• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Journée européenne de la musicothérapie

© Pixabay
© Pixabay

La musique soigne-t-elle vraiment et quoi ? Comment bien choisir un musicothérapeute. La journée européenne de la musicothérapie, le 15 novembre 2018, répond à ces questions et milite en faveur de la reconnaissance et de la réglementation de cette pratique de soins.
 

Par Fatima Larbi

La musique adoucit les mœurs mais elle peut aussi soigner, grâce à la musicothérapie.
 

►La musicothérapie c'est quoi ?


C’est une pratique de soins d’aide et de soutien de personnes qui présentent des troubles de la communication et de la relation. Le son est utilisé pour soigner de nombreux troubles : l'anxiété, les problèmes de mémoire, la douleur, la rééducation à la marche ou au langage, les dysfonctionnements des fonctions cognitives (troubles de l'attention…).

Le but n’est donc pas l’esthétique mais bien le soin, il ne faut donc pas être musicien pour se tourner vers cette thérapie. Elle peut être pratiquée  tout au long de la vie : du bébé encore dans le ventre de sa mère à la personne âgée.
© France 3
© France 3

En France, le mot de musicothérapie est apparu dans les années 1970, mais la  discipline n’est pas encore réglementée. N’importe qui peut se déclarer musicothérapeute.
 

►Pourquoi une journée européenne de la musicothérapie ?


La journée européenne de la musicothérapie est organisée par la confédération Européenne de musicothérapie (EMTC) fondée en 1991 à laquelle est affiliée la fédération Française de musicothérapie.
L’EMTC est un lieu d’échanges entre les musicothérapeutes Européens dans le but de promouvoir le développement de cette profession en Europe et favoriser sa réglementation.
La fédération française reconnaît certaines formations mais pas d’autres.

Seuls les musicothérapeutes affiliés à la Fédération Française peuvent se réclamer de cette journée européenne. 

Une journée qui milite pour la reconnaissance du métier de musicothérapeute et sa réglementation.
 


►Comment se passe une séance de musicothérapie ?


Une séance de musicothérapie peut bien sûr avoir lieu dans un cabinet privé. Mais de plus en plus d’institutions y ont recours : hôpitaux, EHPAD, IME…

Le simple fait d’exposer une personne à de la musique ou à des sons n’est pas de la musicothérapie. Ce sont des soins appliqués dans un contexte thérapeutique en présence d’une personne qualifiée, le musicothérapeute. La musique devient alors un message reçu ou émis par une personne qui ne peut pas passer par la parole.
Ici, moment de détente au son d'un handpan. / © F3 Nouvelle-Aquitaine
Ici, moment de détente au son d'un handpan. / © F3 Nouvelle-Aquitaine

Pour commencer, le musicothérapeute fait un bilan pour évaluer le degré de réceptivité aux sons du patient (discussion, écoute de sons, test avec utilisation d'objets sonores). Les séances peuvent être ensuite individuelles ou collectives.

Elles peuvent être aussi de 2 types :
- La technique réceptive : le patient écoute la musique, la reçoit et exprime ensuite ce qu'il ressent (avec des mots, des dessins, des mouvements du corps...)
- La technique active : le patient est actif. Il échange des sons avec le thérapeute à partir d’instruments de musique, du corps, de la voix ou d’objets.
Musicothérapie dans une maison de retraite

 

►Comment choisir un musicothérapeute?


Il n’existe pas encore de cadre réglementant la formation de musicothérapeute. Cependant la Fédération Française de musicothérapie reconnaît certains diplômes, c'est un bon moyen pour les patients de choisir un praticien bien formé.

Ces formations durent entre 3 et 5 ans . Elles mêlent des études en neurologie, en psychothérapie, en musique...


Emilie Tromeur-Navaresi, musicothérapeute, est l’invitée de l’émission 9h50 le matin du jeudi 15 novembre 2018.
Journée européenne de la muscicothérapie




 

A lire aussi

Sur le même sujet

toute l'actu musique

Gilets jaunes : dans l'Yonne, forte mobilisation dans la Puisaye

Les + Lus