Maison criblée de balles à Chevigny-Saint-Sauveur : une famille visée par erreur

Dimanche 2 août, une maison de Chevigny-Saint-Sauveur a été visée dimanche par plusieurs coups de feu. La famille qui y habite avec deux enfants est encore sous le choc. D'après les premiers éléments de l'enquête, ce sont les anciens propriétaires qui étaient en fait visés.

© Loïc Gazar / France 3 Bourgogne
"La balle est passée à travers la vitre, a éraflé le matelas, puis a atterri dans le mur. Si on avait été dans la chambre, quelqu'un se serait pris une balle". Deux jours après les coups de feu, l'émotion est encore forte pour cette mère de famille.

Dimanche après-midi, elle, son mari et une de ses filles sont dans leur maison, dans un quartier résidentiel d'habitude plutôt calme, de Chevigny-Saint-Sauveur, près de Dijon en Côte-d'Or. "On a entendu un gros bruit, on ne savait pas d'où ça venait. J'ai envoyé ma fille en haut pour voir si on n'avait pas un miroir cassé, ou quelque chose. Elle a vu une moto avec deux messieurs repartir."

"On s'est dit qu'il y avait eu quelque chose dans la rue. Vingt minutes après, ma fille est allée jouer dehors et elle a vu qu'il y avait plein d'impacts de balle sur le mur. En effet, quelqu'un avait tiré un peu partout sur la maison. On a tout de suite appelé les gendarmes et on est allé se cacher au sous-sol en attendant qu'ils arrivent",
raconte la jeune femme qui a préféré garder l'anonymat.
 
Maison criblée de balles à Chevigny-Saint-Sauveur : une famille visée par erreur

Le tireur se serait en fait trompé de cible. Selon les premiers éléments de l'enquête, ce sont les anciens propriétaires qui étaient visés. Cette famille ne vit ici que depuis un an. Elle a installé sur sa baie vitrée une pancarte. "On a mis 'ici vit la famille X, pour leur dire qu'ils s'étaient trompés de cible." Un message pour se protéger, pour éviter que la scène ne se répète.

"Toute la famille est choquée, on ne veut plus dormir en bas, confie la mère de famille. La petite, le jour où c'est arrivé, ne voulait pas dormir là. On a dû la forcer à dormir avec nous. Et puis, on va voir un psychologue mercredi après-midi, en famille, pour essayer d'aller mieux."

Le couple ne compte pas quitter sa maison. De son côté, l'enquête se poursuit pour tenter d'identifier les deux hommes à moto.
 
© France 3 Bourgogne
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers