• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Pacte de Dijon : le gouvernement et 86 villes et intercommunalités unis pour aider les quartiers

Comment améliorer la politique de la ville ?
Comment améliorer la politique de la ville ?

Edouard Philippe a signé le "Pacte de Dijon" avec 86 grandes villes et intercommunalités lundi 16 juillet 2018. Ce texte national sur la politique de la ville lance une nouvelle méthode de travail, qui a pour but d’améliorer la vie dans les quartiers prioritaires.
 

Par avec AFP

Qu’est-ce que le Pacte de Dijon ?

Le Pacte de Dijon a été présenté pour la première fois lors des Journées Nationales de France Urbaine qui se sont tenues les 5 et 6 avril 2018 à Dijon.

Ce texte a été rédigé par deux associations d'élus : France urbaine et l'Assemblée des communautés de France (AdCF). Il énumère plusieurs thèmes sur lesquels les métropoles et agglomérations sont prêtes à s'engager, avec le concours de l'Etat : emploi, numérique, renouvellement urbain, mobilités, éducation, formation, action sociale, sécurité, justice...

Emmanuel Macron a dit "Banco" à cette démarche lorsqu’il a présenté ses mesures pour les quartiers et territoires défavorisés au mois de juin.

 

 

Le "Pacte de Dijon" est-il une bonne nouvelle ?

La signature du "Pacte de Dijon" a eu lieu à Matignon lundi 16 juillet 2018 avec 86 grandes villes et intercommunalités. C’est "une bonne nouvelle et surtout un signe de confiance" de l'Etat envers ces collectivités, estime Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse et président de l’association France Urbaine. Ce Pacte de Dijon s'inspire de la "même philosophie" que le rapport commandé à Jean-Louis Borloo et remis en avril au gouvernement, sans pour autant être réellement repris, précise Jean-Luc Moudenc.

Les "orientations politiques" du Pacte nécessiteront des discussions locales avec les préfets pour leur mise en oeuvre, ajoute-t-il.

 

 

Quand aura lieu la prochaine étape ?

"Le Premier ministre a pris l'engagement de dire : revoyons-nous dans six mois pour faire un point d'étape" et des "groupes thématiques" seront créés, a indiqué Jean-Luc Rigaut, maire, président du Grand Annecy et président de l'Assemblée des communautés de France.

Rappelons que cette signature a eu lieu alors que les relations sont particulièrement houleuses entre l'Etat et un certain nombre d'élus (les Régions, les départements et quelques maires de l'AMF) dans un contexte de réductions budgétaires. Une défiance des collectivités qui s’est traduite par le boycott partiel de la Conférence nationale des territoires organisée jeudi 12 juillet.

 




 

A lire aussi

Sur le même sujet

Aéromodelisme : des hélicoptères plus vrais que nature

Les + Lus