Le Feuilleton : partez à la découverte des dessous du tram de Dijon !

Le centre de maintenance du tramway à Dijon / © Anne Berger
Le centre de maintenance du tramway à Dijon / © Anne Berger

Le tramway à Dijon, c'est avant tout une révolution dans les moyens de transports publics de la capitale des Ducs de Bourgogne. En effet, depuis son démarrage en septembre 2012, le tram a rencontré l'adhésion des Dijonnais et a permis aussi à la ville de moderniser ses modes de transport.

Par F.L.

Le tram, partie intégrante d'un réseau

Lors de sa mise en service en Septembre 2012, le tram était une forte attente de la part des dijonnais. Les travaux d'installation des voies du tram avaient engendré des perturbations et bousculé les habitudes de beaucoup de dijonnais.
Les travaux ont permis en effet de procéder à une rénovation urbaine, et de favoriser les modes de transport "doux" : piéton, vélo, bus.
La mise en service du tram a autorisé la multimodalité, autrement dit, les interconnexions entre réseaux (bus, tram, SNCF, covoiturage, vélo...)
Le réseau Divia de Dijon est opéré par la société Kéolis, il couvre les 24 communes du Grand Dijon.
Un conducteur de tramway au centre de maintenance Divia à Dijon / © Anne Berger
Un conducteur de tramway au centre de maintenance Divia à Dijon / © Anne Berger

Avec une moyenne de 189 voyages par an, par habitant, Divia est 4ème réseau derrière Lyon, Nantes et Strasbourg et devance des villes comme Rennes, Marseille, Montpellier, Bordeaux, Lille et Nice (chiffres 2015)
Le parc de véhicules est composé de 33 rames de tram, et de 200 bus (dont 102 hybrides) et 800 vélos.
Chaque jour à Dijon, 6476 kilomètres de voies sont parcourues par les tramways.

Des hommes de l'ombre

Et pour opérer tout cela, des hommes et des femmes, des métiers peu connus du grand public. Les plus visibles sont les conducteurs
Sur 710 salariés, ils sont 497 conducteurs, dont 361 hommes et 136 femmes (soit 37% de femmes à la conduite, moyenne nationale de 18% environ)
Parmi ces 497 conducteurs, 206 sont dédiés à la conduite des trams. Ils alternent tram et bus.
Parmi ces 206 conducteurs, ils sont 45 femmes et 161 hommes.

"Les dessous du tram" (premier épisode)
Intervenants :
  • Fatima El Badaoui, Conductrice
  • Cyril Parreaux, Technicien de maintenance
  • Pascal Richard, Conducteur

Le Feuilleton : Les dessous du tram (1/4)
Depuis 2012, à Dijon, il s'est invité dans le paysage urbain : le tram ! Plus qu'un mode de transport, un univers souvent méconnu que vous propose de découvrir notre feuilleton toute cette semaine. Anne Berger et Damien Rabeisen sont allés à la rencontre de conducteurs, régulateurs, contrôleurs ou agents de maintenance. Tous ceux sans qui le tram ne pourrait pas rouler.  - France 3 Bourgogne - Anne Berger / Damien Rabeisen / Samuel Verrier

 

Le Centre d'Exploitation et de Maintenance

Situé sur la commune de Dijon, le Centre d'Exploitation et de Maintenance est le coeur opérationnel du réseau tram-bus.
Avec ses 230 caméras installées sur le réseau, le régulateur est la personne qui surveille et coordonne le réseau.
Le Poste de Commande Centralisé est une véritable tour de contrôle, qui surveille les départs de chaque rame le matin, et assure la coordination du trafic en journée.

"Les dessous du tram" (2e épisode)
Intervenants :

  • Laurent Chapus, Responsable exploitation
  • Norbert Dirand, Régulateur
  • Vincent Chandez, Chef d'équipe
  • Fatima El Badaoui, Conductrice
Le Feuilleton : Les dessous du tram (2/4)
Suite de notre feuilleton en immersion toute cette semaine dans les coulisses du tram à Dijon. Avec un nouvel arrêt pour cet épisode : au centre d'exploitation et de maintenance du tramway. Le CEM, coeur opérationnel du réseau tram-bus, d'où se gère le trafic en temps réél.

