Trois agressions dans le dijonnais, les enquêteurs sur la piste d'une bande cagoulée

Publié le Mis à jour le
Écrit par Claire Lebret, Maryline Barate

Trois agressions perpétrées par des individus cagoulés à quelques jours d’intervalle à Chevigny-Saint-Sauveur et Sennecey-lès-Dijon. Cela défraye la chronique dans ces communes. Une enquête de gendarmerie est en cours.

Jeudi 4 octobre on apprenait que deux agressions avaient été commises par des individus cagoulés à Chevigny-Saint-Sauveur (l'une sur un enfant de 9 ans, l'autres sur un jeune d'une vingtaine d'années). Ce vendredi, des sources proches de l'enquête nous indiquent que deux autres agressions auraient été perpétrées à Chevigny et Sennecey-lès-Dijon. L'agression de l'enfant serait un cas isolé.

Ce que l'on sait de l'enquête ce vendredi

Les enquêteurs sont sur la piste du même groupe d'individus qui perpétue une série de méfaits depuis quelque jours dans la métropole dijonnaise. Après Chevigny-Saint-Sauveur c'est sur la commune de Sennecey-lès-Dijon que les individus cagoulés auraient de nouveau agressé deux personnes.

Selon une source proche de l'enquête "ce serait à chaque fois le même mode opératoire", une jeune femme rencontrée sur un site de rencontre donne rendez-vous à la victime et ce sont cinq individus cagoulés qui l'accueillent et le détroussent. 

Côté enquête, des investigations techniques, notamment l'analyse des images de vidéosurveillance, sont en cours. Toujours selon une source proche "l'enquête avance bien".

Rappel des premiers faits fin octobre

Jeudi 28 octobre, des individus cagoulés ont d’abord agressé un enfant de 9 ans, quartier de l’Ogive, aux abords de la salle omnisports alors qu'il rentrait à pied chez lui. Une tentative de racket infructueuse qui se serait soldée par des insultes et une gifle. Cette agression ne serait pas liée aux trois autres.

Un jeune séquestré

Puis, quatre jours plus tard, dimanche 31 octobre, c’était au tour d’un jeune homme d’une vingtaine d’années. Celui-ci aurait été séquestré quatre heures avant d’être relâché. Violenté, il aurait été forcé de retirer de l’argent à ce distributeur bancaire et de le remettre à ses agresseurs, cagoulés eux-aussi.

Deux faits-divers qui ont surpris et plongé les habitants de la commune dans l’inquiétude. “Cela fait plus de trente ans que je suis ici,  je n’ai jamais eu de problèmes", explique un habitant de la commune. Une autre habitante s’interroge. “On se sent en sécurité (à Chevigny, ndlr) on est surpris par ces événements qui nous paraissent surdimensionnés par rapport à ce que l’on vit actuellement”.

Des violences inhabituelles

Selon le parquet, "des faits d'une telle gravité sont inhabituels à Chevigny-Saint-Sauveur".

Pour le maire de la commune, il s'agit de rassurer ses administrés. “La gendarmerie avec qui je suis en relation quotidienne sur cette affaire, travaille discrètement pour retrouver les auteurs, il faut faire confiance à nos gendarmes. J’espère qu’il trouveront les auteurs, qu’ils les livreront à la justice et qu’elle les punissent très sévèrement”, explique Guillaume Ruet, maire de Chevigny-Saint-Sauveur (LR).