Grand débat national : les avocats veulent que la justice fasse partie des thèmes abordés

Pour sortir de la crise des "gilets jaunes", le gouvernement va organiser un débat national qui donnera la parole à tous. La justice doit faire partie des thèmes qui seront abordés, estiment les avocats qui lancent une nouvelle journée d’action mercredi 19 décembre 2018.
 

Par B.L.

Quels sont les thèmes du grand débat national ?

Il faut "redonner la parole aux Français sur l’élaboration des politiques publiques qui les concernent", c’est l’objectif affiché du grand débat national promis par Emmanuel Macron lors de son discours du 10 décembre 2018.

Cette concertation, qui doit durer jusqu'au 1er mars 2019, prendra plusieurs formes : débats publics locaux, rencontres avec des Français sur leurs lieux de travail et de vie, groupes de réflexion participatifs, utilisation des plates-formes numériques et des réseaux sociaux.

Quatre thèmes ont été retenus pour ce grand débat :
-la transition écologique
-la fiscalité
-la démocratie et la citoyenneté
-l'organisation de l'État et des services publics.

 

 

La justice, un service public "trop longtemps délaissé"


"La justice ne peut pas être exclue de cette réflexion essentielle pour l'avenir de notre pays", ont écrit les avocats à Emmanuel Macron.
"Au même titre que l'accès aux transports, à un emploi, à un logement ou à un hôpital, l'accès au droit est aujourd'hui l'objet d'une véritable fracture sociale et territoriale dans notre pays", déclare le Conseil national des barreaux (CNB).

"Les avocats, les magistrats, les fonctionnaires de justice, les élus locaux, les justiciables veulent débattre, construire et réformer sur de nouvelles bases un service public essentiel à la cohésion de notre société et trop longtemps délaissé", peut-on lire dans la lettre.

Les représentants des avocats demandent au président de la République d’arrêter le projet de réforme de la justice qui est actuellement en débat devant le Parlement.
Il est urgent d’arrêter ce processus parlementaire pour "créer les conditions d’un débat public le plus large possible sur l’égalité d’accès à la justice dans les territoires, l’accès aux droits de nos concitoyens, leurs libertés individuelles et publiques, et la politique pénale de notre Nation", disent-ils.

A noter qu'une nouvelle journée "justice morte" est organisée par les barreaux de France et/ou leurs syndicats mercredi 19 décembre, jour de l'examen du texte en commission des lois de l'Assemblée nationale en deuxième lecture. A Dijon, les avocats se réuniront à 11 heures devant la cité judiciaire. 
 





 

A lire aussi

Sur le même sujet

Municipales : François Rebsamen annoncera sa candidature à sa propre succession après Noël

Les + Lus