La formation, pour un parcours sans faute

Pour devenir conducteur pas besoin de posséder le permis D (transport de personnes) et Fimo (Formation Iniatiale obligatoire chauffeur poids lourds). Il suffit de posséder le permis B et être âgé de plus de 21 ans.
60 candidats sont invités à participer à chaque session de recrutement, il y a deux sessions par an.
Le processus de recrutement est composé de 4 phases, précédées d'une réunion d'information collective au cours de laquelle le métier, l'entreprise et le processus sont présentés :
  • recrutement en partenariat avec la Plateforme de vocation de Pôle Emploi pour la 1ère phase, par méthode simulation (exercices sur une demi-journée)
  • entretien de motivation et audit de conduite (2h)
  • évaluation des aptitudes à la conduite
  • entretien final avec un responsable d'exploitation et un RH
Les candidats intégrés deviendront conducteurs de bus sur le Réseau Divia. A terme, ils peuvent être formés à la conduite du tramway, via un recrutement et une formation internes.
L'évaluation est constituée de tests psychotechniques, psychomoteurs, d'un entretien avec un consultant psychologue pour bilan et avis.
La formation à la conduite du tramway dure 4 semaines et combine enseignements théoriques complexes (captation d'énergie, matériel roulant, signalisation ferroviaire...), conduite sur simulateur, et conduite réelle.
L'habilitation à la conduite doit être entretenue  par des stages de recyclage réguliers.

Les conducteurs ont bénéficié en 2016 de 11522 heures de formation (soit 23 heures par conducteur).

"Les dessous du tram" (3e épisode)
Intervenants :
  • Lionel Cegarra, Responsable de groupe détaché à la formation
  • Jean-Yves Pacotte, Conducteur-accompagnateur tram et bus
  • Vincent Chandez, Chef d'équipe
  • Sébastien Pradillon, Mainteneur
Le Feuilleton : Les dessous du tram (3/4)
Le voyage continue avec notre feuilleton, toute cette semaine en immersion dans les coulisses du tram. Priorité avec cet épisode aux parcours sans fautes, avec une formation de conducteurs et des contrôles.

Le réseau est sous contrôle

Contrôles de maintenance des rames
Tous les 25 000 kilomètres, les rames sont inspectées à l'atelier. 
Les portes coulissantes, les freins des bogies, les roues sont inspectés régulièrement, ce sont des organes très sollicités.
Par exemple, les roues du tram peuvent se déformer sous les effets de fortes accélérations ou de forts freinages, elles comportent des "plats" et il est nécessaire de les usiner pour le redonner un profil "rond", pour le confort, et la sécurité : l'adhérence des roues est renforcée. 131 reprofilages s'effectuent par an, en moyenne, tous les 16 000 km.
Ce sont 7 mainteneurs, 2 techniciens et 2 chefs d'équipes, 1 mainteneur voies ferrées et 4 techniciens pour les courants faibles qui composent l'équipe de maintenance, parfois en astreinte, mais disponibles sur la plage horaire de travail de 5h à 20 h.
Le centre d'exploitation et de maintenance du tramway à Dijon / © Anne Berger
Le centre d'exploitation et de maintenance du tramway à Dijon / © Anne Berger

Entretien des voies
Le réseau ferré est lui aussi sous surveillance : les 40 kilomètres de voie sont entretenus grâce à une balayeuse rail-route.
Deux véhicules d'intervention sont aussi présents pour les dépannages et 1 camion de remorquage Unimoog rail-route. 
1 kit complet de levage et réenraillement est à disposition des équipes d'intervention.

Hormis les voies, restent à entretenir tous les distributeurs automatiques de titres de transport et les écrans d'information dans les stations, les équipements de signalisation.

Les accidents

La plupart des accidents qui se produisent avec le tram concernent les passagers qui chutent dans le tram, lors d'accélérations et de freinages. Malgré les messages de prévention diffusés par le réseau, les passagers manquent à cette vigilance.
Par ailleurs, les trams partagent l'espace urbain avec les autres véhicules et les piétons. Les conducteurs oublient parfois que la circulation des tram est prioritaire sur le trafic routier.
En 2016, seulement 67 événements (collisions, accidents voyageurs,…) se sont produits, dont 36 collisions avec des tiers (piétons, voitures, 2 roues, etc…)
A dénombrer durant l'année dernière, 3 accidents « graves » : 2 collisions avec piétons + 1 collision avec vélo (« grave » concerne une hospitalisation de plus de 24h)

La fraude
43 agents de contrôle des titres de transport opérent sur le Réseau Divia.
Le taux de fraude est estimé à 12% des voyageurs.
550 000 voyageurs sont contrôlés par an, pour 30 000 procès-verbaux dressés.
Le coût de la fraude est estimé à 1,5 millions d'euros par an. 

"Les dessous du tram" (4e épisode)
Intervenants :
  • Youssef Azzeggouarh, Agent de contrôle
  • Aleth Duthu, Responsable d'opérations de contrôle
  • Laurent Chapus, Responsable exploitation
  • Vincent Delorme, Opérateur
Le Feuilleton : Les dessous du tram (4/4)
La suite et fin de notre feuilleton dans les coulisses du tram, à Dijon. A la rencontre des hommes et des femmes d'un réseau plébiscité par les Dijonnais, avec plus de 180 trajets par an et par habitant. Mais un réseau aussi sous haute surveillance.




Sur le même sujet

L'école de Bellefontaine en grève et en deuil

Les + Lus