• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Gilets jaunes : le gouvernement ne veut pas recevoir les 8 représentants nationaux

Des "gilets jaunes" manifestent à Paris le 24 novembre 2018 / © FRANCOIS GUILLOT / AFP
Des "gilets jaunes" manifestent à Paris le 24 novembre 2018 / © FRANCOIS GUILLOT / AFP

Le mouvement des gilets jaunes, qui a débuté le 17 novembre pour protester contre la hausse des carburants, se structure. Huit porte-parole ont été désignés. Mais, le gouvernement ne veut pas les recevoir pour l’instant.

 

Par B.L. avec AFP

Le mouvement des "gilets jaunes", qui est né sur les réseaux sociaux, veut se structurer pour faire avancer ses revendications. Désormais, la protestation contre les taxes des carburants s’est étendue à un ras le bol général contre l’augmentation du coût de la vie.

Huit "communicants officiels" des "gilets jaunes" ont été désignés pour engager une "prise de contact sérieuse et nécessaire" avec les autorités. Mais ces désignations sont loin de faire l’unanimité au sein du mouvement qui refuse tout cadre politique ou syndical.

 
© France 3 Franche-Comté : Xavier Beisser
© France 3 Franche-Comté : Xavier Beisser


 

Les gilets jaunes seront reçus "une fois qu'ils seront organisés"

On note "des dissensions" entre les manifestants a déclaré Benjamin Griveaux, le porte-parole du gouvernement, mardi 27 novembre 2018. C’est pourquoi le gouvernement ne recevra pas les représentants des "gilets jaunes" "en l'état actuel des discussions".

"Sans doute le bon échelon pour commencer, c'est le territoire car c'est là que sont ancrés les gilets jaunes", a ajouté l’ancien élu de Chalon-sur-Saône. "Une fois qu'ils seront organisés et qu'il n'y aura plus de contestation, j'ai dit hier que nous étions ouverts au dialogue, et nous le serons", a précisé Benjamin Griveaux.


Le sénateur de Côte-d’Or François Patriat a dit à peu près la même chose lors d’une interview à CNews. Je ne pense pas que le gouvernement les recevra "dans l'immédiat", "en l'état actuel, face à des revendications qui ne sont pas structurées, ou alors vraiment très dispersées, très vastes, parfois incohérentes", a déclaré en substance le chef de file des sénateurs LREM.

 

 

Le  président de la République doit "changer de discours



De son côté, Marie-Guite Dufay, présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté, a demandé des mesures d'urgence face à la colère des "gilets jaunes".
Elle fait partie des 12 présidents de régions sur 13 qui demandent au président de la République de "changer de discours, reconnaître la souffrance de nos compatriotes", et ne "pas la nier". "Ce serait une très grave erreur de caricaturer leur révolte en un mouvement extrémiste manipulé par l'ultradroite ou l'ultragauche", insistent les présidents de régions.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Dijon : des lycéens s'agenouillent en soutien à ceux interpellés à Mantes-la-Jolie

Les + Lus