dijonnais participent à l'hommage national aux victimes des attentats de Paris

Publié le Mis à jour le
Écrit par Maryline Barate
Recueillement et Marseillaise, place de la République de Dijon.
Recueillement et Marseillaise, place de la République de Dijon.

Plus de 2 000 Dijonnais se sont massés sur la place de la République, lundi 16 novembre 2015 à midi, afin d'observer une minute de silence avant d'entonner la Marseillaise.

Après s'être figés une minute dans le silence, 2 000 Dijonnais ont repris en choeur la Marseillaise en hommage aux victimes des attentats de Paris. Ils se sont rassemblés place de la République. Tout un symbole !

Parmi les nombreux anonymes, on pouvait croiser le préfet de Côte-d'Or, Eric Delzant, et des responsables politiques. Présent sur place, le maire (PS) de Dijon, François Rebsamen, n'a pas manqué de souligner l'importance de l'union nationale face à un tel drame : « le peuple uni ne sera jamais vaincu. Cette unité, cette force, c'est celle de notre République. Il faut se rassembler face à l'horreur, l'atrocité, la combattre et la vaincre. »


Au même moment, sur le campus dijonnais, 200 personnes - étudiants et personnels de l'université - se sont recueillies, la gorge étranglée par l'émotion. Là aussi, la foule a conclu la minute de silence par une Marseillaise chantée spontanément. Car c'est aussi la jeunesse qui était ciblée lors des attentats de vendredi, dans le XXe et XXIe arrondissement de Paris.

Le reportage de C. Tarrisse et C. Claveaux avec :
  • Alain Bonnin, président de l’Université de Bourgogne
  • des étudiants
durée de la vidéo: 01 min 50
Attentats à Paris : minute de silence à l'Université de Bourgogne

 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.